Ominide 1242 punti

Zola - l'alambic

Dans le deuxième chapitre du roman "l'Assommoir", la rencontre entre Gervaise et Coupeau a lieu.
D’un coté, Gervaise a la curiosité d’aller voir l’alambic, qui symbolise la force destructrice de l’alcool ; de l’autre coté, elle en a peur. En effet, sa mère était alcoolique et Gervaise la suivait dans les cabarets qu’elle fréquentait. Elle a même risqué la mort à cause de cela.
Coupeau, un ouvrier spécialisé qui fait la court à Gervaise, offre à la jeune femme une description technique très détaillée de l’alambic.
Puis, l’alambic est personnifié (« souffle interieur », « ronflement »).
Ensuite l’alambic nous est montré par les yeux de Mes Bottes, qui en est amoureux. Si d’un coté l’alambic est personnifié, de l’autre Mes Bottes est comparé à un objet. En effet sa façon de rire rappelle le bruit produit par un « engrenage mal graissé ».

A travers les techniques de l’accumulation et du climax l’alambic est décrit comme un monstre qui envahit d’abord la salle où les personnages se trouvent, puis la rue et enfin la ville toute entière. C’est Gervaise qui imagine de voir cela.
Gervaise s’éloigne de la machine, presque effrayé. C’est comme si elle savait ce qui va l’attendre.
Enfin Gervaise nous révèle à quoi elle aspire : travailler, manger du pain, avoir « un trou » pour dormir (une maison), élever ses enfants, mourir dans son lit, ne pas être battue. C’est un idéale très humble qui nous informe sur la condition de la classe ouvrière, et en particulier de la femme sous le Second Empire.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email
Consigliato per te
Come fare una tesina: esempio di tesina di Maturità