Che materia stai cercando?

Riassunti esame cultura francese

Riassunto per l'esame di cultura francese, basato su appunti personali e studio autonomo del testo consigliato dal docente: La Francophonie di Xavier Deniau, dell'università degli Studi Università degli Studi Internazionali di Roma - UNINT. Scarica il file in formato PDF!

Esame di Cultura francese docente Prof. N. Novelli

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

français à l’étranger. Il faut alors introduire les locuteurs potentiels aussi dans le pays où le français est

langue véhiculaire ou d’expression internationale.

CHAPITRE III

La francophonie dans l’histoire

Au Moyen Age le latin était devenu la langue dominante, mais aussi le français dans cette période était

devenu una langue demi-universelle, grâce à la puissance économique et politique française de l’époque.

On pourrait dire que la situation du français était la même de celle de l’anglais au XX siècle.

ème

Le français était une minorité linguistique, mais qui détenait le pouvoir politique et intellectuel.

Au XIX et XX siècles les premiers signes de remise en cause apparaissent, parce que l’anglais

ème ème

commence au fur et à mesure à surmonter le français, due à son progresse dans le monde diplomatique

et financier. Le traité de Versailles, par exemple, est rédigé en français ainsi qu’en anglais.

Toutefois le français est toujours assuré par les aristocrates qui préfèrent cette langue à leur langue

maternelle, comme en Russie par exemple.

Le français redeviendra une langue très diffusée avec le fait colonial, parce que les français vont

envoyer de nombreux enseignants afin de répandre leur langue dans les colonies.

Après 1945 le français subit une défaveur, parce que pendant la Deuxième Guerre Mondiale la France a

été vaincue et s’était alliée des vainqueurs.

Ensuite c’est l’époque de l’indépendance de certaines colonies et de l’effacement de la France au niveau

international. En effet la francophonie naît à partir de la II Guerre Mondiale: en 1950 on a

ème

l’indépendance de l’Orient; en 1958 on a l’indépendance du Maghreb; en 1962 on a l’indépendance de

l’Algérie et en 1960 on a une période très importante pour le Québec car ils vont organiser une

‘Révolution tranquille’ où tout est remis en discussion.

Par conséquent en 1960 on commence à distinguer la nationalité de la langue et on prend en conscience

de partager un même univers culturel et linguistique.

Histoire de la Francophonie

La naissance de la francophonie et la prise de conscience des intellectuels se voit déjà dès 1899 grâce à

la fondation de l’Association des Pédiatres de Langue française à Paris. De 1890 à 1904 Onésime

Reclus a examiné la situation du monde francophone et en 1912 Albert Dauzat a publié Défense de la

langue française.

Cette prise de conscience passe aussi par des initiatives internationales comme la création de la

Federation internationale pour la Culture et l’Expansion de la Langue française en 1906, de

l’Association des écrivains de langue française en 1937, de l’Association internationale pour la Culture

française à l’étranger (qui le premier organe d’expression francophone, c’est-à-dire la revue Culture

française), de l’Union culturelle française (fondée sur l’initiative de Canadiens français dont J. M.

Léger).

Toutefois les 2 événements plus importants de cette période sont:

1. La fondation de l’AUPELF → ‘L’Association des Universités partiellement ou entièrement de

Langue française’ montre l’élargissement de la francophonie aux disciplines universitaires et aussi

de la prise de conscience de la francophonie au Canada.

2. La revue Esprit → Grâce à Léopold Sédar Senghor la revue Esprit consacre un numéro spécial à

l’entrée de l’Afrique dans la francophonie.

La francophonie en actes

Depuis 1960 le Québec tend à s’affirmer comme une “nation francophone” en maintenant et améliorant

les liens avec la France.

En 1965 en Afrique l’union africaine et malgache devient l’OCAM, c’est-à-dire un organe très

important pour les projets francophones élaborés par L. S. Senghor, Habib Bourguiba et Hamani Diori.

Dès la fondation de cette organisation, le développement de la francophonie est remis à l’Afrique.

L’OCAM définissait la francophonie comme une communauté spirituelle faite des nations qui emploient

le français et que par conséquent devait inclure tous les Etats parlant français.

Toujours en 1965 la France déclare partager avec le Québec la responsabilité de sa langue et en 1967,

sur une suggestion de L. S. Senghor, nait l’AIPLF (Association internationale des Parlementaires de

Langue française) à Luxembourg. En 1975 cette association se propose de promouvoir les cultures et les

civilisations des peuples qui utilisent habituellement le français mais qui ne sont pas de culture ou de

civilisation française.

En 1969 A. Malraux souligne l’importance de connaitre plusieurs cultures, même si cela qu’on connait

le plus c’est la nôtre, parce que pour avoir une culture mondiale il faut connaitre bien notre culture et il

faut la comparer avec les autres.

Ainsi la francophonie est vue comme une médiatrice culturelle et politique entre les nations. 6 di 13

En 1974 l’AFAL (Association francophone d’Accueils et de Liaison) a été créée.

En 1986 à Paris s’est tenue la I Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement ayant en commun

ère

l’usa du français où les chefs d’Etat ont donné une entité politique à la francophonie; ils ont facilité la

coopération francophone et ils ont constitué un espace de dialogue entre les différents pays

francophones.

Entente sur la coopération culturelle entre le gouvernement de la République française et le

gouvernement du Québec.

- ARTICLE 1. Le gouvernement de la République française et le gouvernement du Québec

coopèrent à la promotion et à la diffusion de la langue française.

- ARTICLE 2. Les parties contractantes favorisent le travail en commun des organismes ou

institutions qui veillent à la qualité de la langue française et qui oeuvrent à son

expansion.

- ARTICLE 3. Les parties contractantes échanges des informations et la documentation sur les

méthodes de diffusion et de perfectionnement du français (langue maternelle et

langue seconde).

Elles contribuent à la définition et à l’amélioration de la terminologie scientifique et

technique française.

Elles échangent des spécialistes du français, langue maternelle et langue seconde.

- ARTICLE 4. Les parties contractantes doivent faciliter l’établissement de liaisons étroites entrée

l’Office de la Langue française du Québec et les organismes reconnus par celui-ci

d’une part, les universités et les institutions françaises spécialisées d’autre part.

- ARTICLE 5. Les parties contractantes veillent à ce que les livres et la documentation sur la

philologie de la langue française fassent l’objet d’échanges accrus.

CHAPITRE IV

Les structures de la francophonie

Le pragmatisme de la francophonie est fondé sur l’idée que ceux qui se sentent part d’une culture

française peuvent, au sein de la francophonie, trouver à travers des formes juridiques ou politiques la

place qui leur convient sous la forme qu’ils préfèrent. Ce pragmatisme a d’abord des causes historiques.

Premièrement le passé colonial de la France lui a démontré que créer une construction juridique et

politique unique entre peuple différents était impossible, alors pour la francophonie ils ont adopté un

autre type d’union qui va au-delà des systèmes juridiques et politiques, mais c’est une union fondée sur

la langue et sur l’identité francophone.

Deuxièmement la France ne voulait pas un approche trop structuré parce qu’elle voulait maintenir les

liens coloniaux, en effet la langue française est médiatrice et non impératrice.

Troisièmement la communauté francophone n’a pas une identité unique, mais elle se caractérise par la

diversité des ses membres: les différents intérêts économiques, culturels et politiques.

Les organismes internationaux

La Conférence des chefs d’État et de Gouvernement ayant en commun l’usage du français (les sommets

francophones). Les sommets francophones sont des réunions périodiques dont le rôle est de dégager des

orientations et de definir des priorités.

- Le sommet de Paris. → La I Conférence s’est tenue à Paris en 1986. Les thèmes évoqués traitent

ère

des questions économiques et politiques mondiales.

- Le sommet de Québec. → La II Conférence s’est tenue à Québec en 1987. Cette Conférence va

ème

prolonger et consolider les décisions prises à Paris et de plus avec ce sommet on veut rendre le

français la langue officielle.

- Le sommet de Dakar. → La III Conférence s’est tenue à Dakar en 1989. Cela a été le premier

ème

sommet en terre africaine (pour souligner l’importance de l’Afrique) et les thèmes principaux de ce

sommet ont été: la création à Alexandrie de l’Université internationale de Langue française (dite

Université Senghor) et l’entrée officielle de la Suisse dans la francophonie.

- Le sommet de Chaillot. → La IV Conférence s’est tenue en France (près de Paris) en 1991. La

ème

décision principal de ce sommet a été la création d’un conseil permanent de la francophonie.

- Le sommet à l’île Maurice. → La V Conférence (dont le nom a changé en “conférence des pays

ème

ayant la langue française en partage”) s’est tenue à l’île Maurice en 1993 et c’est le sommet de

l’affirmation politique de la francophonie. Ici on aborde le problèmes de solidarité entre les peuples,

surtout pour les pays, les moins riches.

- Le sommet de Cotonou. → La VI Conférence s’est tenue à Cotonou (Afrique occidentale) en 1995.

ème

Ce sommet souligne la nécessité de l’action francophone sur l’éducation de base en français et sur la

place du français dans les réseaux sociaux. 7 di 13

- Le sommet de Hanoï. → La VII Conférence s’est tenue à Hanoï en 1997. Les thèmes principaux de

ème

ce sommet sont la création d’un secrétariat général de la francophonie et le changement du nom de

‘l’Agence culturelle et technique’ qui devient ‘l’Agence de la francophonie’ et elle est la seule

organisation intergouvernementale de la francophonie.

Les conférences des ministres des pays ayant en commun l’usage du français. Ces réunions politiques

permettent l’échange d’informations entre les pays francophones et l’étude de projets de coopération.

- CONFEMEN. → La Conférence des ministres de l’Éducation des pays ayant en commun l’usage du

français (créée en 1960).

- CONFEJES. → La Conférence des ministres de la Jeunesse et des Sports des pays ayant en commun

l’usage du français. (créée en 1969).

L’Agence de Francophonie est la seule organisation international qui regroupe les pays qui ont en

commun l’usage du fronçais. Elle a été créée en 1970 et de cette organisation font partie les Etats

membres, les Etats associés et les Gouvernements participants.

Les groupes francophones au sein des organisations faisant partie des Nations Unies qui réunissent les

délégations utilisant le français comme langue de travail (par exemple l’ONU). En effet les seules

langues de travail à l’ONU sont l’anglais et le français et cela parce que le français, avant la II Guerre

ème

Mondiale, était langue diplomatique et l’organisation “nazie” ne devait pas avoir le droit ni le pouvoir

pour avoir une influence et déterminer des changements.

La langue français reste comme ça la seconde langue internationale.

La zone franc est, non en droit, mais en fait, francophonie par ses seize membres qui permet la liberté de

transfert de capitaux dans la zone.

L’Assemblée internationale des Parlementaires de Langue française (AIPLF) a été créée en 1967 et elle

rassemble des parlementaires issus d’assemblées où le français est une langue officielle, véhiculaire ou

fréquemment parlée.

L’Agence francophone pour l’enseignement supérieur et la recherche (AUPELF-UREF) est une

organisation internationale non gouvernementale fondée en 1961 et elle est la plus ancienne institution

francophone. Son but principal est le développement d’une conscience internationale francophone et

favoriser la libre circulation des connaissances et des personnes.

L’Association internationale des Maires et responsables des capitales et métropoles partiellement ou

entièrement francophone (AIMF), dont le siège se trouve à Québec et le secrétariat à Pairs, a pour but

d’établir entre les maires et responsables des capitales et métropoles qui le composent une forte

coopération.

Le Conseil international des Radios-Télévisions d’Expression française (CIRTEF) a été créé en 1978 et

il est formé d’un groupe de professionnels qui veulent promouvoir l’échange de produits audiovisuels

entre les différents pays francophones.

Le Conseil international de la langue Française (CILF) publie des études francophones et des

dictionnaires bilingues.

La francophonie ne se fonde pas sur une même structure de ses pays membres, mais elle est fondée sur

le mouvement associatif, c’est-à-dire les nombreuses associations qui caractérisent la francophonie et

permettent de rattacher ses pays membres.

La Fédération internationale des Ecrivains de Langue française (FIDELF) qui a été créée en 1982 par

exemple s’occupe de la diffusion et de la défense de la langue et de la culture française.

Les Regroupements professionnels dont le but est celui de regrouper les hommes qui exercent la même

profession dans une même langue parce que les associations s’efforcent d’être présentes dans tous les

secteurs professionnels où le français doit être utilisé ou promu.

L’Association francophone d’Amitié et de Liaison (AFAL) est une réunion internationale d’associations

et d’organisations non gouvernementales qui couvre plusieurs domaines de la francophonie.

Les organismes français

Le ministère de la culture en 1993 a été chargé de la francophonie.

Le Haut Conseil de la Francophonie conseille le Président de la République française est il a le but de

préciser le rôle de la francophonie dans le monde et de proposer des perspectives d’actions.

Le Conseil Supérieur de la Langue française est chargé d’étudier l’évolution et la diffusion du français.

Il a un pouvoir de proposition et consultatif.

Le Service des Affaires francophones du ministère des Affaires étrangères est le seul service

administratif doté d’une compétence exclusive en matière de francophonie.

Le ministère de la Coopération et du Développement a en charge le plus grand nombre de pays

francophones.

La Direction générale des Relations culturelles, scientifiques et techniques (DGRCST) est placé sous

l’autorité du secrétariat d’Etat aux Relations culturelles internationales. 8 di 13

Audiovisuel et francophonie veut mondialiser les programmes français et francophones par TV5 (chaîne

généraliste) qui regroupe les programmes des chaînes publiques française et francophones d’Europe, du

Canada et d’Afrique; CFI (Canal France international) qui est une banque de programmes vis-à-vis d’un

certain nombre de télévisions étrangères; et RFI (Radio France international) qui a le but de faire

entendre des informations et émissions en français et parler de la France dans la langue de l’auditeur.

Enfin l’Académie Française doit donner des règles certaines au français et doit rendre cette langue

capable de traiter les arts et les sciences.

Conclusion

La ‘francophonie spontanée’ naît de rencontres individuelles, de voyages, de mariages, d’études,

d’échanges, de visites ou de lectures, donc comme l’explique déjà le nom, elle naît de manière

spontanée.

De plus la solidarité des peuples de langue française a permis de multiplier les relations internationales,

bilatérales et multilatérales, des pays qu’elle rassemble.

La francophonie est un lieu privilégié de la coopération internationale

La communauté qu’est la francophonie montre que l’usage d’une même langue peut créer des liens

fortes, même d’amitié et de coopération entre États de nature politique, ethnique ou économique

différente. CHAPITRE V

Les lois linguistiques

1. En France. → Le jurement de Strasbourg date de 842 et ce document a été édité par le Traité de

Verdun. Ceci est le premier document en vulgaire, en français. Ce document n’est pas littéraire,

mais c’est un document politique. La référence c’est pour les petits fils de Charles Magne qui se

partagent l’empire. Le document est rédigeP en langue romaine et en germanique. Charles le

Chauve va occuper la zone francophone, ensuite on a Louis le Germanique et enfin Lothaire. Ce

dernier va occuper la one qui va se situer entrée la partie destinée à Charles et celle destinée à

Louis. Charles essaie de se défendre de son frère donc les deux premiers vont instituer ce jurement

pour que Lothaire n’envahisse pas leurs territoires. La partie de Lothaire va devenir la Lorraine. Ce

document qui est le premier en vulgaire, va instituer la langue française. Au XVI siècle le

ème

français était en concurrence avec le latin et les patois. En 1510 Louis XII veut que les enquêtes

judiciaires, les informations et les procédures soient dans la langue du pays, c’est-à-dire le vulgaire

afin que le peuple connaisse la loi. L’ordonnance de Villers-Cotterets de 1539 et notamment les

articles 110 et 111 stipulent que les procédures devaient être si claire, que on ne pouvait pas avoir

une incertitude ou demander une interprétation et de plus les procédures devaient être délivrées en

français et non autrement. Cette ordonnance sera renforcée par la Revolution française qui réaffirme

que tous les actes publiques doivent être en langue française. De 1790 à 1794 on a led Décrets de

l’Abbé Grégoire contre les patois dans le but d’universaliser la langue française et ils vont être

appliqués aussi dans les colonies (Afrique). En 1880 avec Jules Ferry (pendant la II République)

Ième

on comprit des reformes dans le domaine de l’éducation: l’école doit être laïque et il faut y aller

obligatoirement depuis 6 ans et la scolarisation est garantie aussi pour les filles. Tout cela était

possible grâce à l’Académie française. À l’époque il y avait une querelle entre Malherbe (langue

d’élite) et Montaigne (langue populaire) concernante la langue orale et de l’affectivité et pas la

langue officielle. En 1992 la loi constitutionnelle proclamait que la langue de la République

française était le français. En 1994 une loi obligeait aux services et organismes public à utiliser la

langue française et précisait que la langue française est le lien privilégié des Etats de la communauté

francophone.

2. La Belgique. → Depuis 1932 la Wallonie et la Flandre sont unilingues, tandis que Bruxelles est une

ville bilingue. La Constitution belge a consacré l’existence de 4 régions linguistiques (3 unilingues

et seulement 1 bilingue).

3. En Suisse. → La Constitution de la Confédération suisse affirme que l’allemand, le français et le

romanche sont les langues nationales de la Suisse (même si entre ces 4 seulement le romanche n’est

pas une langue officielle).

4. Le val d’Aoste. → La Constitution italienne reconnait la langue française et la langue italienne

égales et ni l’une, ni l’autre langue est définie ‘langue officielle’. Les actes publiques, moins que les

actes judiciaires, peuvent être rédigés aussi bien en italien qu’en français.

5. Le Canada. → Avec les Actes de l’Amérique du Nord britannique de 1867 l’usage du français et de

l’anglais est reconnu facultatif au sein du Parlement fédéral et de la législature. Puis avec la loi

constitutionnelle de 1982 on affirme que le français et l’anglais sont les langues officielles du

Canada. 9 di 13

6. Le Québec. → La Charte de la langue française de 1977 affirme la prééminence du français au

Québec et proclame le français comme langue officielle du Québec. Après une loi de 1993 autorisait

l’usage de la langue anglaise, mais à condition que la langue française figurait de manière

prédominante.

7. La Louisiane → La Convention constitutionnelle de l’Etat de Louisiane reconnaissait le droit du

peuple à préserver et promouvoir leurs origines. Cinq actes de 1968 confortent l’emploi du français

et seulement un acte prévoit l’enseignement d’une langue seconde dans toutes les écoles publiques

de l’Etat.

8. L’île Maurice. → Toutes les lois ont été promulguées en français, faite exception pour 23 d’entre

elles qui ont été promulguées aussi bien en français qu’en anglais.

9. Les Seychelles. → La Constitution des Seychelles de 1976 reconnaissait l’anglais comme la seule

langue officielle du gouvernement mais cependant récemment ils ont admis une sorte de

bilinguisme de fait sinon de droit. CHAPITRE VI

Les réactions hostiles

Depuis la Revolution française de 1789 le nationalisme français se caractérise par un refus de la

différence parce que les français voulaient conserver leur substance issue de la nation française.

Dans cette période la francophonie est vue comme un “super-Etat” dont le but est celui e regrouper tous

les francophones sous la domination de Paris.

Les autres pays francophones craignent que la francophonie était un instrument que les français auraient

utilisé pour les influencer politiquement. Mais cette réaction état une incompréhension des buts de la

francophonie.

En effet en 1960 le général de Gaulle reniait toute forme d’impérialisme français et en 1967 Charles de

Gaulle a mis le Québec sur la carte du monde, grâce à son discours à l’hotel de ville de Montréal. Après

C. De Gaulle, les autres gouvernements qui se sont succédé dans le deux pays ont continué une politique

de coopération et de solidarité culturelle.

En ce qui concerne les réactions internationales, l’idéal de la francophonie était d’abord celui du

mondialisme, c’est-à-dire que comme la francophonie était un internationalisme authentique, elle est

entrée en concurrence avec d’autres idéologies comme les mondialismes qui au contraire de la

francophonie, refusaient la différence nationale et favorisaient l’uniformité.

Ensuite il y a le marxisme, une autre idéologie qui a contrasté la francophonie parce que pour les

marxistes la langue n’était pas une valeur absolue mais seulement un moyen.

Enfin l’internationalisme anglophones a un peu mis un frein à la diffusion et affirmation de la

francophonie. L’anglophonie peut s’annoncer comme un moyen d’expression universelle et donc elle est

une sorte de latin du XX siècle. L’anglais peut réaliser le vieux rêve de l’humanité: avoir une langage

ème

universelle qui unifierait le langage et la communication.

Même si le français, au contraire de l’anglais, est vue comme porteur de valeurs culturelle, vue que le

français s’est développé aussi grâce à sa culture et littérature, tandis que l’anglais s’est développé pour

sa puissance au niveau scientifique technique et économique.

Les faiblesses objectives

La faiblesse de la francophonie est due au moyens et crédits insuffisants mis en œuvre, aux réseaux très

peu développés.

Toutefois la francophonie a été souvent associée au Commonwealth anglais, mais en fait elles sont très

différentes, parce que déjà les minorités de langue française qui vivent hors du Québec doivent travailler

en anglais et puis économiquement parlant, les pays de la francophonie ne sont pas aussi riches que ceux

du Commonwealth, mais au contraire il y a beaucoup des pays sous-développés qui font partie de la

francophonie.

Linguistiquement parlant, la francophonie présente une certaine ambiguïté car entre ses pays membres,

seule la France est entièrement de langue française, tandis que les autres pays sont soit bilingues, soit

partiellement de langue française (ils sont une minorité comme le Québec au Canada ou la Wallonie en

Belgique). CHAPITRE VII

La commission d’enquête sur la politique de la langue française

En 1980 une Commission d’enquête sur la langue française déclarait que une dimension essentielle de la

politique étrangère de la France était l’établissement des liens privilégiés avec les pays de langue

française. Cette politique était de la responsabilité du Premier Ministre et lui seul pouvait definir une

strategie du français et veiller à son application à travers des structures ministérielles diverses et

10 di 13


PAGINE

13

PESO

196.12 KB

PUBBLICATO

7 mesi fa


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea in Lingue per l'Interpretariato e la Traduzione
SSD:

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher sundryapple di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Cultura francese e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Università degli Studi Internazionali di Roma - UNINT o del prof Novelli Novella.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Corso di laurea in lingue per l'interpretariato e la traduzione

Riassunto esame Linguistica del contatto, prof. Schirru, libro consigliato Lingue in contatto, Weinreich
Appunto
Riassunto esame Letteratura italiana, prof. Bartolini
Appunto
Appunti sociolinguistica
Appunto
Cultura dei Paesi anglofoni I - Who built America
Appunto