Che materia stai cercando?

Appunti (in francese) di Pierre Michon (vita, opere, analisi completa Vite minuscole) - Letteratura francese

Appunti (in francese) della vita di Pierre Michon, le opere, analisi completa di Vite Minuscole (titolo, dedica, significato dell'opera, tipo di autobiografia, descrizione di tutte le vite, linguaggio). Appunti basati su appunti personali del publisher presi alle lezioni della prof. Bignoli.

Esame di Letteratura francese docente Prof. L. Brignoli

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

Quand il termine le service militaire, il part pour la Cote d’Ivoire pour faire fortune devenir planteur,

en prononçant toujours « j’en reviendrai riche, ou y mourrai… ». Depuis longtemps, il écrit une lettre

quand la mère du narrateur a 15 ans, et puis, une chaque année ou chaque deux : il leur communique

qu’il avait travaillé dans le domaine forestier, puis il était devenu un bucheron et enfin il avait une

plantation ; il était riche, même s’il est piégé par les premières révoltes indigènes.

Le narrateur rencontre André avec sa mère quand il était un enfant dont il ne peut pas avoir aucun

souvenir : le héros voit en lui une image de son propre passé. Il ne revient qu’une seule fois et son

départ sera suivi par une lettre et quelque paquet de café ; son silence prolongé fera penser qu’il est

mort.

Les épisodes de la vie du héros sont imaginés en forgeant des hypothèses à partir d’indices ; un

paquet de café envoyé d’Afrique, gardé comme une relique. Une façon de concevoir « l’œuvre

ouverte ».

• 

Vie d’Antoine Peluchet (à Jean-Benoît Puech, universitaire et écrivain français) on apprend

qu’Antoine était un des ancêtres nait en 1850 à Le Chatain, fils de Toussaint Peluchet et Juliette. On

commence à parler de lui parce qu’Elise tient une vielle boite de biscuits où elle conserve des

souvenirs et des objets précieux ; l’objet en question est la Vierge à l’enfant, utilisée quand quelqu’un

nait ou meurt.

Son père était un paysan qui travaillait la terre, mais Antoine ne veut pas devenir comme lui. Son

père perçut dans le fils quelque chose, geste, parole ou plus vraisemblablement silence, qui lui

déplut. Ce malentendu générationnel conduit Antoine à quitter la maison un soir à dix-sept ans au

moment d’un dispute avec son père ; la scène est vue de l’extérieur par un observateur fictif, qu’il

voit de grands gestes et qu’il sent des bruits, mais il n’y a pas des voix. Antoine quitte et il ne reviendra

jamais. En s’enfuyant, il laisse derrière lui trois livres, amorce d’un récit riche de références

intertextuelles, nourri de la bibliothèque du narrateur écrivain. Les trois livres d’Antoine Peluchet

(Manon Lescaut « dans une édition de colporteur » (p. 42), une règle de saint Benoît et un petit atlas),

suppléent d’abord à l’absence de leur possesseur dont ils rapportent et mettent en scène la

disparition, déchiffrent les raisons d’une rupture avec le père, d’un éloignement irrémédiable.

Après avoir consulté les livres d’Antoine pour chercher des réponses, Toussaint commence à boire.

Les parents se mettent à rêver sur la vie d’Antoine : Fiéfié, qui aidait le père à travaillait la terre, lui

dit que le fils est en Amérique, donc ils imaginent qu’il est parti comme beaucoup de gens, pour faire

fortune. Un soir le père est au cabaret et un des garçons Jouanhaut lui raconte de son fils : il ne se

trouve pas en Amérique, mais il a été vu avec des prisonniers condamnés aux travails forcés, en train

de s’embarquer pour l’Ile de Ré. On apprend que Juliette meurt, peut-être à cause de cette

révélation, tandis que Toussaint continue sa vie et en buvant beaucoup, avec l’air de ne pas être

touché par le destin de son fil. Fiéfié meurt aussi, mais on ne saura jamais de quelle manière. Quand

le père tombe dans le puits en 1902, le narrateur imagine cette morte comme une réunification entre

le père et le fils.

Le narrateur s’identifie avec le héros peut-être parce qu’il est le premier homme qui possède son

vestige depuis Antoine, comme si dans sa famille composée par beaucoup de femmes, il représentait

son ombre. Il est le plus proche à être son fils : ses destins se rencontrent, se ressemblent. A la fin du

chapitre, le narrateur nous dit que la place d’Antoine dans le cimetière de Saint-Goussaud est vide et

c’est comme Antoine la lui avait laissée pour lui, près de son père, Toussaint ; de cette façon son père

pourra devenir le père du narrateur.

• 

Vies de Clara et Eugène (grands-parents paternels du narrateur) le chapitre s’ouvre avec le

narrateur qui se souvient de la visite annuelle de ses grands-parents paternels quand il était un

enfant ; ils lui rappelaient chaque fois la disparition de son père. Dans sa famille, ce sont les femmes

qui sont plus intelligents, plus cultivées, tandis que les hommes boivent beaucoup, comme le

narrateur. C’est comme si le narrateur ne connait pas ses ancêtres, parce que le père est parti

lorsqu’il est enfant. Le père du narrateur n’est pas le fils d’Eugene, mais il est le fils d’un amant

précèdent de Clara : cette incertitude fait devenir l’absence du père page blanche. Quand ses quatre

grands-parents se réunissaient le dimanche il lui semblait qu’ils viellassent un défunt, la seule raison

de cette réunion familiale. Le rapport entre le narrateur et ses grands-parents paternels est plutôt

détaché ; quand ils commencent à vieillir il se rend chez leur seulement deux fois.

• 

Vie de deux frères Bakroot la mère du narrateur l’envoie au collège où il reste pour sept ans et

où il apprend le latin et les auteurs du passé. Rémi et Roland sont les camarades d’école de Michon

d’origine flamande et ils sont l’un le contraire de l’autre : Roland est le majeur, il est un garçon très

sage, qui travaille beaucoup, qui aime lire et étudier, auquel le maitre Achille donne des livres parce

qu’ils partagent une admiration pour la littérature, mais il est très timide ; son frère, Rémi, est joyeux

et exubérant, un peu méchant avec un enseignant parce qu’il préfère son frère à lui, ne travaille pas

et a un succès énorme avec les camarades et les filles. Les deux frères sont des fils que leur rivalité

farouche pousse chacun à dépasser l’autre ; la jalousie qui pousse le cadet à voler le livre offert à son

aîné Roland par le prof de latin, se clôt par une terrible bagarre.

A un certain point Achille prend sa retraire et meurt la même année : d’une partie Roland est triste,

il pleure parce qu’il Achille était la seule personne qu’il avait aimée ; d’autre partie il est

soulagé/libéré parce qu’il ne doit plus se confronter avec lui – mauvaise réputation, il souffre de ses

ridicules, de son inaptitude à adopter le lien social et qui considère comme un triste miroir - le traine

comme un boulet sa morte représente à la fois un regret et une libération.

Roland va à l’université, tandis que Rémi s’engage, devient cadet dans l’armée et il meurt. Les deux

frères représentent deux aspects de la vie : Roland la contemplation de la vie et Remi la vie active

(en fait il meurt). Les frères sont aussi la représentation des repulsions de la vie de narrateur

l’étude, le savoir et la vie. Le fait que Remi meurt nous dit quelque chose de la vie que Michon doit

abandonner pour devenir écrivain.

• 

Vie de père Foucault on comprend que l’expérience théâtrale du narrateur va finir et qu’il a connu

une actrice, Marianne ; ils se promènent, le narrateur commence à boire et ils se rendent à un café.

Dans ce café, il y a un type qui a décidé de séduire les femmes par sa capacité verbale, mais il parle

très mal et le narrateur le corrige et il se moque de lui : il dit que sera la compassion la raison pour

ses réponses. Comme l’homme comprend d’être ridiculisé, il sort, il attend Michon et il le frappe, ma

le narrateur est trop ivre pour réagir.

Le lendemain il est hospitalisé parce que les blessures sont trop graves, en fait il subit une opération

et pendant ce temps il connait père Foucault le choix du nom n’est pas anodin, il fait allusion au

philosophe Michel Foucault (dont le livre Vie des hommes infames a beaucoup inspiré Pierre Michon)

et au missionnaire Charles de Foucault.

Le vieux avait un cancer à la gorge, et, pour raisons de santé, doit se rendre à Villejuif (banlieue de

Paris), parce que là il peut guéri, mais il refuse tandis que le médecin cherche de le convaincre.

Michon ne comprend pas la raison pour laquelle il ne veut pas aller ; peut-être pour ne pas s’éloigner

de la famille, mais il découvre bientôt qu’il est veuf et sans fils. Les infermières se rappellent à Michon

pour le convaincre, mais c’est inutile : le père meurt. Pourquoi refuse-t-il ? Parce que le père Foucault

était analphabète et il sait que s’il était allé là il aurait dû remplir des feuilles, donc plutôt que dire

qu’il est handicapé, qu’il ne soit pas lire où écrire, il meurt. Michon s’identifie avec tous ces

personnages : avec père Foucault parce que comme le père ne veut pas aller à la Ville parce qu’il ne


PAGINE

6

PESO

702.16 KB

PUBBLICATO

4 mesi fa


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in Interpretariato e comunicazione
SSD:

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher lazzerimartina9 di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Letteratura francese e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Libera Università di Lingue e Comunicazione - Iulm o del prof Brignoli Laura.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Letteratura francese

Appunti di Alain Robbe-Grillet, Nouveau Roman e La Jalousie - Letteratura francese
Appunto
Appunti (in francese) di Albert Camus, Lo straniero, l'Assurdo, l'Esistenzialismo e Sartre - Letteratura francese
Appunto
Riassunto Autori, testi e generi di Letteratura francese, Le XXe siècle
Appunto
Appunti (in francese) George Perec, Oulipo e W ou le souvenir d'enfance - Letteratura francese
Appunto