Ominide 609 punti

Honoré de Balzac


• Il est important parce qu’il a apporté au genre romanesque des innovations telles qu’il est considéré comme l’inventeur du roman moderne : le genre total, à la fois historique, social et privé !
• Vie : il est né en 1799 dans une famille bourgeoise, mais il aura toujours besoin d’argent, au contraire des romantiques. Donc il ajoutera la particule « de » à son nom, pour rassembler plus noble, et ouvrira une imprimerie. Mais cette carrière d’entrepreneur fait faillite, alors en 1830 il commence sa vie d’écriture alimentaire : il écrit sans cesse 22 heures chaque jour grâce au café, pour journaux en roman feuilleton (par chapitre) et avec le but de gagner pour survivre. En effet il était payé pour la quantité de pages, donc ses œuvres sont très longues. Plein de dettes, il change beaucoup de maisons, toutes avec deux portes pour s’échapper des créanciers. Devenu célèbre en 1850, il meurt peu après d’apoplexie, épuisé par son travail.
• Projet: La Comédie humaine = un cycle romanesque commencé en 1841 qui propose une représentation globale du monde et de la société de la Restauration. Les romans sont de plusieurs genres, parce qu’il voulait analyser toutes les classes sociales et les mœurs.
o Il est divisé en trois parties :
1. Etudes analytiques (principes fondamentaux qui gère la société ex. mariage, parce que les personnages séduisent la femme du maire, après celle du baron etc. pour conquérir des positions sociales plus élevées)
2. Etudes philosophiques (causes qui portent aux problèmes de la société ex. la force vitale qui portant détruit les hommes)
3. Etudes de mœurs (scènes de la vie privée, de province, parisienne, politique, militaire et de campagne, la plus ample et complexe comme le théâtre -> scènes, ex. roman de formation comme Le Père Goriot)
o Le but est réaliste mais à travers la fiction romanesque, c’est parce que le titre est inspiré par celui de la Divine Comédie de Dante, mais Balzac parle de la vie concrète des hommes comme une pièce théâtrale, pas avec dieu au centre. Au contraire il y a un travail préparatoire d’observation et de documentation énorme, influencé par les études de science naturelles et de physiognomonie.
o Caractéristiques : - réalisme exhaustif pour le drame avec beaucoup de choses qui passent (romantique) et pour les descriptions très détaillées parce que Balzac est convaincu du déterminisme historique du philosophe Taine = « l’être est défini par le milieu dans lequel il vit ». En effet de la Restauration à a Monarchie de Juillet on a un essor de la bourgeoisie basé sur le travail et sur l’amélioration de la condition sociale comme objectif de vie : la réussite sociale est la nouvelle valeur des hommes, qui agissent seulement pour la distinction sociale et pour l’argent, pas plus pour le bonheur sentimental des romantiques.
- système du retour des personnages : parmi le 2000 personnages de l’entière Comédie, il y a certains récurrents, par exemple Eugene de Rastignac, un arriviste qui dans le Père Goriot est un étudiant de droit, dans un livre successif est un avocat après dix ans et dans un dernier livre a trente ans de plus et est un vieux ministre de justice, personnage exécrable mais qu’il a surclassé tous.
- Focalisation « zéro » et narrateur omniscient qui connais tout et qui fait des commentaires et des jugements critiques et ironiques sur la société de son temps : Balzac a une vision pessimiste et conservatrice, parce qu’il croit que la monarchie absolue et la religion sont les seuls pouvoirs qui sont assez forts pour contrôler les hommes = romantisme avec des nouveautés.
PÈRE GORIOT : deux structures narratives et deux personnages pas privilégiés par Balzac, parce qu’ils ne sont pas ceux qui font l’intrigue, mais ils sont témoins de leur société
⇒ Goriot, commerçant de pâtes, assez aisé, avec deux filles avec des bons mariages qui les ont apportées de la bourgeoisie à l’aristocratie MAIS elles veulent toujours plus d’argent de leur père => il arrive à la pauvreté absolue et meurt seul = parcours de décadence/chute.
⇒ Eugène de Rastignac, jeun étudiant en droit il est corrompu par l’argent parce qu’il veut s’élever socialement, donc il est dévoré par sa passion, pourtant il vient d’une famille pauvre avec des bonnes valeurs => il est le seul qui aide Goriot = parcours d’une ascension sociale.
Donc il faut que Goriot meure pour que Eugène devienne adulte.
• Au milieu : Paris et en particulier la pension Vauquer, où Rastignac et Goriot vivent, et qui reflet la hiérarchie dans la société = en haut les « chambres des bonnes » des domestiques, puis les plus pauvres comme Eugene, et en bas celles plus confortables, comme celle de Goriot. Chaque fois il s’appauvrie, il va vers le haut =chute sociale.
- Premier chapitre : toujours une description pas très belle et très longue mais nécessaire parce les personnages sont définis par le lieu où ils vivent. 1) salle à manger où sont « les Incurables » comme en hôpital 2) salon décrit par l’accumulation d’objets et qualifié négativement avec trois adjectives = rythme ternaire, de la tradition classique, et allitération de p et cr, qui font comprendre l’«horrible réalité » du lieu.
- La description commence avec l’évocation de l’odeur de la pension, « un odeur sans nom dans la langue qu’il faudrait appeler l’odeur de pension » ! = contradiction qui montre la fausse modestie de Balzac qui écrit avec une focalisation presque cinématographique !
- Après la dernière accumulation, Balzac écrit qu’il faudrait une description trop longue pour faire comprendre ce qui était la pension ! Fausse excuse contradictoire : il l’a déjà faite, il est conscient d’avoir inventé un nouveau procédé = description réaliste (en effet il dit que la toile cirée est assez grasse qu’on peut y écrire son nom = signe du peintre).
- Entrée du premier personnage : Madame Vauquer précédée par son chat = focalisation de l’objet inanimé (salle) à l’animal et enfin à l’humain, mais qui correspondent au milieu ! « toute sa personne explique la pension comme la pension implique sa pension », on ne peut pas imaginer l’un sans l’autre => manifeste du realisme !
- Enfin, il fait pressentir les autres pensionnaires comme s’ils étaient plus humains (déjà quand il décrivait le mobilier de la salle à manger avec des adjectifs propres des hommes : vieux, tremblant, manchot, etc.).
- Expériences de Rastignac pour qu’il devienne adulte : misère -> femmes -> noblesse -> délinquance -> mort de Goriot.
- Fin : enterrement du Père Goriot payé par Rastignac et Christophe, « garçon de peine » de la pension, les seuls venus à rendre hommage au mort => critique aux filles qui ne se présentent pas parce qu’elles sont d’une classe sociale plus élevée et à l’église qui permet une cérémonie décente seulement si bien payée. Aussi la jeunesse et la pureté d’Eugene meurent, parce qu’il comprend qu’on doit se soumettre aux lois corrompues de la société pour survivre. Désormais il jure qu’il améliorera sa condition sociale pour ne pas mourir comme Goriot -> il regarde Paris et lance un défi à la Société : « À nous deux maintenant ! »
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Potrebbe Interessarti
Registrati via email