Ominide 11266 punti

Les influences du mouvement naturaliste


Le naturalisme caractérise les tendances qui dominent dans la littérature après 1870. Les tendances ayant évolué selon l’esprit positiviste continuaient la tradition réaliste en l’affirmant et en l’exagérant. L’ambiance positiviste comptait sur les sciences et se moquait des tendances romantiques en ce qui concerne « le rêve, l’abstraction, l’exaltation sentimentale, la perte du style précis, l’oubli de l’analyse, le discrédit de la simplicité, la haine pour l’exactitude, la passion de croire sans preuves ». Une telle philosophie donne au naturalisme l’un de ses éléments fondamentaux, c’est-à-dire le fait d’avoir les sciences comme support.
L’une des idées scientifiques de base expliquant le développement du naturalisme est la théorie de l’évolution de Darwin. L’image naturaliste de l’homme est en effet adoptée du Darwinisme ; l’abaissement de l’humain au niveau de l’animal s’opposait fortement à l’idéalisation de l’homme appuyée par les romantiques. C’est la loi de l’hérédité qui a le plus inspiré le roman naturaliste, en particulier la série de Zola sur les Rougon-Macquart. En voulant peindre non pas la société contemporaine, mais une seule famille pour mettre en évidence le jeu de la race modifiée par les milieux, le rôle de l’individu y était réduit à l’extrême.
L’influence sociale du naturalisme concerne l’industrialisation. La croissance économique a ses conséquences : à la suite de l’augmentation de la lutte pour l’argent et le pouvoir, la prospérité augmentera chez les uns et diminuera chez les autres. C’est cette rupture qui a influencé l’école naturaliste. Le désir de montrer les tares sociales était déjà propre au réalisme qui représente traditionellement une littérature d’opposition, et le naturalisme continuait cette tradition. Selon Martino, Zola envisageait la question ouvrière dès L’Assommoir mais ne se reconnaissait socialiste que vers 1885.
L’ambiance politique favorisait ainsi le développement du naturalisme au cours de la seconde moitié du XIXe siècle. La république fut associée au mouvement par certains écrivains, notamment par Zola. Sa critique de la société contemporaine culminait dans la critique de la bourgeoisie. Le mouvement moderne qui comptait sur les sciences et insistait sur la rationalité était commun à la littérature et à l’ambiance politique de l’époque.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email
Consigliato per te
I Licei Scientifici migliori d'Italia secondo Eduscopio 2017