gaiabox di gaiabox
Ominide 3551 punti

M. Jourdain a besoin de la considération qui entoure les hommes de qualité, les nobles de l’époque. Il sait qu’ils la doivent à l’élégance de l’esprit et des manières (la galanterie). Il s’entoure donc d’un maître de musique pour préparer
le concert qu’il veut offrir à son amour secret, la marquise Dorimène, d’un maître
à danser qui lui apprendra les révérences, d’un maître d’armes et d’un maître de philosophie.
Dans cette scène, Molière se moque éperdument de celui qui, plus qu’un maître de philosophie, ressemble à un maître d’école et de ce bourgeois ignorant, pour qui l’instruction ne sert qu’à courtiser une femme de qualité. Toute la pièce, et cette scène en particulier, a un caractère éminemment théâtral: elle est faite pour être représentée plus que lue et, dans ce cas, le jeu des acteurs repose sur la rononciation comique et affectée des lettres de l’alphabet.

M. Jourdain pousse jusqu’à l’absurdité la conviction bourgeoise que l’on peut se procurer quoi que ce soit si on a de l’argent: l’estime, les titres de noblesse, les bonnes manières. Il espère accéder au monde de l’aristocratie en payant des enseignants. En nous faisant assister à une leçon de grammaire, Molière fait du langage l’élément fondamental de cette scène. C’est de la décomposition du langage, de la répétition littérale des voyelles et des consonnes que provient l’effet comique le plus immédiat, celui qui arrive tout droit de la farce médiévale.

Au-delà de ce premier niveau de lecture, fondé sur le jeu des acteurs – Molière en personne interprétait M. Jourdain –, il en existe un autre, plus lié aux mœurs de la bourgeoisie: non seulement M. Jourdain sait les consonnes
et les voyelles, mais il sait aussi écrire la phrase d’amour qu’il entend faire parvenir à Dorimène et refuse catégoriquement toutes les variantes alambiquées que lui propose son maître; c’est le bon sens bourgeois qui triomphe à la fin même si, dans ce cas, il se teinte de snobisme, autrement dit du désir d’appartenir à une classe sociale supérieure.

Molière qui, dans Les Précieuses ridicules et plus tard dans Les Femmes savantes, se joue volontiers des manies de la culture aristocratique, insiste ici sur la fatuité d’une classe en choisissant un point de vue externe qui, malgré son enthousiasme naïf, sait en souligner les aspects stupides et ridicules.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email