gaiabox di gaiabox
Ominide 3551 punti

L’école du troisième millénaire

Depuis la Renaissance, le thème de l’éducation continue à passionner. En 1770, Louis Sébastien Mercier (1740-1814) rédige un récit d’anticipation – on parlerait de science fiction aujourd’hui – intitulé L’An 2440, rêve s’il en fut jamais où, entre autres, il critique la pédagogie de son temps. Voici comment il imagine l’école du futur: «Il y a quatre différentes classes dans ce collège, où l’on enseigne l’italien, l’anglais, l’allemand et l’espagnol. Enrichis des trésors de ces langues vivantes nous n’envions rien aux Anciens [...]. La sottise et le pédantisme sont bannis de ce collège, où les étrangers sont appelés pour faciliter la prononciation des langues qu’on y enseigne. On y traduit les meilleurs auteurs. De cette correspondance mutuelle jaillit une masse de lumières. Un autre avantage se

rencontre: c’est que le commerce de la pensée s’étendant davantage, les haines nationales s’éteignent insensiblement.

Le bien-être de la liberté rachète beaucoup de blessures

Dans le livre II de l’Émile, Rousseau revient souvent sur l’importance de l’instinct naturel. L’éducateur ne doit jamais s’imposer ou se substituer à la nature, il doit se contenter de veiller à ce que tout se passe correctement et aider, le plus discrètement possible, son petit élève à devenir un «être moral», conscient de ses propres actions.
L’auteur mêle habilement les détails pratiques de sa pédagogie à des propos plus généraux sur l’éducation d’un nouvel individu pour une société nouvelle.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email