Che materia stai cercando?

14. Analyse - Vision, J. Du Bellay

Il documento comprende gli appunti presi a lezione, più studio individuale su testi cartacei. Il documento è completamente in francese.
Non è da considerarsi come documento ufficiale emanato dall'Unical e/o dalla Prof.ssa A. Naccarato.
Bibliografia:
Lagarde - Michard, "XVIe Siècle", Francia, Bordas, 2015.
Bonini - Jamet - Bachas - Vicari, "Écritures...",... Vedi di più

Esame di Letteratura francese I docente Prof. A. Naccarato

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

14. Analyse – Vision, J. Du Bellay

Songe et Vision Les Antiquités

Ce sonnet fait partie d’un petit recueil qui a suivi

de Rome ; ce petit recueil de 15 sonnets montre une série de visions, songes,

grandeur

cauchemars, symbolisant, encore une fois, la et, en même temps, la

décadence en songe

de Rome, qui lui apparaît ; la description de Rome se base

sur un ensemble d’images qui se développent comme dans un rêve.

La structure générale reflète celle du sonnet, c’est-à-dire, qu’il y a deux

quatrains et deux tercets de vers endécasyllabes ; même si ce texte présente la

structure du sonnet, le premier vers ne reprend pas le titre de l’œuvre, plutôt

l’Enéide

celui d’œuvre italienne, de Virgile ; l’œuvre virgilienne a traité l’origine

de la ville de Rome, et Du Bellay veut traiter l’origine de Rome, en effet il en

parlera.

Les rimes des quatrains sont embrassées (ABBA), riches et il y a une alternance

entre les rimes masculines et celles féminines ; les rimes des tercets sont

irrégulières (CDC – EDE), masculines et féminines, et riches.

je poétique je poétique

Ce poème voit un et une non – personne ; le coïncide

avec l’auteur, car il veut faire allusion à ces journées romaines ; la non –

personne coïncide avec tous les caractères qui ont fait l’histoire de Rome (la

louve capitoline, les jumeaux et les barbares).

L’histoire se déroule et développe à Rome, pendant plusieurs périodes ; le sonnet

reprend la naissance de Rome du 753 av. J. – C. et la chute de l’empire romain en

476 ap. J. – C., à cause des invasions germaniques. La fin du poème se plonge

dans la contemporanéité du poète, en montrant ses désillusions et sa peine.

Le premier quatrain raconte la légende de Romulus et Remus ; il raconte cette

histoire comme s’elle fusse une expérience personnelle, vécue, en effet il utilise

je vis

l’expression pour souligner qu’il a vu la grandeur de Rome, coïncidant avec

souvenir

son origine ; le passé simple évoque le ; en outre cette expression

représente une anaphore présente dans tout le poème (v. 1, v. 2, v. 5, v. 9 et v.

12).

Aux vers 1-2 et 2-3, il y a des enjambements qui donne musicalité au sonnet ;

mignardement mignon(ne)

l’adverbe rappelle le mot du sonnet ronsardien et qui

décrit une action faite joliment, celle de deux jumeaux qui jouent et mangent.

l

Le premier quatrain se termine par une allitération, en effet les son est

plusieurs fois répété. je la vis

Le deuxième quatrain commence par l’anaphore qui sert pour monter

isotopie réaliste,

l’expansion de l’Empire Romain et qui constitue une grâce à

laquelle, le poète propose sa véritable perspective ; la louve, partant pour

trouver la nourriture pour ses enfants, est une métonymie rappelant les Romains

qui commencent à envahir l’Europe et, donc, l’expansion de Rome.

courant par les champs

L’expression (v. 7) constitue une synecdoque indiquant

l’Europe et le monde entier ; il y a d’autres synecdoques qui évoquent le corps

cruel(le)

de la louve (v. 8, dents – patte). Le mot évoque la cruauté des Romains

pendant leur expansion. Le quatrain se termine par un enjambement montrant la

métaphore fondamentale : Rome qui envahit le monde.

patte cruelle

La est une modification adjectivale oblique sur base synecdochique.

menus troupeaux en absentia

L’expression les est une métaphore qui reflète le

peuple soumis.

Les deux tercets commencent par l’anaphore, encore une fois, pour souligner ce

mille

qui s’est passé pendant le développement de l’histoire de Rome ; le mot (v.

9) constitue une hyperbole pour indiquer un grand nombre de barbares qui ont

envahi l’Empire Romain. Les barbares ont traversé les Alpes (v. 9, synecdoque –

montagnes) et le Nord de l’Italie (v. 10, synecdoque – lombardes campagnes),

pour arriver à Rome (v. 11, métaphore de l’épieu transperçant le flanc humain).


PAGINE

2

PESO

16.99 KB

PUBBLICATO

6 mesi fa


DESCRIZIONE APPUNTO

Il documento comprende gli appunti presi a lezione, più studio individuale su testi cartacei. Il documento è completamente in francese.
Non è da considerarsi come documento ufficiale emanato dall'Unical e/o dalla Prof.ssa A. Naccarato.
Bibliografia:
Lagarde - Michard, "XVIe Siècle", Francia, Bordas, 2015.
Bonini - Jamet - Bachas - Vicari, "Écritures...", vol. 1, Novara, Valmartina, gennaio 2012.


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in lingue e culture moderne
SSD:
Università: Calabria - Unical
A.A.: 2018-2019

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher poisondehaine di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Letteratura francese I e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Calabria - Unical o del prof Naccarato Annafrancesca.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Letteratura francese i

6. Analyse - La Concorde de deux langages, J. de Belges
Appunto
3. Clément Marot
Appunto
4. Analyse - Le Dizain de Neige, C. Marot
Appunto
8. L'École Lyonnaise
Appunto