r25 di r25
Ominide 917 punti

Madame Bovary

Emma devient un type, un prototype ; elle finit par représenter une catégorie de femmes. Elle se fait des illusions, elle rêve toujours, elle n’a jamais les pieds sur terre, elle ne se rend jamais compte que ses capacités sont limitées, que la réalité est et sera toujours différente de ses rêves. Une des fautes d’Emma c’est le fait qu’elle lutte contre la médiocrité, la banalité, la monotonie de sa vie en se réfugiant trop dans le rêve au lieu de réagir. Si Emma est arrivée au suicide c’est parce qu’elle a toujours cherché un homme idéal, le prince Charmant, qui n’existait pas en réalité (ici on peut voir l’influence exercée sur Emma par les lectures qu’elle a faites). Plus Emma cherche à échapper à la platitude de la vie, de la réalité, plus cette réalité fait sentir son poids, sa banalité surtout quand cette réalité se présente toujours avec les mêmes caractéristiques malgré toutes les tentatives d’Emma d’échapper. Voilà pourquoi Emma éprouve un sentiment de frustration terrible.
Flaubert part d’un événement qui a eu lieu, qui appartienne à la réalité mais, ensuite, il le transforme et lui donne une dimension universelle. (Delamare est une femme réellement existée qui s’est suicidée parce qu’elle a trompé son mari avec trois hommes. Elle a des remords de conscience. Voilà pourquoi elle se suicide) En effet, le fait et les personnages de l’évènement (Delamare) perdent leurs caractéristiques originaires, ils commencent à être modifiés, complétés par une élaboration, celle de Flaubert qui utilise même d’autres éléments qui font partie de son expérience personnelle, de sa vie. Voilà pourquoi à la fin on peut dire que la réalité décrite a été transfigurée ; elle présente des éléments réels, vraisemblables ou inventés par l’auteur.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email