Genius 24204 punti

Jean de La Fontaine : les Fables


Le nom de La Fontaine est lié aux Fables, publiées en 1668. Les protagoniste sont des animaux à qui l’auteur se contente de donner le caractère qu’ils avaient traditionnellement. Par exemple : le lion a toujours été un monarque orgueilleux, le renard, un courtisan très rusé ; donc il attribue à toutes ses bêtes un caractère en harmonie avec leur aspect physique.
Il fait la même chose que La Bruyère che qui le riche est toujours gras e le pauvre est toujours très maigre. Lorsque La Fontaine donne à ses animaux un caractère, tout ce monde représente la société des hommes avec leur psychologie complexe, leurs passions et leurs vices. Comme Racine il peint la tendresse, la jalousie, l’ambition ou l’amour maternel ; comme Molière il peint la vanité, l’hypocrisie, l’avarice ou l’ingratitude et comme La Bruyère il peint la suffisances des grands et la timidité des petits. Cependant sa vision du monde n’est pas tout à fait pessimiste car La Fontaine est capable aussi de peindre des sentiments noble comme l’amitié, l’ honnêteté ou la générosité. Il faut convenir aussi que certaines fables visent directement la société du XVII siècle, car pour peindre les homme de tous les temps il observe de près les hommes de son siècle en nous donnant ainsi une image complète de la société contemporaine. Le roi, généralement est le lion.

Orgueilleux de son autorité presque divine, il méprise ses sujets et il aime étaler sa puissance. Il exerce d’une façon majestueuse son métier, il tient conseil, il consulte l’histoire et, à l’occasion, il sait même se montre généreux. Comme Louis XIV il exerce une autorité despotique. La cour de Versailles aussi nous est présentée comme un pays de parasites, où règnent la servilité, les rivalités entraînant des dénonciation ainsi que les vengeances implacables. Le courtisan par excellence est le renard qui est capable de flatter le roi, car il connaît le point faible de son seigneur. L’esprit bourgeois est représenté par les rats, les grenouilles e les fourmis avec leur sens pratique, les économies et leur éternel souci d’amasser de l’argent. La Fontaine est aussi le seul écrivain de son siècle à nous peindre la vie de la campagne e de la vie rustique. Il a saisi les traits dominant de l’esprit paysan. C’est peut-être ici que La Fontaine est le plus hardi : il montre que le pâtre est plus estimable que le marchand, le gentilhomme ou le fils du roi. Quelques fables font aussi allusion à la politique royale de l’époque où bien à des événement précis de la vie contemporaine comme les entreprises aventureuses de la Compagnie des Indes.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Potrebbe Interessarti
×
Registrati via email