Ominide 1145 punti

Madame Bovary (1857)


Mœurs de Province


Le soutire de Madame Bovary « mœurs de Province » dérive du désir de Flaubert d’être observateur de la société. Il décrit une ambiance entouré par l’ennui, dans lequel chaque classe sociale est dominée par vices et conformisme. Son écriture abandonne le positivisme de la moitié siècle, pour devenir profondément pessimiste. Emma nécessite, à cause de son romantisme, nécessite une fuite de la monotonie où elle se trouve. Cette fuite est possible seulement à travers le conformisme ou le suicide. La protagoniste est victime de son époque.

Le Bovarysme


Le terme bovarysme, introduit par Jules de Gautier, indique un état d’insatisfaction, caractéristique du personnage d’Emma Bovary. Dans le roman, Emma se trouve frustrée par la monotonie et la simplicité de sa vie, et pour ce motif se réfugie dans une fuite dans l’imaginaire et le romanesque. La lecture des romans constitue le début de cette illusion perpétuelle dans laquelle elle vit, une illusion forcement lié à la littérature, et qu’est aujourd’hui considérée une véritable maladie psychologique. La lecture devient un moyen de « libération » de la vie réelle, et mène à une déception, à la faculté de l’homme de se concevoir autre qu’il n’est ; provoquée par « le rencontre des idéaux romantiques, face à la petitesse des choses de la réalité ». Ce terme a eu plusieurs interprétations dans l’histoire ; comme pathologie pour Gautier, mais aussi comme insatisfaction qui provoque l’action pour Baudelaire. Le Bovarysme est ainsi un mal moderne, une réaction à une société petite-bourgeoise dédiée à la consommation et entourée par l’insignifiant.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email