Sapiens Sapiens 15307 punti

La poésie parnassienne: thèmes


Le mot “parnassien” dérive de “Parnasse”, une montagne grecque qui dans la mythologie, était la résidence des Muses et donc la source de toute inspiration poétique.
Les poètes parnassiens s’opposent au lyrisme exagéré romantique et ils proposent une nouvelle esthétique fondée sur le culte de ce qui est inutile et sur le culte de la forme dont l’expression est “l’art pour l’art”. Les représentants les plus significatifs de ce nouveau courant littéraire, qui de 1830 s’étend jusqu’en1876, sont Théophile Gautier et Leconte de Lisle. Les œuvres principales sont:
Théophile Gautier: Emaux et Camées
Leconte de Lisle: Poèmes antiques, Poèmes barbares, Poèmes tragiques
Les poètes parnassiens font paraître leurs poèmes dans des revues éphémères, telles que “Le Parnasse contemporain”, qui est en activité de 1866 à 1876. Le Parnasse de 1866 voit les épigones du romantisme et les précurseurs du symbolisme comme Baudelaire, Verlaine et Mallarmé.
Les Parnassiens acceptent les idées de Gautier à propos de la forme (l’art est inutile et le travail du poète est pareil à celui du sculpteur pour que l’œvre poétique soit belle) et ils y ajoutent le souci de la précision et du détail, ce qui les rattache au réalisme et au naturalisme. Le Parnasse devient ainsi une sorte de mise en forme poétique du réalisme qui va conduire le romantisme vers le symbolisme.
Les caracteristiques principales des Parnassiens sont:
refus du romantisme: ils rejettent la poésie confidentielle et personnelle telle que celle de Lamartine
objectivité: le but de l’art est celui de représenter la réalité et non de décrire des sensations. Cela explique aussi l’intérêt du nouveau courant pour le passé et pour tout ce qui est classique.
Impassibilité: les sentiments du poète ne doivent jamais transparaître à travers l’œuvre d’art et donc, l’artiste doit rester impassible
culte de la forme: l’art ne doit avoir aucun but, ni politique, ni religieux, nì social. L’art ne doit servir à rien car ce qui compte, c’est la beauté de la forme.
Culte du travail: pour atteindre cette perfection, il faut un travail minutieux c’est-à-dire un travail de documentation d’abord et un travail sur la langue après. Ce travail acharné, cette recherche de techniques raffinées risque de rendre l’œuvre d’art incompréhensible pour le plus grand public. Par conséquent, l’artiste risque l’incompréhension et la solitude.
Bien que le Parnasse ne devienne pas une véritable école et qu’il ait été condamné à un échec, Baudelaire s’inspirera à la théorie parnassienne pour le culte de la forme et de la beauté.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Potrebbe Interessarti
Registrati via email