gaiabox di gaiabox
Ominide 3551 punti

Montaigne juxtapose ses pensées selon le principe des libres associations. Cela lui permet, sous couvert d'un ton familier et d'une composition négligée, de placer cotè à cotè le recit d'anecdotes et des opinion subversives. On peut distinguer les différentes parties. Au lignes 1 - 6 Montaigne parle de la notion de batbarie est relative, et ceci c'est un réflexions que l'auteur fait. Au lignes 7 - 13 le poète parle des costumes des barbares, et ceci c'est une anecdote. Au lignes 21 - 27 Michel parle de sa pensé sur ce usage, que la torturee est plus barbare que le cannibalisme. Au ligne 28 - 32 Montaigne parle de l'experience des indiens en Europe, ceci c'est un anecdote. Au ligne 32 - 45 le poète écrit que le sauvages jugent les francaises, et aussi ceci c'est un anecdote.

Aux lignes 21 - 27, Montaigne oppose l'anthropophagie à la torture. Pour Montaigne la pratique que lui semble la plus inhumaine c'est la torture que les européens font à ses prisonniers. Pour lui donc les vrais barbares ne sont pas les indiens, mais les européens.

Aux lignes 35 - 45, le regard (faussement) naif des Indiens d'Amérique permet à Montaigne de dénoncer deux maux qui affligent la societé francaise: le premier c'est le jeune age du roi et les autres qu'il command, le deuxiém sont les differeces entre les hommes riches et les hommes pouvres.

Lorsqu'il parlent des moeurs des cannibales, les Euripéens se servent du mot barbare.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email