Erectus 4209 punti

Montesquieu: ses œuvres et sa pensée


Montesquieu marque le début du siècle des Lumières et les problèmes politiques, économiques et réligeux qu'il analyse dans ses œuvres annoncent les grandes réformes du XVIII siècle.
Sa préoccupation principale est le bonheur de l'homme et, selon lui, pour améliorer les conditions de vie de la société, on a besoin du progrès.
Ses œuvres les plus importantes
• Les lettres persanes
• De l'esprit des lois

Les lettres persanes (1721)


C'est un roman épistulaire.
Pour approfondir leurs connaissances du monde, deux persans, Usbeck et Rica se fixent à Paris et ils envoient régulièrement des lettres à leurs amis restés en Perse. C'est l'occasion pour décrire la société française et pour mettre en relief et critiquer l'absurdité et l'extravagance de certains mœurs et institutions françaises de l'époque.
La France objet de critique est celle de la fin du règne de Louis XIV et du début de la Régence de Philippe d'Orléans, ce qui annonce les idées de la Rèvolution.

L'esprit des lois (1748)


Cette œuvre constitue une vaste synthèse de la pensée de Montesquieu. Les nombreux voyages que Montesquieu a faits (Autriche, Hongrie, Italie, Allemagne et Angleterre) lui ont permis de connaitre l'énorme diversité des mœurs et des lois qui existent en Europe et donc, dans son ouvrage, il veut expliquer les causes qui déterminent l'adoption des institutions qui régissent chaque pays.
Ces causes peuvent être physiques morales, sociales et historiques.
Il distingue trois types de gouvernement:
1) républicain, qui se fonde sur la vertu: le pouvoir appartient à tout le peuple ou seulement à une partie
2) monarchique, qui se fonde sur l'honneur: le pouvoir appartient à une seule personne – le roi - qui gouverne en appliquant des lois fixes et établies
3) despotique, qui se fonde sur la crainte: le pouvoir revient à une seule personne qui gouverne sans lois et sans règles. Sa volonté est la seule règle.
Montesquieu s'oppose à la monarchie absolue, une forme de gouvernement qu'il avait déjà critiquée dans Les Lettres Persanes. Dans la monarchie absolue, le roi assume sur lui tous les pouvoirs et soumet la noblesse à sa volonté; donc, la notion d'honneur est remplacée par la notion d' avantage (= gain) personnel et en ce cas il est impossible de garantir le bonheur du peuple.
Pour Montesquieu la meilleure forme de gouvernement est la monarchie modérée (= monarchie parlementaire) où des pouvoirs intermédiaires s'interposent entre le rois et le peuple. Ce rôle est attribué aux nobles. (il fsaut rappeler que Montesquieu était noble d’origine) Dans un état, Montesquieu distingue trois pouvoirs, c'est-à-dire:
pouvoirs législatif: il permet de faire les mêmes lois pour tout le monde; ce pouvoir est confié à un Parlement composé de deux Chambres
pouvoir exécutif : il fait exécuter les lois et il est assumé par le ministres
pouvoir judiciaire: il juge et punit tous ceux qui ne respectent pas la loi; ce pouvoir est confié aux Juges.
Montesquieu souligne la nécessité que le trois pouvoirs soient indépendants les
uns des autres pour empêcher qu’une seule personne puisse avoir le pouvoir
absolu. Seulement la séparation des trois pouvoirs peut garantir la liberté politique
et le bonheur du peuple.
Montesquieu admire surtout le régime parlementaire anglais où le pouvoir du monarque est contrôlé par le Parlement.
Au nom de la justice, Montesquieu lutte aussi contre toutes les institutions qui s'opposent au bonheur de l'homme: la torture, les massacres des peuples d'Amérique faits par le colonisateurs, l'esclavage, l'intolérance et l'Inquisition. Cependant, il attribue à la religion une certaine utilité sociale car l'Eglise pousse les hommes à exercer la charité et la solidarité envers les autres.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email
Consigliato per te
Maturità 2018: date, orario e guida alle prove