Ominide 1241 punti

Proust, Marcel-A la recherche du temps perdu

Entre 1909 et 1910 Proust écrit « Les Intermittences du Cœur », divisé en deux parties : « Le Temps Perdu » et « Le Temps Retrouvé ».
Puis, l’œuvre est divisée en sept romans réunis sous le titre « A la Recherche du Temps Perdu ».
Proust y exprime ses réflexions sur le moi profond, sur le fonctionnement de la mémoire et sur le Temps, lié au thème du souvenir. Dans l’œuvre, les éléments autobiographiques se mélangent aux éléments de fiction et aux réflexions du narrateur.
Les volumes sont aussi un témoignage des milieux sociaux de l’époque, qui sont analysés de façon précise ; en effet la bourgeoisie (la famille des Verdurins), l’aristocratie (la famille des Guermantes), la et la société mondaine nous sont montrées.

Les romans

1.« Du Coté de Chez Swann »
Un narrateur adulte, dont on ne sait rien, cherche à évoquer son passé, sans y réussir; c'est le thème de la mémoire volontaire, qui, stimulée par l’intelligence, est limitée et incapable de faire resurgir une expérience passée.
Mais la saveur d’une madeleine lui fait revivre son enfance à Combray et récupère beaucoup de détails oubliés; c'est le thème de la mémoire involontaire, qui permet de ressusciter le passé puisqu’ elle est liée aux sensations ; ces dernières gagnent contre la force destructrice du temps qui passe parce qu’elle appartiennent au moi profond. Donc, une sensation actuelle peut faire remonter à la surface une expérience passée, mais cela n’arrive que par hasard.
A Combray, le narrateur enfant et adolescent éprouve ses premières émotions pour des femmes : d’abord la duchesse des Guermantes, et puis de Gilberte, fille d’un ami de ses parents, Charles Swann.
Swann est reproché d’avoir épousé Odette, mais il découvre être amoureux d’elle seulement quand il ne la trouve pas en rentrant chez lui c'est le thème du désir qui est tel quand il est inaccessible. Selon Proust, le désir se base sur la jalousie et le besoin de posséder. Donc, on peut affirmer que Proust est pessimiste par rapport aux relations humaines.

2.« A l’Ombre des Jeunes Filles en Fleur »

Le narrateur se rend en vacances à Balbec, où il rencontre son futur meilleur ami, Robert de Saint-Loup, qui appartient aux Guermantes, son oncle, le baron de Charlus, méprisant et orgueilleux, et Albertine, qui le frappe. A la fin de son séjour, il fait la comparaison entre le Balbec à qui il s’attendait et le Balbec réel.
Le narrateur rencontre le peintre Elstir, dont les tableaux évoquent ceux de Monet, peintre impressionniste. En effet, justement comme Moment, Elstir peint surtout sa perception subjective de la réalité.

3.« Le Coté de Guermantes »
Le narrateur rentre à Paris et il a l’occasion de mieux connaitre les Guermantes, par lesquels il a toujours été fasciné. Toutefois il se rend compte de leur petitesse d’ esprit, qui ne reflète pas la beauté de leur nom. Donc, il comprend que ce n’est pas l’aristocratie qui améliore les personnes.

4.« Sodome et Gomorrhe »
Marcel comprend que, souvent, pour connaitre véritablement une personne il faut renverser ses affirmations et ses comportements. Tel est le cas du baron de Charlus, qui accuse toujours les jeunes éffeminés, mais qui est en realité homosexuel.

5.« La Prisonnière »
Marcel, jaloux, invite Albertine à aller vivre chez lui. En effet il a besoin de l’ « emprisonner », de la contrôler et posseder. Toutefois, cette expérience met un évidence un aspect paradoxal de l’amour selon Proust : la réalisation du désir ne produit pas de bonheur. En effet, la présence d’Albertine parait gêner le narrateur au lieu de le rendre heureux.
Albertine s’enfuit en laissant une lettre d’adieu.

6.« Albertine Disparue »
Lorsqu’elle est distante, Albertine devient de nouveau objet de désir. L’angoisse de la séparation fait renaitre l’amour mais en la transformant en douleur.
Marcel cherche à la faire revenir, mais la jeune fille meurt en tombant de cheval. Marcel fait un voyage à Venise. Peu à Peu, le narrateur réussit à oublier Albertine, mais la fin de son amour pour elle le fait réfléchir sur l’ inutilité de l’existence : il se demande quel est son sens, si le temps efface tout. Cette angoisse est accru par la peur de la mort.
Swann vie une expérience semblable à celle que Marcel à vécu dans le premier roman : la sonate de Vinteuil, dont l’effet est comparable à celui de la madeleine, lui fait revivre son amour pour Odette.

7.« Le Temps Retrouvé »
Marcel a abandonné tout espoir, même celui de devenir écrivain.
De retour à Paris, qui est en train d’être détruite à cause de a Première Guerre Mondiale, Marcel se rend chez les Guermantes. Il trébuche et éprouve une sensation identique à celle qu’il a éprouvé quand il était à Venise. Donc, il vie une situation semblable à celle de la madeleine où sa mémoire involontaire a fait resurgir le passé. Ainsi, il décide de fixer ce dernier dans une œuvre littéraire, capable de résister à la force destructrice du temps; c'est le thème de l’art qui est la seule force capable de gagner contre le Temps. En général, on peut affirmer que la vision de Proust de l’existence et de la condition humaine est pessimiste, puisque le temps qui passe détermine la perte de tout ; mais il y a un coté optimiste, c’est-à-dire l’idée que l’œuvre d’art (la peinture d’Elstir, la musique de Vinteuil) existe au-delà de nous.

Par rapport au syle, le travail complexe de la mémoire et le parcours tortueux des souvenirs se reflètent dans le style. Les phrases sont longues et pas du tout simples ; contrairement au récit traditionnel, les événements ne sont pas relatés en ordre chronologique et les séquences descriptives et les réflexions prévalent sur les séquences narratives. La structure de l’œuvre est circulaire, vu que à la fin le protagoniste vit une expérience semblable à celle de la Madeleine. On pourrait parler d’une architecture gothique pour son solidité.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email