Che materia stai cercando?

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

L’humaniste Guillaume Budé avait la mission d’accroitre la collection de la

Bibliothèque Royale. Guillaume Pellicier ambassadeur à Venise avait le rôle de

faire reproduire le plus possible les manuscrits vénitiens et de les faire entrer dans

la Bibliothèque Royale. Lecteurs royaux

1530 il a formé le corps de « », abrité dans le « collège royal » (ou

« collège des trois langues »).

Le collège de France, créé en 1530, est devenu une structure active après, il a fallu un

siècle pour construire le bâtiment et concrétiser ce projet, donc au XVII siècle grâce

à Marie de Médicis qui a commencé à le faire fonctionner. Il y avait plusieurs

personnalités importantes, par exemple Bathélemy Masson, qui enseigne le latin,

Oronce Fine, géographe et astronome, etc.

A la cour il y avait beaucoup d’imprimeurs, en particulier Josse Bade et Robert

imprimeur du roi

Estienne et puis en 1530 Geoffrey Tory est nommé . Après la mort

de Tory, le rôle d’imprimeur du roi est passé en 1533 à Olivier Mallard, puis en 1544 à

Denys Janot. Grâce au graveur et fondeur Claude Garamond, l’imprimerie royale

innove dans une écriture à caractères de type romain plus lisible. Donc, les objectifs

sont simplifier la lecture et la rendre économique.

Il a fait naître la Bibliothèque royale mais il y avait plusieurs bibliothèques privées

nées dans cette période, par exemple celle de Pierre Lizet, 500 livres, André Baudry,

579 livres, etc.

François I s’est occupé de faire arriver des intellectuels, artistes, etc. protégés par

le roi comme Rabelais et Bonaventure des Périers. On n’est pas certain que François

puisse avoir écrit des œuvres, tandis que Marguerite, sa sœur, mariée au roi de

Heptaméron,

Navarre, a écrit plusieurs textes, par exemple l’ publié posthume.

er

Objectifs de François I : que la littérature puisse arriver au peuple et que ce dernier

puisse arriver en contact avec la langue française.

Il y avait une région qui n’a pas apprécié cette politique du roi et qui a résisté et a

continué à employer l’occitan, une langue très prospère dans cette période en

France. Là il n’y a eu aucune bibliothèque privée, etc. il s‘agit du Béarn, les Béarnais

se sont refusé d’avoir des contacts avec le roi. Avec Marguerite de Navarre on a eu des

avancements mais ils ont continué à employer l’occitan.

1539 Ordonnance de Villers-Cotterêts, qui a donné naissance à des lois qui se sont

occupées de donner importance au français. Par exemple :

Art 110 - Il a obligé le peuple français et les autorités à utiliser le français comme

langue officielle. Langue claire, qui ne crée pas d’ambiguïtés, qui peut être

employée dans la politique et dans la quotidienneté.

Art 111 – on parle de différentes typologies de textes officiels, où on est obligé

d’employer le français.

Avant le XVI siècle on a au d’autres ordonnances pour la défense de la langue mais

ils n’ont pas eu la même importance que celle de Villers-Cotterêts.

Ordonnance sur le règlement de la justice en Languedoc de Charles VIII en 1490

préconisait des dispositions très similaires. Cela ne s’est pas concrétisé dans un

emploi réel. Il s’agissait à peu près du même objectif de l’article 110. Une situation

très semblable est l’édit de 1510 de Louis XII où on parlait du français en tant que

langue véhiculaire. Il s’agit d’une loi qui n’a pas été actualisée.

Trois règlements qui ont été publiées après l’ordonnance de Villers-Cotterêts

1539 : publication dans laquelle on soulignait que la langue maternelle française est

la seule langue qui doit être employée à l’écrit dans le royaume.

1790 l’Assemblée nationale a commencé à traduire des lois et des décrets du

latin au français, mais ce projet a été abandonné car il était trop couteux.

Décret du 2 thermidor An II (29 juillet 1794) impose le français comme seule langue

de toute l’administration.

Art. 168 de l’ordonnance de Villers-Cotterêts, il ne s’agit pas d’une ordonnance

linguistique mais aussi juridique : apparition de la légitime défense.

Il y a des donnés qui sont très importants et qui démontrent que la lecture est un

tirage très important, 200.000 – 300.000 pour chaque texte, en France 60.000

éditions chaque année. L’effort du roi a donné ses fruits.

Un texte qui a été publié en France et en général en Europe et qui a causé des

critiques est la Bible de Gutenberg, dans la langue véhiculaire.

L’imprimerie a eu un très grande succès grâce à sa diffusion et à la qualité du papier,

avant l’industrie du papier s’est distribuée en Italie (Fabriano, par exemple) dès le XIII

siècle et puis en France et Allemagne dès le XIV siècle

Sujets à propos desquels on imprime et on utilise le français : médicine, chirurgie,

alors qu’avant il y avait seulement des textes en latin. La raison principale est que la

chirurgiens était comme des artisans (chirurgiens/barbiers même corporation), les

chirurgiens doivent employer une langue immédiate, compréhensible par le peuple. Ils

commençaient à limiter leurs connaissances au français, en latin on ne les comprenait

pas.

Falcon écrit le premier commentaire de chirurgie en français.

Un autre chirurgien, qui est très important, est Ambrois Paré, mort à Paris, chirurgien

et anatomiste français, considéré comme une des personnalités plus importantes de la

renaissance qui a inventé des moyens de chirurgie. Il a écrit des textes de chirurgie en

français car le latin n’était presque plus connu par les médecins.

Dans la discipline théorique on continuait à employer le latin.

Le premier emploi du français à l’écrit a été dans les romans qui n’étaient pas très

recherchés, qui s’adressaient au peuple. Après on a commencé à l’employer pour des

disciplines plus élevées. En ordre chronologique :

1 romans moins importants

2 chirurgie

3 textes religieux

Grace à Erasme et Luther on a commencé à employer le français dans le domaine

religieux. Ils ont été condamnés par l’Eglise en tant que réformateurs.

Comparaison entre le soleil et la religion, les deux sont deux biens communs qui

doivent être offerts à tout, on doit rendre la religion accessible à travers une langue

véhiculaire. Idée que la religion doit être compréhensible, le peuple doit être capable

de la comprendre et lire les textes qui font référence à la religion.

La Sorbonne était caractérisée d’un point de vue plutôt conservateur, Luther et

Erasme ont été condamnés à cause de la rupture avec l’Eglise traditionnelle.

1533 le curé de Condé-sur-Sarthe a dit que chaque personne qui lise les livres saints

en français doit être envoyée au bucher (→ al rogo). Pour cela on associe le français au

protestantisme, il était mal jugé par l’Eglise catholique pendant tout le siècle. Cela

empêchait à la majeur partie des français de lire les textes religieux car presque toute

la population était rurale (9/10 vivaient dans la société rurale)

Université de Montpellier (où il y avait le prof de chirurgie)

Paris, Montpellier et Rouen, les seules villes ou la population urbanistique était

nettement supérieure au reste de la France.

Lettrés, hommes politiques qui se sont occupés de l’emploi de la langue française, qui

l’ont défendue au-delà des politiciens : Charles Bovelles, Jean de Meung, Jacques

Dubois.

Charles Bovelles (Normandie), liberté d’emploi : on peut employer le français ou le

latin, il n’y a pas une qui soit meilleure par rapport à l’autre.

Roman de la rose)

Jean de Meung (auteur du : il faut écrire en français, il a proposé

l’emploi du français en tant que langue écrite et orale.

Sylvius

Jacques Dubois, dit : il a observé les variétés linguistiques en France et il a dit

que les deux langues préférables sont le français et le picard.

Passage du français en tant que langue de communication, car il s’agissait d’une

langue véhiculaire employée à l’oral, devient une langue de culture dans le XVI

siècle, il cherche à rejoindre le rôle de langue de culture. On a cherché à faire ça bien

qu’il y ait eu des situations pas favorables, car même dans les universités il y a eu des

initiatives de condamnation des étudiants qui utilisaient le français.

11/04/2018

Tredicesima lezione

Situation linguistique XVI XVII siècle dans les régions françaises décrite dans le traité.

Ordonnance de Villers-Cotterêts. Emploi du français dans les lois, etc. pendant le

ème

XVII on a acté les propositions qu’il y avait dans l’ordonnance.

On avait besoin d’une langue forte et dynamique qui était capable de décrire les

changements de la France. La présence de l’Italie est très importante dans cette

période. Il y a eu plusieurs personnages qui ont cherché à trouver en France une

langue aussi dynamique que l’italien. Jusqu’au XVII siècle la France et l’Italie

étaient les deux sources politiques, religieuses, linguistiques et culturelles les plus

importantes en Europe, maintenant l’Espagne s’y ajoute.

Le médecin de cour, Jean Héroard, (qui s’occupait de la santé du roi) a écrit sur les

habitudes, même privées, du roi Lui XIII. Dès 1601 à 1627 il écrivait sur son journal, un

texte très ambitieux et important, 11.000 pages, la vie du roi. Dans ce texte il a parlé

même de la langue. Le roi a été exposé à plusieurs sortes de langages de ceux

qui travaillaient à sa cour, par exemple. Ce texte est né en tant que texte de chirurgie

et médecine, sur les problèmes qui ont caractérisé l’enfance du roi. Il s’occupe de la

situation linguistique car le roi se trouve dans une situation de multiculturalité et la

langue avec laquelle le roi entrait en contact avec ces personnes est prise en

considération. On peut juger ce texte comme très intéressant. Pour ce qui concerne la

langue, il nous décrit aussi les temps verbaux, les phénomènes qui caractérisaient le

français de l’époque. Il montre que la langue parlée dans la cour était caractérisée

par des suffixes très différents par rapport à ceux d’aujourd’hui. Il décrit une langue

metteur,

très riche en diminutifs. La présence de noms d’agent, tels que on tend à

la nominalisation. Les pronoms personnels sujet aujourd’hui sont obligatoires, on

doit toujours les employer quand on produit des phrases en français, avant on pouvait

pas

les omettre ; pour ce qui concerne la négation on a seulement . On pourrait faire

une comparaison avec la langue parlée aujourd’hui, dans certaines situations elle est

très semblable à celle de la cour de Louis XIII. La négation limitée à pas « faut pas

dire » est caractéristique du français oral de nos jours. Langue caractérisée d’une très

grande richesse de temps et de modes verbales et très semblables à aujourd’hui.

Langue poétique du XVII siècle

Dans la littérature Malherbe est très important dans le développement de la langue,

surtout pour la poésie. Il a proposé une langue pure et normalisée, claire et

sobre, l’élimination des barbarismes (mots étrangers, mots très informels), pas

une langue compliquée, mais accessible au lecteur. Il n’a pas donné d’informations

L’Art poétique

sur comment il fallait écrire dans un texte comme « », mais on peut

obtenir ces informations grâce à ses œuvres et ses annotations.

Malherbe a vécu à la fin du XVI siècle et au début du XVII, dans la dernière partie de sa

vie il a été nommé poète officiel du roi.

Il voulait fondre les auteurs classiques et il fait référence à la langue parlée dans cette

période.

Langue de la prose

Simplifier la langue française, enlever les barbarismes. Il décrit la langue de Malherbe

à travers un épisode : avant sa mort, il corrige la femme qui lui donnait des soins.

Vaugelas grammairien de l’usage

Son rôle est celui de . Il a eu une formation académique

et importante. Il a été l’un des premiers personnages de l’Académie Française

(institution fondée par Richelieu). Il s’agit d’un académicien très important qui s’est

occupé de l’écriture et de la publication d’un dictionnaire. Il a commencé des

discussions à propos de la langue française et sur ses structures sur le purisme de la

Remarques sur la langue française,

langue. Il s’est occupé aussi de son livre «

utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire publiée en 1647. Dans ce

»

texte il décrit le bon usage du français, l’acceptabilité de la langue. Dans la dernière

partie de sa vie il commence à fréquenter d’autres circules, d’autres institutions très

importantes à propos de la discussion sur la langue française (1606-1607, l’Académie

florimontane). Pendant la dernière partie de sa vie il a eu des problèmes de santé,

donc il s’est un peu détaché des problèmes linguistiques.

Il n’a pas écrit beaucoup de textes mais ce qu’il a écrit est très important pour la

Nouvelles

langue française. Il avait commencé à travailler sur un autre texte «


ACQUISTATO

4 volte

PAGINE

10

PESO

29.17 KB

PUBBLICATO

5 mesi fa


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in mediazione linguistica ed interculturale
SSD:
A.A.: 2018-2019

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher daniela2603 di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Lingua francese II e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università La Sapienza - Uniroma1 o del prof Di Pietro Alessia.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Corso di laurea in mediazione linguistica ed interculturale

Appunti per esame di Letteratura Inglese
Appunto
Linguistica
Appunto
La pragmatica linguistica
Appunto
Pragmatica
Appunto