Ominide 220 punti

Analyse littéraire

Compréhension globale

1. Le texte évoque la scène d'un paysage nocturne, caracterisé par la présence de la lune qui éclaire les bois en brillant dans le ciel noir. L'eau, comme un miroir, reflète la slhouette du saule qui est agité par le vent. Le ciel de la nuit est irisé, illuminé, par la Lune et les étoiles et ça contribue à faire naître un “vasre et tendre apaisement”, une sensation de calme, paix et tranquillité qui est suscitée par toute la nature.
2. Dans cette poésie, on peut retrouver plusieurs personnages qui appartiennent surtout au monde de la Nature. Au début, il ua la lune qui éclaire le ciel et le paysage, après il y a l'eau qui reflète la nature comme un miroir, le saule qui est agité par le vent. Deux autres personnages remarqués par le verbe “rêvons” au vers 12, sont l'auteur et sa bien-aimée. Enfin, on peut considérer comme un personnage abstrait aussi “l'heure exquise”, c'est-à-dire le moment de bonheur, de paix et de stabilité que le poète est en train de vivre, mais qui pourtant est seulement un instant qui passera.

Analyse morpho-syntaxique et lexicale
1. Dans cette poésie, on peut troiver une marque personnelle de Verlaine, en particulier dans les trois refrains où il s'adresse à sa bien-aimée. Elle est dans la réalité une jeune fille de seize ans avec laquelle Verlaine s'était fiançé en 1869 et elle constitue pour le poète l'inspiration pour ses poésies dans ce moment tranquille et de bonheur de sa vie qui, en général, était mouvementée. A cette fille, il adresse le verbe “rêvons” au vers 12 pour exprimer l'invitation au rêve qui est un moment extraordinaire pour s'éloigner de la réalité et vivre un moment de joie même s'il est un instant qui fuira. On peut aussi donner une lecture universelle de cette poésie et penser que le verbe “rêvons” n'est pas seulement adressé à la jeune fille, mais à chaque personne, à toute l'humanité, comme une exhortation.
2. Le lexique de la poésie appartient surtout au champ lexical de la nature. Dans la première strophe, les mots soulignet les caractéristiques de la lune qui est blanche et qui éclaire le ciel, qui luit dans les bois; l'allitération en “l” souligne l'importance de la lune, élément qui sera répété à la fin de la poésie. Dans la deuxième strophe, la protagoniste est l'eau, dans la première partie, et en effet les mots se réfèrent à cet élément; en particulier, “profond miroir” est une expression riche de la voyelle “o” répétée plusieurs fois pour donner l'idée de la profondeur du lac. Dans la troisième, il y a au centre “l'apaisement” qui est vaste et tendre; la répétition des sons et des voyelles ouvertes “a” et “e” aide à donner la sensation de paix. Cette poésie est typiquement verlainienne parce que l'idée et la sensation que l'auteur veut exprimer sont soulignée pas seulement par les mots d'un précis champ lexical, mais aussi à travers une attention minutieuse de la structure de la poésie, des sons, des allitérations et de tous les éléments qui contribuent à donner musicalité à la poésie.

Analyse des séquences

1. Le poète fait appel à des registres visuels et auditifs au même temps. Au registre visuel, appartiennent les èléments de la lune, sa couleur blanche par exemple, aussi les caractéristiques de l'eau, qui est comme un miroir qu'on peut regarder, et aussi la vastité du ciel. Il y a aussi des mots qui appartiennent au registre auditif, comme la “voix” qui part de chaque branche, ou le son du vent qui pleure, qui souffle entre les arbres. Il y a beaucoup de figures réthoriques qui contribuent à susciter des sensations et à décrire le paysage. Il y a des nombreuses allitérations en “l”, “a”, “e”, “o”, “r” et aussi une structure des rimes qui se répète égal pour toutes les strophes (ABABCC). Il y a aussi des enjambements aux vers 1-2, 3-4, 9-10, 13-14, 14-15, 15-16, 16-17: la dernière strophe est la plus riche d'enjambements qui créent misucalité. Enfin, il y a l'importante métaphoe “l'étang […] profond miroir” qui exprime aussi l'idée que la nature est miroir de l'âme de l'homme.

2. Le poème a une structure circulaire, fondée sur un mouvement d'aller-retour de la lune. La poésie s'ouvre aver la description du paysage éclairé par la lune, continue aver le lac ui reflète la lumière de l'astre et termine aver la même image de ciel irisé toujours par la lune. On comprend à travers cette structure circulaire l'importance de la lune qui donne aussi le titre à la poésie.

Analyse sémantique globale

“La lune blanche” est une poésie écrite par Verlaine, quand il avait connu une jeune fille de seize ans, Mathilde Mauté, avec laquelle il s'était fiancé. La vie de Verlaine est en général une vie de déchéance et de désordre, faite de crise d'alcoolisme et de passions omosexuelles qui l'elognent de l'amour pour sa femme; pourtant, il écrit cette poésie dans un moment de bonheur et de paix intérieure, de stabilité. Cet état d'ame de l'homme se refléte dans la nature; le paysage est doux et apaisé exactement comme le coeur du poète. On reconnait la centralité du sentiment de la paix grace au vers 14, dans lequel le mots “apaisement” constitue un seul vers pour souligner son importance. La nature est caractérisée par la présence de la lune qui éclaire le ciel, un bois animée par le chant des oiseaux, un lac qui reflète, comme un miroir, un saule; ce décor est décrit à travers des registre visuels, surtout au début des strophes, et auditifs, dans les derniers vers de chaque strophes. Cette corréspondance entre la nature et l'ame de l'homme n'est pas une nouveauté de Verlaine, mais c'était un élément déjà typique de Hugo et encore plus de Baudelaire. L'innovation apportée par Verlaine est le moyen de susciter chez le lecteur des sentiments exprimés par la nature, c'est-à-dire à travers l'impressionisme musical. Il cherche des expédients pour créer la musicalité de la poésie, comme les figures de style telles que l'allitération, l'assonance et la consonance, l'utilisation du vers impair. En effet, un élément très important pour les Romantiques et les symbolistes est l'evocation des emotions à travers des images et des sons indéfinis, champ sémantique typique de Giacomo Leopardi. Dans la poésie, on peut lire la phrase imprimée dans les refrains avec une marque personnelle de Verlaine qui invite sa bien-aimée et lui-mème à saisir “l'heure exquise”, l'instant heureux qui s'enfuit. Toutefois, c'est un messagge qui peut etre addressé à toute l'humanité: c'est una exhortation à rever, a etre heureux, au bonheur qui semble venir du ciel et de la lune qui brille comme un arc en ciel. C'est une sorte de “carpe diem”: on doit saisir l'instant qui ne reviendra jamais, il faut vivre pleinement, dans la douce illusion que le bonheur sera plus qu'un instant fugace.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email