Ominide 1145 punti

Un écrivain engagé


Le 13 janvier 1898, lors de l’Affaire Dreyfus, Zola est en première ligne pour défendre le capitaine juif contre l’armé ; qui avait été jugé à huis clos sans jurée. Il publie une lettre ouverte au Président de la République sur le journal L’Aurore. Pour ce motif il sera condamné à la prison et connaitra l’exil.
Par la suite, il sera une figure emblématique de la défense des droits de l’homme. L’engagement de Zola est un engagement solitaire, il désire avoir le procès que Dreyfus n’avait pas obtenu. En 1906 la cour militaire va donner le capitaine la grâce.


Le style


Même si Zola veut soumettre le roman à la méthode des sciences expérimentales et adopte, pour cela, un style descriptiviste et détaillé, on ne peut pas réduire son style à la froideur de l’observation scientifique. Bien au contraire, c’est la puissance de son style qui l’a placé au-dessus de ses contemporains. Zola ne sait pas trop bien peindre les caractères comme Balzac, mais en revanche il sait évoquer avec force les groupes, la foule en mouvement (comme dans la grève de Germinal). Cela est certainement aussi provoqué par la prise de conscience du rôle des collectivités dans la société introduite par le socialisme.
En outre son style est aussi symbolique, par exemple dans le fait que Germinal est le nom qu’on a donné au mois d’avril pendant la Révolution Française, et qui signifie donc que la nature et la vie se réveillent. Finalement son style est rendu parfois épique par l’emploi des métaphores, du surnaturel, de l’exagération du réel. Il excelle dans la personnification des objets, qui deviennent véritables personnages du roman et symboles.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Potrebbe Interessarti
×
Registrati via email