Che materia stai cercando?

Analisi - Hécatombe à Diane, A. D'Aubigné

Analisi dell'opera "Hécatombe" di Agrippa d'Aubigné. Appunti di letteratura francese basati su appunti personali del publisher presi alle lezioni della prof. Preda dell’università degli Studi di Milano - Unimi, facoltà di Lettere e filosofia. Scarica il file in formato PDF!

Esame di Letteratura francese docente Prof. A. Preda

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

peuvent coïncider avec deux livres). Le choix de d’Aubigné d’opéré un cloisonnement générique représente

son refus de composer des Amours de Diane destinés à être publiées indépendamment, ou la volonté

d’intégrer le livre des sonnets dans un recueil plus vaste. Hécatombe représente :

• L’autonomie d’un micro-recueil de sonnets amoureux

• La dépendance d’un livre vis-à-vis d’autres livres

L’amour de Diane est un élément structurant de la jeunesse profane du poète, sans la vocation à composer

un recueil de vers amoureux redistribués par genres.

Des travaux récents tendent à considérer l’existence d’une version primitive datée de quelques années

après la liaison avec Diane Salviati en 1571 – 1573 (ms. 159). Une version revue pensant l’exile genevois

(ms. 157). Une partie de sonnets d’Hécatombe constituent une relique de l’aventure vécue, composées

plus tard. Des sonnets octosyllabes (27, 28, 33, 35, 36, 39, 41, 46) correspondent à la production

primitive avec la topique néo-pétrarquiste légère d’un amour policé. Mais l’argument métrique demeure

prépondérant, car les fureurs intempestives ont leur place dans les jeux de séduction.

Le Canzoniere est issu d’un très long travail de lecture et de relecture, de copie et de recopie, de correction

et de rajout poursuivi par un poète âgé, dont le regard décillé qu’il porte a posteriori sur ses « erreurs de

jeunesse » ne l’empêche pas d’en considérer les fruits avec une tendre amertume. Mais l’amour de Diane

ne saurait conduire à l’amour de Dieu. On rencontre dans l’Hécatombe un portrait du poète-amant en

jardinier qui, au-delà de la fable amoureuse conventionnelle, constitue une illustration obvie de ce

processus d’élaboration lente du recueil profane et de cette annulation des effets du temps sur le

sentiment amoureux. Son amour est pérenne.

2. « Les traces de mon perdu temps »

D’Aubigné fait de sa liaison avec Diane Salviati un événement fondateur, dur le plan sentimental (premier

amour) et sur le plan littéraire (premier recueil). Dans ses mémoires, Aubigné situe cet amour de jeunesse

entre 1571 et 1573, c’est-à-dire pensant les années qu’il a passé en pays blaisois, après la fin de la troisième

guerre civile. Il faut remonter à la paix de Saint-Germain (1570) qui a été favorable aux protestant, puis on

peut imaginer ce jeune soldat démobilisé. Avant d’être la réincarnation d’une déesse romaine aux mœurs

cruelles, la Diane que chante le poète est en effet une jeune fille issue d’une branche, émigrée en France à

la fin du XVe siècle, de la maison de sa naissance aux alentours de 1550, dans le château familial de Talcy.

Son grand-père, le banquier Bernardo Salviati, a fait l’acquisition en 1517 de la seigneurie et du château du

même nom, un château qu’il a réaménagé et fortifié dans les années qui suivent. Son fils va en effet

rapidement trouver en France des positions significatives dans des maison nobiliaires alliées et dans des

ordres influents :

• Jean : père de Diane, il est majordome ordinaire de la duchesse de Lorraine

• François : il est chambellan ordinaire du duc d’Anjou et premier écuyer de la reine de Navarre, et

chevalier de Malte et maitre de l’ordre de Saint-Lazare en France.

Avant d’accueillir les amours du jeune poète, le château a favorisé des entrevues politique. La

fréquentation du château avait des intérêts politique ou religieux. Il faut tenir en compte que Aubigné

entretien là sa réputation, et que cette idylle est aussi un moyen de parvenir tant sur le plan social que sur

le plan littéraire, puisque Diane, qui est la nièce de la Cassandre Salviati des Amours de Ronsard, fait figure

de muse pour celui qui entend bien mettre ses pas dans ceux de son glorieux ainé.

Dans les sonnets on ne retrouve aucune date ou époque précise ; ce particulier montre les règles de

naturalisation du discours de Pétrarque. Il y a des références à la scène de l’innamoramento, mais sans des

dates précises. Dans le sonnet 86 Aubigné situe la rencontre au moment du solstice d’été sans préciser

l’année.

Les épisodes évoques par le mémorialiste sont :

• La période heureuse de leur relation est liée à l’épisode qui voit le poète-soldat venir chercher une

hospitalité dans le château de Talcy (1572). Il commence à faire des projets de mariage, donc on

suppose que Jean Salviati a été séduit par la personnalité audacieuse du poète. Quant à la

différence de religion, elle ne semble pas créer d’obstacle.

• L’agression physique dont Aubigné dit avoir été victime dans une auberge (1572-1573).

• La rupture entre les deux, les conditions restent obscures probablement pour des questions

religieux (1573).

• Les amants se croisent d’une manière fortuite. Diane se montre mélancolique.

• La mort de Diane (1575)

Diane Salviati n’est pas seulement ce paradigme conventionnel qui donne à l’Hécatombe son allure de

Canzoniere amoureux, elle est un élément structurant du mythe personnel d’Agirppa. Plus qu’un souvenir

de jeunesse, elle est une présence obsédante, dont ne le guérit pas son mariage en 1583 avec Suzanne

Lezay.

3. « Et ces frases subornées / D’un Pétrarque ingénieux »

La femme réelle désigne la déesse (Diane-Artémis), la déesse qui exige l’hécatombe (le sacrifice d’une

centaine de victime) et l’hécatombe qui détermine enfin un nombre (la centaine), dont la nécessité fait loi.

Suivant le règles de l’autofiction pétrarquiste (une forme de fiction poétique nourrie de l’expérience

individuelle, qui permet à l’auteur de parler de soi) l’Hécatombe met en scène un poète-amant identifié à

l’auteur. Le poète réaffirme à intervalles réguliers non seulement son pouvoir d’immortaliser celle qu’il

chant, mais aussi la supériorité de la poésie à l’égard des autres arts de représentation. L’expression

littéraire du sentiment amoureux est bien partie prenant dans la relation qu’entretiennent les amants

supposés. En témoigne ce rêve utopique de réconciliation sentimentale autour du livre, qui permet de

comprendre que l’idéal d’un amour partagé va de pair avec la culture commun d’un jardin fructueux, qui

renverse la représentation du champ sanglant. L’amour se fonde sur un néo-platonisme littéraire de

circonstance, mais prédominent dans le livre les plaintes, les récriminations, les condamnations et les

attaques violentes. Cette violence irrépressible trouve son écho dans les campagnes militaires. Il

revendique une forme de brutalité, dans le maniement des « pistolles » et des vers. L’opposition entre le

sentiment feint et le sentiment authentique se double d’une opposition chère à Aubigné entre le

raffinement du style et l’expression naturelle et spontanée.

On retrouve l’expression traditionnelle de la souffrance d’aimer, qui se traduit par des mouvements de

révolte à l’égard de la nature. Il y a même tous les métaphores lexicalisées à partir du feu et du sang. Le

cœur est l’organe sensible liée au sacrifice amoureux. L’amant situe la passion dans le cadre d’une

pathologie mentale, en faisant valoir la perte de la raison et du sens qui provoque un amour destructeur.

Célébrant sa propre destruction, il intègre la part de satisfaction qu’il y a à souffrir.

Diane est une triple figure :

• Diane chasseresse : elle a le rôle-titre

• Hécate infernale

• Séléné nocturne

La figure de Diane donne lieu à un travail de représentation qui occupe une partie importante du livre. Ses

qualités physiques relèvent un travail de stylisation fondé sur les canons traditionnels de la beauté

féminine. L’éloge n’est conduit pas au portrait, mais il s’applique à un corps morcelé en de multiples parties

significatives (la chevelure, la bouche, l’oreille et la main). Le discours amoureux ne peut que constater la

métamorphose de l’amie bienveillante en une ennemie malfaisante. Depuis le moment de la première


PAGINE

5

PESO

322.93 KB

AUTORE

Amb.pan.

PUBBLICATO

5 mesi fa


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in lingue e letterature straniere
SSD:
Università: Milano - Unimi
A.A.: 2018-2019

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher Amb.pan. di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Letteratura francese e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Milano - Unimi o del prof Preda Alessandra.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Letteratura francese

Letteratura francese 1
Appunto
Riassunto - Les amours de Psychée et Cupidon, J. La Fontaine
Appunto
Analisi - Les amours de Psychée et Cupidon, J. La Fontaine
Appunto
Riassunto esame Glottologia, prof. Bonfadini, libro consigliato La Linguistica: Un Corso Introduttivo, Berruto, Cerruti - cap. 5
Appunto