Genius 31253 punti

La Régence de Marie de Médicis



En 1610, Henri IV meurt brutalement et puisque son fils, le futur louis XIII est encore mineur, le trône passe sous la régence de la veuve, Marie de Médicis.
La restauration de l’unité conséquence de l’œuvre d’Henri IV va se trouver compromise, tout d’ un coup.
En effet, de sa mort jusqu’à l’entrée de Richelieu au Conseil de la Couronne, la France est plongée dans les intrigue, les rivalité d’ambitions et d’intérêts et les rivalité romanesques.
E, 1610, Louis XIII n’a que neuf ans. Marie de Médicis se fait nommer régente par le parlement et elle se laisse vite dominer par Concino Concini, le mari de sa sœur de lait, Eleonora Galigaï, nommé maréchal d’Ancre. Les grands seigneurs, qui depuis les guerres de religion pouvaient disposer d’armes et de partisans, se font octroyer des pension, en pliant le trésor de Sully, bien décidés à défendre leurs privilèges. Inutilement, les Etats Généraux sont réunis en 1614 (la dernière fois avant la convocation du 5 mai 1789) et la reine mère réussit à garder le pouvoir jusqu’au moment où Louis XIII, poussé par son favori, Albert de Luynes, se débarrasse de Concini en le faisant assassiner, au mois d’avril 1617. Marie de Médicis ne s’incline pas encore et fomente une nouvelle révolte, mais ses partisans sont battus aux Ponts-de-Clé en 1620.

Les protestants qui avaient profité de la Régence pour conserver les places fortes que leur avait accordées Henri IV, entrent en lutte avec les troupes royale commandé par Luynes ; ce dernier est vaincu à Saint-Jean-d’Angély, mais battu à Montauban. Après sa mort, en 1621m le roi est obligé de signer un traité par lequel qui permet aux protestants de garder leurs privilèges. Les intrigues de Marie de Médicis continuent et la politiques étrangère traduit l’hésitation à choisir entre les puissances protestantes et la Contre-Réforme menée par l’Espagne, l’Autriche et la Papauté. C'est la reine mère qui introduit au Conseil du Roi son aumônier, Armand du Plessis de Richelieu, cadet d’une famille noble devenu évêque de Luçon à vingt-deux ans. Intelligent, ambitieux et autoritaire, il réussit à s’imposer à Louis XIII, se fait nommer cardinal et devient, pendant dix-huit ans, le principal ministre d’État.
Hai bisogno di aiuto in Civiltà francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email