Ominide 165 punti

Les cafés litteraires de Paris

Le Procope est le plus vieux café parisien ouvert en 1684. Juste à l'intérieur vous souhaitez régler la Comédie-Française, avant de passer au Palais Royal. Certains de ses clients au cours des siècles sont: Voltaire, Diderot et d'Alembert qui ont donné naissance à l'Encyclopédie, Montesquieu, Danton et Robespierre, Hugo, Verlaine, Wilde.
C'est ensuite qui a été abandonnée au profit de la Flore et des Deux Magots, puis trouver, dans les années Cinquante, son style, son charme, sa clientèle. Un autre ancien repaire des lettrés parisiens était le café "Closerie de Lilas". Le nom vient du fait que, au XVII siècle, il s'agissait d'une auberge de campagne lilas en fleurs. Il "était une vogue locale à plusieurs reprises. Dans la deuxième moitié de 1800, avec Baudelaire, Verlaine, Gustave Le Rouge, Gide, après 1900, le mardi littéraire de Paul Fort été fréquenté par Alain-Fournier, Verhaeren, Carco, Laforgue, Dorgelès, Jacobs, Merril, Apollinaire. Dans les années Vingt entrent en jeu Hemingway (qui a écrit une partie de "The Sun Also Rises"), Dos Passos, Fitzgerald et plus tard Miller.

Le plus jeune des Vavin Carrefour local, ayant été ouvert en 1927, est "La Coupole", à Montparnasse. Il a rapidement attiré des artistes (Kisling, De Chirico, Man Ray, Picasso.), Les caractères proche du surréalisme (Desnos, Artaud) et la célèbre russe (comme Eisenstein, Majakovkij). Quelque temps plus tard, a été suivi par Sartre et Beauvoir. Comme lui, le Dôme a été lancé en 1913 par Apollinaire. Modigliani a également été un visiteur régulier de la Rotonde, parfois fréquenté par Lénine et Trotsky. La Rotonde a été restauré en 1958, perdant l'aspect qu'il avait avant la guerre. Le Falstaff de Montparnasse, était le bar préféré de Samuel Beckett, Fitzgerald et Hemingway. Le dingo (nom actuel Auberge de Venise) est l'un des plus fréquentés par les expatriés de Paris dans les années Vingt. Hemingway s'est réuni pour la première fois Fitzgerald. Le Flore à Saint-Germain-des-Prés a été ouvert en 1870. Apollinaire, qui vivait à proximité, je voudrais inviter ses amis en 1917, tous les mardis à 18. En 1912, Le Flore était le siège de la rédaction de son magazine, "Les Soirées de Paris» A été suivi par Jacob, par les surréalistes, par Prévert, Huysmans, Sartre, Beauvoir.
Pendant la guerre, quand il était prisonnier Sartre, Simone de Beauvoir a passé beaucoup de temps à Les Deux Magots à Saint-Germain-des-Prés, où il n'y avait pas de place au Flore, seul, à lire ou à écrire son journal. Avant et après Simon, les célèbres habitués de ce lieu étaient Huysmans, Giraudoux, les surréalistes, Camus, Faulkner, ... Au Café de la Paix, ainsi que Proust, qui vivait à proximité, il y avait Maupassant, Oscar Wilde, Zola et Gide, Hemingway et sa femme. Le Lapérouse, cependant, n'est pas un restaurant, mais un café et il été fréquenté par des écrivains comme Dumas, Hugo, Zola, Maupassant, Proust, Romains et Simenon.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email
Consigliato per te
I Licei Scientifici migliori d'Italia secondo Eduscopio 2017