Che materia stai cercando?

12. Analyse - L'Idée, J. Du Bellay

Il documento comprende gli appunti presi a lezione, più studio individuale su testi cartacei. Il documento è completamente in francese.
Non è da considerarsi come documento ufficiale emanato dall'Unical e/o dalla Prof.ssa A. Naccarato.
Bibliografia:
Lagarde - Michard, "XVIe Siècle", Francia, Bordas, 2015.
Bonini - Jamet - Bachas - Vicari, "Écritures...",... Vedi di più

Esame di Letteratura francese I docente Prof. A. Naccarato

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

12. Analyse – L’Idée, J. Du Bellay

Ce nom vient de la philosophie platonicienne, en effet, selon Platon, tout ce

réel reflet

qu’on appelle n’est qu’un d’un monde supérieur, le monde éternel des

Idées. L’âme humaine a vécu dans ce monde éternel, où elle retournera après

qu’elle se sera libérée de la prison charnelle, le corps.

Même s’il respecte les conditions platoniciennes, Du Bellay montre une grande

impatience prison perfection

d’échapper de la terrestre pour rejoindre la et

l’absolu ; ces éléments annoncent les thèmes de la poésie romantique ; ce texte

l’Olive.

est tiré de

Il s’inspire de Pétrarque, en effet il analyse le thème de l’amour, qui reste

artificiel, c’est-à-dire, qu’il n’y a aucune création personnelle et/ou moderne.

C’est un sonnet, structuré en deux quatrains et deux tercets, mais le premier ne

reprend pas le titre de l’œuvre (c’est une différence avec le sonnet classique). La

structure des rimes des quatrains est précise (ABBA), au contraire, celle des

tercets est plus irrégulière (CCD – AAD) ; les rimes des quatrains sont

embrassées, riches et masculines ; les rimes du premier tercet sont féminines et

riches ; les rimes du second tercet sont riches et soit féminines, soit masculines ;

il faut souligner la présence de deux rimes internes (vs. 2-3, tour-jour-retour et

vs. 6-7, obscur-jour-séjour). Il y a des vers décasyllabes mais aussi des

alexandrins (dodécasyllabes).

Le premier vers présente un oxymore extrême, parce que l’auteur veut souligner

la breveté de la vie ; l’an est personnifié et cela permet de comprendre qu’il est

en train de parler de la fuite du temps et de la finitude de l’homme ; en même

temps, cette personnification évoque une périphrase, l’auteur use cette phrase

pour tire que la Terre tourne autour du Soleil.

Le temps se passe et tout ce qui s’est passé ne fera jamais retour, l’humanité

je poétique

(personne, > « nos » v. 3) ne pourra jamais revivre ses souvenirs ;

aux vers 2-3, il y a un enjambent qui donne musicalité au poème. L’expression

toute chose rappelle l’homme, qui est comparé à une chose concrète qui ne doit

vivre que dans un monde terrestre et faux et qui suit un processus figé

(naissance-évolution-mort) ; c’est un élément de grande modernité, .

tu,

Au vers 5, il y a un qui pourrait faire penser à une autre personne, mais, en

l’âme emprisonnée

réalité, ce pronom se réfère à du poète, qui coïncide avec le

je poétique. Cette expression montre le désespoir du poète, qui est contraint à

vivre dans un monde faux et illusoire, et de même son âme, prisonnière de la

prison naturelle, le corps. songer,

Ce dialogue intérieur se déroule sur le verbe qui évoque le rêve mais

aussi le cauchemar, on pense, donc, que le poète veut imaginer le Monde des

Fleurs

Idées ; cette conversation intérieure peut se lier au style baudelairien des

du Mal, c’est, donc, un élément de grande modernité.

En conversant avec sa propre âme, le poète souligne les différences entre l’être

mortel (l’homme) et l’être éternel (l’âme) ; la phrase au vers 6 souligne que

l’âme doit vivre sur le monde terrestre jusqu’à la mort du corps qui l’emprisonne,

mais, en même temps, cela souligne que le poète aime ce monde obscur et

jour obscur,

sombre. Il fait la différence entre la vie terrestre, qu’il appelle et la

clair séjour

vie spirituelle, qu’il appelle ; en outre, l’âme humaine possède des

ailes pour s’envoler, au contraire, le corps mortel ne peut pas rejoindre le monde

spirituel.

Si la première partie s’est centrée sur les différence entre l’âme et le corps, la

seconde partie évoque le Monde des Idées ; le premier tercet commence par une

philosophique,

anaphore (Là) qui évoque un lieu, non pas géographique mais

c’est le Monde des Idées de Platon.


PAGINE

2

PESO

16.02 KB

PUBBLICATO

6 mesi fa


DESCRIZIONE APPUNTO

Il documento comprende gli appunti presi a lezione, più studio individuale su testi cartacei. Il documento è completamente in francese.
Non è da considerarsi come documento ufficiale emanato dall'Unical e/o dalla Prof.ssa A. Naccarato.
Bibliografia:
Lagarde - Michard, "XVIe Siècle", Francia, Bordas, 2015.
Bonini - Jamet - Bachas - Vicari, "Écritures...", vol. 1, Novara, Valmartina, gennaio 2012.


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in lingue e culture moderne
SSD:
Università: Calabria - Unical
A.A.: 2018-2019

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher poisondehaine di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Letteratura francese I e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Calabria - Unical o del prof Naccarato Annafrancesca.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Letteratura francese i

6. Analyse - La Concorde de deux langages, J. de Belges
Appunto
3. Clément Marot
Appunto
4. Analyse - Le Dizain de Neige, C. Marot
Appunto
8. L'École Lyonnaise
Appunto