Ominide 13147 punti

Henri Barbusse était un écrivain, journaliste et activiste politique communiste français.
Barbusse est au cœur de la culture françaises vingtaine de qualification, la plupart de Marcel Proust, André Gide et André Malraux.). Selon Giovanna Secchi cette opinion, exprimée par Jean Fréville, peut être considéré comme biaisé, mais "dans ces années cruciales pour la formation de mouvements organisés et partis de gauche, contre le nationalisme rampant et le fascisme, il semble juste de voir Barbusse comme un point de référence, à la fois par la critique militante, le fait que le spécialiste de la littérature à l'écoute des activités de cette histoire sait imposer.
Né à Asnières-sur-Seine, le second fils d'un père français et d'une mère anglaise, Barbusse a passé son enfance et son adolescence à Montmartre, où son père, un journaliste, il avait déménagé après la mort de sa femme. A Montmartre fréquente une école de confession protestante, et de 1884 à 1891 en tant que stagiaire et suit de bons résultats avec les cours du "Collège Rollin 'ayant comme professeurs Stéphane Mallarmé et Henri Bergson. Après avoir obtenu son baccalauréat en sciences et lettres, il s'inscrit à la Sorbonne où elle a obtenu la licence en lettres, et dans l'intervalle, entre 1893 et 1894, donne également son service militaire à Compiègne.

Commence très tôt son apprentissage littéraire en écrivant des vers à la mémoire de sa mère, qui expriment une tendance à la poésie de la veine mélancolique. Entre Septembre 1892 et Février 1893, participe à des concours mensuels de la poésie et de la prose appelés par le supplément littéraire de L'Echo de Paris se quatre fois le prix de la poésie et un pour la prose fois. Le jury est composé de chercheurs de pointe, y compris Catulle Mendès, mécène des arts et critique littéraire, et son futur beau-père, qui lui propose de travailler pour le supplément de L'Echo de Paris. Merci pour le soutien de Mendes entre dans une relation avec Marcel Schwob, directeur littéraire du journal, et puis avec les cercles plus mondaines et intellectuelles du moment où il a rencontré et a assisté José-Maria de Heredia, Henri de Régnier, Pierre Louys, Paul Valéry , Marcel Proust, Fernand Gregh. De cette période est la collection de poèmes Pleureuses (1895), suivi par Les Suppliantes (1903), ainsi que de nombreuses histoires courtes.
Pendant ce temps continue à fréquenter la maison de Mendes et tombe en amour avec la fille cadette de ceux-ci, Hélyonne, qu'il a épousée en Avril 1898 à 1896, il a été nommé rédacteur en chef du "Bureau de Presse" du ministère de l'Intérieur et de l 'l'année suivante, il a reçu le supplément de la chronique théâtre la Grande revue intellectuels magazine "dreyfusards", un poste qu'il a occupé jusqu'en Octobre 1901, qui est un point de départ pour la compréhension de son évolution idéologique ouvertement démocratique de référence, comme peut l'être observé par l'engagement dans l'affaire Dreyfus et le débat qui suit. En 1899, à accepter le poste de besoins économiques officielles du personnel du ministère de l'Agriculture qu'il a quitté en 1902 pour devenir secrétaire général des éditions Pierre Lafitte. L'intérêt principal de Barbusse est toujours la littérature, accompagné d'un engagement journalistique démocratique et pacifiste comme en témoigne la collaboration, à partir de 1903 (l'année de la publication du roman Les Suppliantes), avec la revue La Revue de la Paix et la Paix par le Droit, par la "Société français pour l'arbitrage Entre les nations".
Il a quitté son emploi dans les éditions attendant, Lafitte pour la direction de la maison d'édition Hachette et acheter une maison dans les bois à Aumont-en-Halatte, près de Senlis (Oise), où il s'est réfugié et de repos pendant des périodes d'aggravation de sa maladie (était en fait atteint de tuberculose pulmonaire, pour lequel il a également dû être hospitalisé dans un sanatorium).
En 1914, une épidémie de la Première Guerre mondiale: malgré son âge, la santé et l'anti-militarisme convaincu délicate, Barbusse volontaire pour le partage de la décision des socialistes de ne pas s'abstenir de conflit pour défendre la France face. Après avoir passé un an dans les tranchées qui se passe à l'arrière comme ambulance, mais après quelques hospitalisations, est réformé et mis en congé.
L'expérience de la tranchée est une révélation pour Barbusse, imposant dénonciation morale de l'apocalypse, il avait été témoin. Le résultat est le Feu (Fire), d'abord publié en 93 épisodes de l'œuvre, puis en volume en Décembre 1916 Le Feu montre la haine grandissante de l'auteur au militarisme et attire de sévères critiques pour sa forte réalisme, était ce en fait le premier roman de proposer un témoignage réaliste sur l'expérience brutale de la guerre: le travail rejette toute rhétorique nationaliste et héroïque et impose sur la scène littéraire de la description brute de la vie et les souffrances de la «poilus» comme on les appelait les soldats français. Grâce à son témoignage efficace, le roman est à Barbusse le titre de "Zola des tranchées" et contribue à susciter des sentiments contre la guerre dans la société tout entière. Le livre a remporté le prix Goncourt prouver un succès instantané et l'appréciation de certains des plus célèbres écrivains de l'époque dont André Gide, Anatole France, et Romain Rolland.
En Novembre 1917, il fonde avec Paul Vaillant-Couturier et Raymond Lefebvre, l'ARAC, Association républicaine des Anciens Combattants, dans lequel il écrit et parle de nombreux discours, recueillies en 1920 dans Paroles d'un combattant.
Barbusse est un croyant ferme de l'importance du rôle que l'intellectuel doit assumer pour la libération du peuple et de la "CLARTÉ" de l'avenir fondée sur la justice. Tout ce qu'il exprime d'une manière programmatique dans le roman Clarté qui est publiée de manière échelonnée dans Le Populaire en 1919, puis en volume.
En Janvier 1919, dans le même temps l'émergence sur la scène politique de la Troisième Internationale, Barbusse commence à soutenir la révolution bolchevique communiste et décidé ainsi. Dans la même année, avec ses plus proches collaborateurs dell'ARAC et plusieurs autres intellectuels, le Groupe Clarté, dans le cadre du projet à l'international de la Pensée.
Le 1er mai 1919, sur les pages de la revue L'Humanité, il semble un article intitulé Le Groupe Clarté Barbusse. Il est le manifeste fondateur d'un mouvement d'intellectuels de gauche qui, conscient "(de) grand Leur devoir d'Éducateurs et de guides, en Ontario RESOLU de soi mérou versez Exercer juin l'action sociale." Participer au mouvement, dont l'idéologie est strictement humanitaire et progressiste, à côté de Raymond Lefebvre, Paul Vaillant-Couturier et Magdeleine Marx-Paz, des noms comme Anatole France, Georges Duhamel et Jules Romains. Le mouvement se présente comme une association d'intellectuels internationalistes par opposition aux intellectuels nationalistes, servant de porte-parole de la réaction pacifiste genre en France et dans de nombreux pays européens à la fin de la guerre.
Le projet débutera la publication d'une feuille du mouvement, intitulé Clarté, Bulletin de l'Internationale de la pensée qui est, de 1919 à 1921, le prototype de la vraie revue Clarté, qui suivra 1921-1928 à collaborer magazines de nombreux intellectuels de cette période politiquement engagés, tels que Georges Duhamel, Vicente Blasco Ibáñez, Jules Romains, Stefan Zweig.
Ses œuvres ultérieures, Manifeste-aux intellectuels, élévations (1930), et d'autres, montrent un point de vue très certainement révolutionnaire. Parmi ceux-ci, Le Couteau Entre les dents (Le couteau entre les dents) de 1921, essai politique, est une condition préalable à son adhésion au PCF en 1923 marque l'approche de Barbusse bolchevisme et la révolution russe.
De 1926, il devient directeur de la catégorie littéraire de L'Humanité, le journal officiel du PCF, et simultanément, écrit le magazine l'Europe, qu'il a fondée en 1923 et remplacé par Monde en 1928.
Malgré l'engagement actif dans le domaine du journalisme militant, Barbusse pas abandonner la création littéraire. En 1925, Les enchaînements fait publique, un roman historique difficile, qui a été publiée de manière échelonnée dans Clarté dans la même année. En 1927, il a écrit son plus discuté, Jésus, fortement critiquée par la Clarté. Le conflit au sujet de Jésus, qui implique aussi le PCF, déterminé à défendre Barbusse, contribue à la marginalisation politique de la revue. 1927 marque également son premier voyage à l'URSS et la participation au Congrès international contre l'oppression coloniale à Bruxelles. En 1929, il est allé à Francfort pour assister au II Congrès International, en 1932, j'ai rejoint le Congrès mondial, qui aura lieu à Amsterdam, contre la guerre et en 1933 il est allé à Paris pour assister au Congrès européen contre le fascisme a tenu à "salle Pleynel. "Cela soulève le «Mouvement Amsterdam-Pleynel" ayant pour promoteurs Barbusse lui-même comme président et Rolland, un mouvement qui prend le nom de "Comité Mondial contre la guerre et le fascisme."
Barbusse, un stalinien convaincu, a écrit en 1935 une biographie de Joseph Staline intitulé Staline. Un monde nouveau vu à Travers Un homme (Staline. Un nouveau monde vu à travers un homme). Le livre est l'équivalent occidental du culte de la personnalité soviétique, et Barbusse mène une violente campagne de presse contre son ancien ami Panait Istrati, écrivain roumain qui avait exprimé des critiques de l'Etat soviétique. Dans les années trente Aussi adhère all'AEAR (Association des Artistes et Ecrivains Révolutionnaires), présentant son idée d'un large front uni des intellectuels. L'esprit riveraine et anti-fasciste répandue de ces années, soutenu par le PCF, contribue au succès de l'initiative, très différent de ce qui s'était passé à l'Internationale de la Pensée, qui se jette dans le Congrès d'Amsterdam et, plus tard, mais sans mourir Barbusse propre en 1935, en grande des Congrès Ecrivain tenue à Paris.
Le 16 Juillet 1935, il est allé à l'Union soviétique pour assister au Congrès VII de l'Internationale communiste, a été malade d'une pneumonie et est hospitalisé à Moscou, où il est mort le 30 août. Le cercueil a été transporté à Paris et 7 Septembre, accompagné par une foule nombreuse au cimetière du Père-Lachaise, est enterré.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email