Che materia stai cercando?

Letteratura francese - Un document inédit sur Dom Juan Appunti scolastici Premium

Appunti di Letteratura francese per l'esame della professoressa Zanola su Un document inédit sur Dom Juan e sui seguenti argomenti trattati: Jugement sur la Comédie du Festin de Pierre, doctrine de l’Eglise, légitimité de représentations du Festin de pierre.

Esame di Letteratura francese docente Prof. M. Zanola

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

l’avenir la Comédie qui a pour titre Le Festin de Pierre, sous

prétexte que les Princes qui les ont à leurs gages veulent

qu’elle soit représentée devant eux?

Cette Comédie est très pernicieuse et pleine d’impiété; car non

seulement elle représente les vices les plus horribles, mais

elle apprend à les commettre.

Celui qui y fait le personnage d’Athée s’y moque de Dieu

ouvertement, et son fripon de valet qui fait semblant de prendre

le parti de la Religion et de défendre la vertu, s’en acquitte

d’une manière si impertinente et si badine, que tous ses

discours font une nouvelle dérision.

Le sujet de cette Comédie, et la manière dont il est traité,

sont détestables.

Il est vrai que l’Athée y est puni à la fin, mais le but de

l’auteur est de réjouir les spectateurs, comme il le déclare

dans sa Préface, et non de leur inspirer une véritable horreur

de l’impiété et du crime.

2° Ces Comédiens ayant été avertis par les Confesseurs qu’ils ne

devaient pas jouer cette Comédie, l’absolution même ayant été

refusée à une des femmes qui monte avec eux sur le Théâtre, ils

s’en sont plaints à leurs maîtres, et ils en ont fait des

railleries publiques. Quelques-uns s’excusent sur les ordres

qu’ils ont de la représenter. On demande donc si on doit leur

refuser l’absolution à tous jusqu’à ce qu’ils se corrigent, et

promettent non seulement de faire leurs efforts pour ne la plus

[1]

:

jouer, mais jusqu’à ce qu’ils l’aient obtenu de leurs Maîtres

mais s’ils promettaient seulement de leur en parler, et de faire

tout ce qui dépend d’eux pour s’en abstenir, leur pourrait-on

donner l’absolution?

3° Leurs Confesseurs ordinaires n’ayant point d’égard à ces

promesses qui presque toujours n’aboutissent à rien, ont exigé

qu’avant de leur donner l’absolution ils se fissent donner par

leurs Maîtres une parole positive de ne les plus obliger à

représenter cette Comédie. Mais d’autres Confesseurs sans avoir

égard aux raisons ci-dessus alléguées, peuvent-ils les absoudre,

sous prétexte qu’on la joue à Paris, à Rome, et ailleurs?

4° Un Evêque, un Vicaire Apostolique, peut-il malgré tout ce

qu’on vient de dire, recevoir aux Sacrements ces Comédiens, ou

ordonner aux Confesseurs de les y admettre? ne condamnerait-il

pas par cette conduite celle des Confesseurs qui les en ont

exclus, et ne ferait-il pas aux Comédiens une espèce de

réparation de l’affront dont ils se plaignent?

5° On demande si ces Comédiens peuvent s’engager au service d’un

Prince hérétique par avarice ou par ambition, quoiqu’ils y

passent plusieurs mois sans faire aucun exercice de la Religion

Catholique, sans y recevoir les Sacrements, sinon en péril de

mort, et sans entendre la Messe que rarement et en cachette?

REPONSE

Les Docteurs en Théologie de Paris qui ont vu l’exposé ci-dessus

, sont d’avis qu’on ne peut accorder les sacrements à ceux qui

jouent , ou qui font jouer la Comédie intitulée Le Festin de

Pierre, ils les en croient indignes, comme gens qui servent à

entretenir le crime; car ç’a toujours été une doctrine constante

dans l’Eglise, que nul Chrétien ne peut ni représenter, ni même

assister comme simple spectateur à la représentation des Pièces

de Théâtre qui sont remplies d’intrigues amoureuses et

d’impiété. C’est ce que Saint Antonin enseigne clairement, part.

2.tit. 13 c. 7ss.5. Si la pièce renferme, dit-il, des choses

deshonnêtes et lascives, les Auteurs et les spectateurs pèchent

mortellement, parce que c’est prendre plaisir dans les choses

deshonnêtes, et s’exposer volontairement à une chose très

dangereuse. Saint Thomas avait déjà dit la même chose, et

l’avait appuyée par l’autorité de Saint Jean Chrysostome. Tous

les Pères ont expliqué avec tant de force les périls auxquels

s’exposent ceux qui vont aux spectacles, qu’il est impossible,

quand on cherche sincèrement la vérité, de former le moindre

doute sur leur sentiment.

Tertullien en a fait l’unique sujet de son livre des spectacles.

Saint Clément d’Alexandrie le suit l. 3 de son Pédagogue ch. 12.

Saint Cyprien dans son Epître à Donat, et dans son traité des

spectacles. Minutius Félix et Saint Chrysostome en plusieurs

endroits, et surtout dans l’Homélie 16. sur Saint Matthieu.

Saint Augustin l. 3 de ses Confessions, et l. 2 du Symbole

adressé aux Catéchumènes. Saint Grégoire de Naziance dans son

Poème à Nicobule. En un mot, il n’y a pas un Père qui n’ait cru

et enseigné la même chose. De sorte qu’on ne saurait trop

s’étonner qu’il se trouve dans notre siècle des Auteurs qui

osent s’élever contre une tradition si ancienne, si constante et

si uniforme, et qui entreprennent d’affaiblir une doctrine si

bien établie, par de petites distinctions aussi faibles que

ridicules. Mais il ne sera pas inutile de choisir entre tous les

passages des Saints Pères quelques endroits qui expliquent

clairement et en termes forts les périls où s’exposent ceux qui

fréquentent les Théâtres. En voici un tiré de l’Epître de Saint

Cyprien à Donat: C’est là, dit-il, qu’on apprend les adultères

en les voyant représenter, et que par la contagion d’un mal

publiquement autorisé une Dame qui était chaste quand elle est

entrée au spectacle, en revient impudique et corrompue; car

combien le geste et l’action du comédien sont-ils capables de

souiller le cœur, d’inspirer la débauche, de nourrir les vices

et le libertinage? y a-t-il rien qu’une vue si dangereuse ne

puisse émouvoir; les sens, les passions, la vertu même des plus

forts s’y trouvent ébranlées, et souvent renversées? Le même

Saint Cyprien ajoute dans son livre des spectacles: Que peut

faire un vrai fidèle dans ces tristes occasions, lui à qui il

n’est pas même permis de souffrir les mauvaises pensées?comment

peut-il prendre plaisir à voir les impuretés du Théâtre? est-ce

afin qu’en y perdant la pudeur, il devienne plus hardi pour

commettre le crime dont il voit avec plaisir l’image et la

représentation? Lactance s’explique en mêmes termes dans son

livre du véritable culte: Que dirai-je des Comédiens, dont la

profession est de corrompre les mœurs, qui apprennent aux hommes

à commettre les adultères qu’ils représentent? en quelle

situation peut être une vierge ou un jeune homme qui voient tout


PAGINE

6

PESO

27.77 KB

PUBBLICATO

+1 anno fa


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in lettere (BRESCIA - MILANO)
SSD:

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher valeria0186 di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Letteratura francese e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Cattolica del Sacro Cuore - Milano Unicatt o del prof Zanola Mariateresa.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Letteratura francese

Alla ricerca del tempo perduto
Appunto
Huis clos Sartre
Appunto
François de Chateaubriand
Appunto
Le horla Guy de Maupassant
Appunto