Erectus 763 punti

Molière


Molière, pseudonyme de Jean-Baptiste Poquelin est né à Paris et a recu une éducation jésuite et frequenté les milieux libertins. Il a fondé en 1643 la compagnie de l'Illustre Théatre. En 1673, alors qu'il interprète le role principal de son Malade Imaginaire, a un malaise sur scène et meurt. Grace à l'intervention directe du roi, Molière a pu etre enterré dans le cimitière de Saint-Eustache en qualité de tapissier.

Le théatre de Molière présente des personnages réels bien acrés dans leur temps et classe sociale. L'amuseur se moque des pédants, vaniteux, précieuses, et tout ce qui s'éloigne d'une simplicité faite de mesure et de bon sens. Il est donc un classic. Il ajoute la simplification des intrigues de Corneille, mais complique la psychologie des personnages en brossant une peinture plus naturelle des sentiments. Molière sait varier le ton, il connait et manie à la perfection tous les mécanismes du rire, il est convaincu que la seul règle du théatre est de plaire et que seulement le public est juge.
Le comique dans Molière est une synthèse entre le comique de Plaute et ceux de Térence. Ceux de Plaute se caractérise par le désir de faire rire en présentant une image caricaturale du monde, ceux de Térence nourrit la noble ambition de la correction des moeurs grace à la peinture fidèle de l'homme. On distingue quatre types dans ses comédies:
1. le comique des gestes ou des mots issu de la farce, ceux de Sgarganel 2. le comique de situation, ceux d'Harpagon l'avare 3. le comique des moeurs, qui permet une satire sociale, ceux du bourgeois gentilhomme M.
Jourdain et Tartuffe 4. le comique de caractère, qui appartient en propre à Molière, ceux de M Jourdain quand il
apprend l'alphabet. On peut distinguer trois formes du comique moliéresque:
1. le comique fondé sur la satire du ridicule 2. le comique de fantaisie, qui se fonde sur le principe du monde renversé du carnaval, dans lequel l'accomplissement du désir supplante le principe de réalité 3. le cominque de l'absurde, dont la portée est plus ou moins large, l'incongruité est
passagère, le poète met en jeu une vision du monde où le rire est la seule réponse du sage devant la folie du monde, c'est à dire devant le prejuge et l'ignorance.
L'esthetique de Molière est expliqué dans la comédie “Critique de l'Ecole des Femmes”: “(Dorante) Moquons-nous donc de cette chicane où ils veulent assujettir le gout du public, et ne consultons dans une comédie que l'effet qu'elle fait sur nous. Laissons-nous aller de bonne foi aux choses qui nous prennent par les entrailles, et ne cherchons point de raisonnements pour nous empecher d'avoir du plaisir. (Uranie) Pour moi, quand je vois une comédie, je regarde seulement si les choses me touchent; et lorsque je m'y suis bien divertie, je ne vais point demander si j'ai eu tort, et si les règles d'Aristote me défendaient de rire.” Molière recourt à toutes sortes d'effets comiques, meme s'ils n'ont pas de portée psychologique, c'est parce que le rire remplit dans la comédie une fonction phatique indispensable, en maintenant une atmosphère euphorique qui favorise l'adhésion du spectateur.
Le rire correspond à une sanction morale du public à l'égard d'un ridicule qu'il s'agit de fustiger, non sans cruauté, quelques-uns des errements de l'homme, tels que l'hypocrisie ou l'avarice. Le rire correspond à une attitude d'indulgence amusée à l'égard de la faiblesse de l'homme, les faiblesses ne sont pas a juger, mais les vices le sont.
Le comique de Molière n'est pas toujours sous-tendu par une intention morale, puisque Molière recourt aux rires de connivence. I joue aussi sur la rupture de l'illusion théatrale, quand le personnages semblent avoir conscience de la présence du public, par exemple l'avare recherchant son voleur, s'addresse directement à la salle, effet que Plaute avait exploité dans son Aulularia. On trouve dans son théatre un rire qui n'a d'autre finalité que lui-meme, cela a une fonction très importante dans la communication théatrale, l'atmosphère euphorique favorise l'adhésion du spectateur, donc il a une fonction phatique.
La comédie ne se contente plus de faire rire, mais elle rivalise avec le genre sérieux et émouvie le spectateur, ce qui est neuf dans l'histoire dramatique.
Les grandes comédies de Molière reposent sur un schéma classique de la comédie de l'intrigue: un couple des jeunes amoureux est contrasté par l'egoisme d'un personnage au caractère caricatural. Mais des partisans du bon sens et de la raison aident le couple à obtenir gain de cause. Les maniaques de Molère incarnent le vice à son plus haut degré: il n'y a pas plus grand hypocondriaque qu'Argan et ni plus avare qu'Harpagon. À tel point que certaines nom propres sont devenus des noms communs. Caché sous des effets comiques simples mais efficaces, le réalisme de Molère donne une vision désabusée de l'homme. Les jeunes finiront par se marier, mais les vices ne seront pas corrigés.
Molière a longuement observé les défauts des Francais avant de les attaquer à coups de réalisme déformant dans ses propres pièces. Il parodie le language d'un certain groupe social. Cette capacité de charactériser chacun des personnages par la langue qui lui est propre était très appreciée par ses contemporains.
Tout en peignant les défauts humains, Molière mène l'enquete sur des thèmes de société importants au XVII siècle:
• l'institution du mariage: l'école des femmes
• la fausse dévotion: le tartuffe
• l'athéisme et l'impiété: dom juan La peinture des moeurs et des caractères est precise et ironique, Molière ne renonce jamais à fustiger les vices de ses contemporains.

L'avare


L'avare est une comédie en cinq actes en prose, dont la source est Plaute et son Aulularia: le poète latin fournit à Molière des situations d'une grande force comique, comme le monologue d'Harpagon désespéré. D'autres scènes trouvent leur origine dans les lazzi de la Commedia Dell'Arte. Le riche et avare Harpagon envisage pour ses enfants des mariages d'intéret. Cléante doit se marier avec une riche veuve, et élise est promise à un viellard, Anselme. Il se reserve de se marier avec une charmante jeune fille, Mariane. Celle ci aime Cléante, tandis que èlise est
amoureuse de Valère, l'intendant de la maison. Harpagon est terrorisé que l'on puisse lui voler son argent, et se méfie de tout le monde. Le domestique de Cléante, La Flèche, vole la cassette d'argent pour faire chanter Harpagon. L'avare devient fou, il est convaincu que le voleur est Valère, qui avoue son amour pour èlise et pour se disculper, il dévoile ses origines nobles, il a perdu sa famille en mer. Anselme donc révèle qu'il est le père de Valère et Mariane, qu'il avait cru morts. Harpagon accepte le double mariage de ses enfants et il se retrouve seul avec son argent, qu'il a enfin recuperé.

Tartuffe


Tartuffe est une comédie en cinq actes qui demontre que la dévotion intransigeante est dangereuse et inhumaine. Orgon est un père de famille, il a deux fils, Marianne et Damis, une femme, Elmire, une mère, Pernelle, un beau-frère, Cléante, et une servante, Dorine. Il accueille chez lui un certain Tartuffe qu'il avait rencontré à l'église, et lui accorde sa confience. Sous l'apparence du parfait dévot, Tartuffe est un hypocrite séducteur, avide de pouvoir et richesse. Subjugué par le “saint personnage”, Orgon lui lègue tous ses biens. Orgon finit par découvrir la véritable natur de son soi-disant ami. Mais il est tard pour s'en débarasser, c'est un messager du roi qui viendra tirer d'affaire le bourgeois naif, et Tartuffe, recherché par la police, est arreté, et Orgon retrouve ce qui lui a été volé.
On a accusé Molière d'impiété et libertinage, malgré tout, le succés de la version remaniée du Tartuffe résiste, le personnage est devenu l'hypocrite par antonomase. Tartuffe est un personnage complexe, aux multiples visages, il est un imposteur, habile séducteur qui se sert de la dévotion pour manipuler ses victimes.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email