gaiabox di gaiabox
Ominide 3551 punti

«Une étrange folie», François-René de Chateaubriand, Génie du Christianisme. Essai

Pour prouver l’existence de Dieu, Chateaubriand décrit, dans la première partie du Génie du Christianisme, les «merveilles de nature», paysages sublimes et animaux bizarres. Un univers sans Dieu tomberait dans le chaos. La force des images – déjà romantiques – évoque un monde bouleversé qui inspire à la fois de l’admiration et de la terreur.

Lucile, François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe. Autobiographie

Chateaubriand décrit sa sœur préférée, Lucile, de quatre ans son aînée; mariée très jeune à un homme qui a trente-sept ans de plus qu’elle, elle est veuve quelques mois après les noces. Elle se suicide à quarante ans, en 1804, et laisse un souvenir

ineffaçable à son frère qui brosse ici le portrait d’une adolescente, avec une tendresse lourde d’émotion et de présages funèbres. Bien qu’inspirée par un être en chair et en os, la personnalité de Lucile est filtrée par le style de l’écrivain. Il en découle une héroïne, vulnérable et sensible, qui paraît sortir des pages d’un roman plus que d’une autobiographie.
Pour combattre son ennui, René décide de se réfugier dans la nature. N’étant plus le simple cadre de l’action, la Nature devient le miroir des sentiments humains.
Plusieurs réseaux lexicaux sont présents dans cet extrait. Le trouble de René se manifeste à travers l’accumulation des antithèses et des parallélismes. «Elle n’était qu’une solitaire avantagée de beauté, de génie et de malheur.» La dernière phrase de ce passage résume les principaux attributs (physiques et moraux) de Lucile. La disparition tragique de Lucile trouve de sinistres présages dans cet extrait.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email