Ominide 1241 punti

Flaubert - Emma au bal

Emma et Charles sont chez eux et il se preparent pour aller au bal. Emma, perdue dans ses rêves, est froide et détachée vers son mari, puisque ce dernier, avec sa médiocrité, lui rappelle la réalité et la fait sortir de son monde. Cela explique les réponses brusques d’Emma ; par exemple, quand Charles lui fait comprendre qu’il voudrait danser, elle lui ordonne de rester à sa place, puisque tout le monde se moquerait de lui. Charles, il ne se rebelle jamais au comportement de sa femme ; cela démontre l’ amour sincère qu’il éprouve pour elle. La description d’Emma nous est donnée à travers les yeux de Charles, qui regarde son image reflétée dans le miroir. Cette focalisation interne nous révèle qu’il est sincèrement amoureux de sa femme : il admire sa beauté un peu idéalisée. Quand Charles embrasse Emma sur l’épaule, cette dernière le refuse encore une fois.

Emma et Charles vont au bal ; Emma est impatiente de découvrir le monde auquel elle voudrait appartenir. On entend de la musique, beaucoup d’invités sont en train d’arriver. Emma s’assoit près de la porte. Une fois au bal, Emma contemple toute la scène et écoute les conversations des autres invités. Ce sont des conversations artificielles et banales, et pleines de mots qu’Emma ne comprend pas. Par exemple, il y a un voyageur qui se vante des lieux qu’il a visités en Italie et surtout de la grosseur des piliers de St-Pierre. Comme l’air est très lourd, un servant casse deux vitres ; attirée par le bruit, Emma tourne la tête et observe les paysans qui regardent ce qui se passe à l’intérieur. Cela lui rappelle son existence précédente, avec sa famille, à la campagne, qu’elle efface comme si elle était née à ce moment-là. Le lendemain, le bal lui semble déjà loin. Elle compare son cœur à ses chaussures de satin, jaunies à cause de la cire du parquet, parce qu’elle n’oubliera jamais la soirée du bal. En effet, elle les met comme à l’abri. Emma retourne à sa quotidienneté, qui est caractérisée par l’attente d’un héros qui vienne la sauver de la médiocrité de son existence, mais qui n’arrive jamais. Grace au discours indirecte libre l’état d’âme d’Emma nous est clair. En effet, elle se demande si sa misère durera pour toujours. En outre, elle sent être victime de l’injustice de Dieu, puisqu’au bal elle a vu des duchesses moins belles et moins élégantes qu’elle, mais plus heureuses.
L’alternance entre le passe simple (utilisé pour parler de la vie passée de la protagoniste) et l’imparfait (employé pour décrire sa réalité actuelle) met en évidence la médiocrité de la vie quotidienne d’Emma, out les mêmes situations se reproduisent tous les jours, aussi bien que le fait qu’elle ne vit pas de façon consciente, elle se laisse vivre. En plus, la vie d’Emma est décrite aussi avec le conditionnel, qui a le mêmes sons que l’imparfait ; donc, la monotonie de sa vie est rendu même au niveau des sons.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email