Ominide 13147 punti

Vercors (Paris 1902-1991), était un écrivain et illustrateur français.
Il est devenu célèbre dans la littérature avec Le Silence de la mer (1942), une oeuvre de grand succès. Après il a publié Le chemin vers l'étoile (1943) et, en 1946, un autre court roman, Les armes de la nuit, qui a attiré un épisode de la Seconde Guerre mondiale. En 1952, il a écrit Animaux déformée et, par la suite, d'autres textes de fiction, non-fiction et le théâtre, toujours animés par un intérêt pour les problèmes moraux et existentielle.
Fils de Louis Bruller, un éditeur d'origine hongroise (documents de Jean naissance a été enregistrée comme Brüller, mais pour le reste de sa vie, il a signé Bruller) et Ernestine Bourbon, français, a été envoyé par ses parents pour étudier le génie qui a suivi docilement sans montrer trop d'intérêt et est diplômé ingénieur électrique à l'École Breguet à Paris. Ayant découvert son aptitude à concevoir, avec le nom de Jean Bruller a commencé à sortir des albums de dessins satiriques et illustrent des livres pour enfants.

Sa première œuvre importante, 21 recettes de mort violente, a été publié en 1922 au détriment de et a été réimprimé plus tard par Tchou. Après tomber en amour avec une fille qui n'a pas retourné ses avances, dans ce premier album autocaricature Vercors voulait envisager vingt menaces incroyables de suicide spectaculaire et maladroit afin de déplacer la jeune fille timide. Il était incapable de conquérir mais l'album avait suscité des rires de tous ceux qui feuilletait puis a décidé de le publier.
Comme un jeune homme se faisait appeler "un garçon beaucoup plus préoccupés par le pli de son pantalon et la marque de ses chaussures que de ce qui se passait autour", jusqu'en 1923. En cette année, les jeunes de vingt-deux événements se sont réveillés de l'adolescence; Raymond Poincaré a fait occuper la région de la Ruhr et un petit parti, dont le programme et le manque de suivi ont suscité l'hilarité dans toute la France, il a pris la 2% des voix en Allemagne: l'Rassenpartei. Au fil des ans il a grandi, est devenu Arbeiterpartei, a commencé à élargir et à réaliser le consensus parmi les jeunes avant, dans la population générale après.
Lorsque, en 1940, les Allemands ont occupé la France, de nombreux écrivains français ont choisi de garder le silence en signe de protestation contre l'ennemi. Lui aussi, au moment de l'invasion nazie a jugé bon de répondre avec le silence créative la plus rigoureuse.
Lorsque à la fin de 1932 et début de 1933, Hitler a été nommé chancelier, mûri dans le Vercors pour encourager la croyance que l'événement a été néfaste le départ forcé d'Aristide Briand, ministre des Affaires étrangères socialiste contraint de démissionner juste en 1932 en raison de problèmes de santé (de nombreuses années après Jean a voulu rendre hommage à cette grande figure politique à écrire la biographie intitulée Moi, Aristide Briand, Plon, Paris, 1981).
La République de Weimar avait simplement demandé à la France une forte prêt au Premier ministre Pierre Laval, qui a appelé pour le même lit de mort, Briand, lui permit. Mais alors que ce dernier aurait accordé le prêt sans condition d'aucune sorte, par le biais de la solidarité entre la France et l'Allemagne, Laval a exigé que la somme resterait sous contrôle français. Le fait a été pris comme une humiliation, Weimar a dû refuser et ce fut l'une des raisons, provoquant une famine immédiate, amené Hitler au pouvoir.
Enfin maintenant, il avait des idées politiques claires, mais pas nécessairement encadrée dans un parti. Il se dirigea vers les communistes, mais pour plus de commodité seulement maintenant, quand l'invasion a commencé. En cette période également, il a décidé de saisir la section française de l'Intelligence Service, une organisation qui, cependant, a été immédiatement démantelées en raison de la trahison d'un jeune membre de l'anglais. Il est de là que tout a commencé.
Le fils d'un ami proche, Pierre de Lescure, avait été chargé de trouver des collaborateurs pour un magazine underground La Pensée libre, qui a ensuite été publié le premier numéro. Fondée par les communistes, il voulait être un magazine ouvert aux écrivains de tous horizons, tant que déterminé à résister. Si Pierre et Jean acceptées à la fois il n'a pas été fait avec beaucoup d'autres, de nombreux écrivains qui ne voulaient pas se compromettre politiquement. En face d'un lot de déchets, ne parviennent pas à voir la revue naissante, ils ont décidé d'élaborer un numéro entier seule qui invogliasse alors qui avait hésité avant. La nécessité d'une histoire à être publié dans ce numéro de la Libre de pensée conduit au silence de la mer, le premier titre publié par les Editions de Minuit clandestines puis à Paris en 1942.
Ayant jamais rien écrit avant, Jean Bruller se surprend par la rapidité avec laquelle l'histoire est sorti de sa plume. Le jour convenu, il est allé au siège de la revue avec le manuscrit sous le bras. Il a découvert que la Gestapo à venir, ce matin-là, il avait perquisitionné saccageant tout. Le manuscrit a été sauvé par un miracle (pas de même pour l'histoire qu'il avait écrite simultanément Lescure), mais nous avons besoin d'un nouveau rédacteur en chef. Né puis Éditions de Minuit. L'ancien concepteur Bruller connaissait quelques personnes de confiance dans la branche de la typographie. Il a proposé à Pierre de fonder une maison d'édition qui est devenu un organe totalement illégal de la résistance. Aucun des composants, pour plus de sécurité, connaissait les autres. Jean Bruller avait divers pseudonymes. Drieu était celui qu'il a utilisé de préférence, payer à l'idée que si quelque chose arrivait à en subir les conséquences auraient été Pierre Drieu La Rochelle, collaborationniste de l'écrivain, alors directeur de la Nouvelle Revue Française.
Cependant, l'auteur du premier livre dans la presse, il voulait un nom différent de tout autre, parce que la famille ne pouvait même pas savoir qui l'avait écrite. Le nom "Vercors" plaisaient Jean pour son impressionnante et parce qu'à l'époque de l'invasion allemande, il a été trouvé au pied de laquelle était le nom. Avec ses camarades de classe avaient décidé que si les Allemands avaient franchi l'Isère, au-delà de ce qui était arrivé, ils ne seraient pas pris en embuscade sur le Vercors pour les prisonniers. Le nom, d'ici là, l'avait pris un symbole de liberté.
L'idée de l'histoire venait d'un fait dans Bruller successogli peu avant à Villiers-sur-Morin, la ville où il avait la maison familiale et où il a résidé pendant toute la période de la guerre. L'officier allemand qui avait gardé sa maison, il avait fait au moment de l'armistice avec la plus grande civilisation. Saisie à nouveau, Bruller avait trouvé les tapis sont révoltés parce qu'ils ne se mêlent pas, tout dans l'ordre. Bientôt, la rue, il a rencontré l'officier qui avait souri. Il, comme un réflexe, n'a pas répondu à son sourire et a tiré tout droit.
Il se repentit immédiatement et il avait promis de le faire au moins un signe de tête, même si il a eu à traverser l'Allemand. Lorsque cela se produisait, le cas avait voulu Bruller était pas seul; un ami des principes forts était à ses côtés, pour lesquels une salutation en réponse à l'officier aurait été inacceptable. Après ces deux fois, Bruller avait examiné plus en mesure de changer l'attitude: sourire à la troisième réunion, il serait peut-être interprété comme un appel à la repentance et le pardon pour les deux dénis. Il a donc été imposé, par la force des circonstances, l'intransigeance absolue de tourner dans la tête loin à chaque fois. L'Allemand, cependant, avait continué à le saluer aimablement tout le temps où les troupes avaient été au village.
Ce petit livret de 96 pages qui est né par hasard, imprimées en trois cents exemplaires et distribué clandestinement sous un pseudonyme, est devenu le designer Jean Bruller l'écrivain Vercors. Il traduit par De Gaulle, a été parachuté avec des avions plus de l'Angleterre, de servir les soldats de l'incitation. Ce roman fait de façon inattendue sa fortune. Il a été réimprimé et est devenu le symbole de la Résistance française, mais Vercors, avec le temps, est également devenu sa prison. Il a écrit d'autres romans et nouvelles, mais pour l'auteur était seulement de ce chef-d'œuvre. Au fil des ans, il est devenu une obsession pour lui d'avoir lui-même lié à un symbole.
Souffert d'avoir été oublié en tant que personne, il était sûr que la masse du peuple qu'il considérait comme morts depuis longtemps, comme en témoigne le fait que n'a jamais été invité à une émission de télévision. Un record dans le négatif: seulement deux fois dans plus de trente ans.
En 1943, il prépare son deuxième livre. Un autre court roman par la limite absolue de 96 pages: Le chemin de l'étoile (Le Marche à l'étoile, Éditions de Minuit, Paris 1943). Il avait été inspiré pour écrire l'histoire de son père, qui avait encore quinze ans a quitté la Hongrie à pied pour retourner à la France, le foyer d'origine de la famille.
Il a écrit d'autres histoires sur la base de preuves accablantes d'un ami déporté à Oranienburg (Le Songe, Poésie, Paris 1949) et miraculeusement revenue à la liberté, mais par crainte de l'impact des émotions un compte afin rampant et la souffrance possible pour tous familles qui avaient des parents dans les champs l'ont convaincu de publier le tout après la guerre.
Les conséquences des atrocités nazies sur la psyché de ceux qui avaient souffert longue histoire consacré les armes de la nuit (Les Armes de la nuit, Éditions de Minuit, Paris 1944), où le personnage principal est un survivant, revint du champ de Hochsworth, convaincus qu'il a maintenant perdu sa qualité d'homme, avec la conclusion de croire que sa dégradation morale est irréversible. Après la publication a reçu de nombreuses lettres de survivants qui ont été examinés dans le caractère du héros et a demandé à l'auteur de changer la fermeture de l'histoire ou d'écrire une suite. Ils ont rejeté l'idée qu'il y avait un moyen de trouver la qualité de la vie humaine et de réapparaître.
La puissance de la journée (1951) leur a donné une chance à espérer. Une histoire qui a écrit Vercors en 1951; en fait, il avait pris près de cinq ans pour développer une réflexion philosophique sur la condition humaine à légitimer le rachat de la protagoniste.
Pour arriver à la conclusion était dû passer par la publication d'essais (Plus ou moins homme, Albin Michel, Paris, 1949) et l'étude de Schopenhauer et de Leopardi.
Toujours dans le sillage de la même pensée, il écrit Animaux déformées (1952) et Sylva (1961).
En 1956 vint le divorce entre lui et le Parti communiste, avec un livre qui était probablement la cause de sa marginalisation par la gauche en général et, par conséquent, de tous les moyens de communication. Par l'écriture, critique et ironique, appelé PPC (1957), qui se ironiquement en Verser Prendre Congé (pour prendre congé), destiné à prendre des congés non seulement par le mouvement communiste, mais du secteur public dans son intégralité.
Dans la vieillesse, il était allé vivre dans un logement étrange, petite et donnant sur la rue, dans l'Ile de la Cité, au cœur de Paris. Saisie de tableaux accrochés: un Monet, un Sisley, Pissarro deux Braque, deux Picasso, Léger a. Vercors gauche que vous souhaitez surprendre et seulement après il expliqué; ces peintures étaient des copies qu'il a faites en appliquant la technique de peinture à l'huile de la sérigraphie. Ils étaient tellement parfaite que lorsque Picasso, placé devant une douzaine d'exemplaires de son "guitare cubiste», y compris cacher le cadre d'origine, a longtemps hésité à se impatienter avant de trouver la vérité dans le faux.
A la fin de sa vie, il a pris en charge des traductions de pièces de théâtre, mise en scène Hamlet, Macbeth et Oedipus Rex, et d'autres grands écrivains anglais comme Coleridge et Edgar Allan Poe.
Il est mort le 10 Juin 1991.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email