Erectus 4342 punti

Thibaut de Champagne – Je suis comme la licorne… - Parafrasi e commento

Thibaut de Champagne, un aristocrate vécu dans la première moitié du XI siècle, était Comte de Champagne et roi de Navarre et en même temps troubadour. En effet il nous a laissé plus de 70 compositions poétiques qui constituent un exemple complet de « fin’amour ». Dans le poème « je suis comme la licorne » il semble que la femme aimée soit Blanche de Castille
La licorne était un animal mythique très à la mode au Moyen Age. Elle avait l’aspect d’un cheval blanc, portant une corne torsadée sur le front. Tout en étant sauvage et féroce, souvent, la licorne, se laissait prendre au piège de l’amour car elle était attirée par les jeune filles innocentes
Paraphrase
Je suis comme la licorne
qui s'émerveille,
en regardant la jeune fille,
éprouvant un si doux malaise

qu'elle [la licorne] tombe évanouie sur son ventre [le ventre de la jeune fille];
alors on la [la licorne] tue prise par surprise.
C'est ainsi, qu’ en vérité, l'Amour et ma dame m'ont blessé à mort.
Ils ont capturé mon cœur et je ne peux le reprendre.

Dame, quand j’ ai été en votre présence
et que je vous ai vue pour la première fois,
mon cœur s’est mis tellement à trembler
que, à mon départ, il est resté entre vos mains.
On l’emmena, sans possible rançon, en captif
dans la douce prison
dont les piliers sont faits Désir,
et les portes de Belles Visions,
et les anneaux de Bon Espoir.

Amour a les clefs de cette prison
et il y a mis trois gardiens.
Le premier s’appelle Beau-Semblant,
et l'Amour leur a donné Beauté pour chef.
Il a mis Danger à l'entrée,
un affreux vilain et répugnant traître,
qui est méchant et scélérat.
Ils sont tous les trois lestes et rusés
et ils ont bien vite fait de saisir un homme.

Qui pourrait souffrir les rigueurs
et les assauts de ces portiers?
Jamais Roland, ni Olivier
ne subirent de telles batailles.
Ils triomphèrent en luttant,
mais pour vaincre ceux-là il faut s'humilier.
Souffrir est son gonfalonier.
Dans la bataille dont je vous parle,
On peut se sauver seulement si l’on se rend.

Dame, ce que je crains le plus
est d'être privé de votre amour.
J'ai tant appris à souffrir
que je suis à vous par habitude.
Et si cela vous déplaisait,
je ne saurais y renoncer
sans en garder le souvenir,
sans que mon cœur ne soit toujours dans la prison
et près de moi.

Envoi :
Dame, puisque je ne sais tromper,
il conviendrait plutôt d'avoir pitié de moi
qui porte un si lourd fardeau.

Commentaire
Le code de l’amour courtois prévoit un service d’amour qui est codifié à l’aide de plusieurs règles qui accordent à l’amour terrestre tous les rites de l’amour divin, En effet, c’est pour plaire à la femme aimée que le chevalier recherche la perfection à travers la vaillance du chevalier épique et l’élégance de l’homme de cour.. L’amour devient donc la source de toute vertu e de toute prouesse. Cependant, les exploits ne sont pas suffisant pour obtenir l’amour de la Dame, qui reste inaccessible ; il faut savoir aimer et surtout il faut souffrir en silence et arriver même à l’humiliation. Voilà la signification du poème « Je suis comme la licorne »

Le poème se situe dans la ligne de la poésie des troubadours. Thibaut de Champagne situe la scène de son aventure sentimentale dans le mode des images et des symboles et le senhal, caractéristique des troubadours, devient chez lui une véritable allégorie. Et voilà que les thèmes de l’idéalisme et de l’hermétisme courtois évoluent : la Dame et l’Amant, vivent dans un mode imaginaire des allégories, dominé par l’ambigüité de l’amour, l’exaltation, le désir et le tourments, Ce sont des thèmes universels que l’on retrouve tout le long de la littérature française, ds poètes de la Pléiade à la poésie d baroque pour en arriver aux Symbolistes.
Dans la première strophe, le poète se compare à une licorne qui s’émerveille en regardant une jeune fille et qui arrive même à s’évanouir en la contemplant. Comme la licorne, le poète s’est laissé prendre au piège par l’Amour envers la femme aimée.
Alors, il s’adresse directement à la femme aimée pour lui dire que la première fois qu’il l’a vue son cœur s’est mis a battre tellement fort qu’il est resté prisonnier de la force de l’Amour. Le poète introduit alors des allégories pour décrire la prison où l’amour l’oblige à vivre : les piliers c’est le Désir, le Beau Voir ce sont les portes et les anneaux qui l’attachent c’est le Bon Espoir. C’est l’Amour qui détient la clé de la porte de la prison, surveillée par trois personnages : Beau-Semblant, Beauté et Danger qui constituent la métaphore de tous les risques qui guettent le poète. amant dans son service d’amour
Dans la troisième strophe, le poète compare sa bataille d’amour a celle de Roland e de son ami Olivier contre les Sarrasins. La différences se trouve dans les moyens pour arriver à la victoire : ces derniers gagnent la bataille en combattant avec des armes, chez le poète la seule arme possible est l’humiliation devant la dame et la souffrance et le seul drapeau de guerre est la souffrance et le seul moyen pour gagner c’est la capitulation.
Cependant il y a une certaine forme de plaisir dans la souffrance amoureuse ; il ne peut pas se détacher de la femme aimé mais si cette recherche de l’amour et du consentement le fait souffrir, tellement il en a l’habitude
La dernière strophe, plus courte que les précédente est appelée « envoi » parce qu’elle sert au poète pour prendre congé de la Dame. Le poète lui demande de tenir compte des souffrances qu’il est obligé d’endurer et par conséquent d’savoir pitié de lui.
Thèmes
• totale soumission du poète à la femme aimée
• humiliation
• anéantissement de la volonté du poète vis-à-vis de la femme
• fierté et inaccessibilité de la femme
• complaisance du poète dans la souffrance causée par l’amour

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email
Consigliato per te
Maturità 2018: date, orario e guida alle prove