Nicky83 di Nicky83
VIP 5230 punti

Victor Hugo, "Vielle chanson du jeune temps"

Je ne songeais pas à Rose ;
Rose au bois vint avec moi ;
Nous parlions de quelque chose,
Mais je ne sais plus de quoi.

J'étais froid comme les marbres ;
Je marchais à pas distraits ;
Je parlais des fleurs, des arbres
Son oeil semblait dire: " Après ? "

La rosée offrait ses perles,
Le taillis ses parasols ;
J'allais ; j'écoutais les merles,
Et Rose les rossignols.

Moi, seize ans, et l'air morose ;
Elle, vingt ; ses yeux brillaient.
Les rossignols chantaient Rose
Et les merles me sifflaient.

Rose, droite sur ses hanches,
Leva son beau bras tremblant
Pour prendre une mûre aux branches
Je ne vis pas son bras blanc.

Une eau courait, fraîche et creuse,

Sur les mousses de velours ;
Et la nature amoureuse
Dormait dans les grands bois sourds.

Rose défit sa chaussure,
Et mit, d'un air ingénu,
Son petit pied dans l'eau pure
Je ne vis pas son pied nu.

Je ne savais que lui dire ;
Je la suivais dans le bois,
La voyant parfois sourire
Et soupirer quelquefois.

Je ne vis qu'elle était belle
Qu'en sortant des grands bois sourds.
" Soit ; n'y pensons plus ! " dit-elle.
Depuis, j'y pense toujours.

Le Titre: le mot « chanson » fait nous penser au Moyen Age. Hugo développe la Chanson du Moyen Age d’une manière actuelle. Il y a une contraposition entre « vielle » et « jeune ». La chanson est vielle tandis que le temps est jeune. Vieille dans le sens qu’elle appartien à tout le temps, elle vaut toujours, elle est infinie. Le jeune temps est le temps de la jeunesse.

Dans ce poème il y a deux types de saisons: le printemps et la jeunesse, qui est une saison figurée. Ce sont deux aspects parallèles qui se mêlent entre eux. On parle de la jeunesse pour elle e pour lui. Rose est mûre, ses yeux sont brillants, elle est sensuelle, souriante, elle soupire. Le Poète, au contraire, est froid, distrait et il a l’air morose.

Le tout est inséré dans le contexte de Bois. La Nature représente une certaine saison de la vie. La Nature correspond à l’attitude humaine, aux sentiments de l’homme. Dans ce cas, le printemps correspond parfaitement à Rose parce que c’est une saison quand la Nature se réveille, les fleurs s’ouvrent, les fruits murent et la Nature humain aussi. Rose est déjà mûre, déjà prêt à donner ses fruits.

Au contraire, le Poète n’est pas encore prêt pour cela. Il se trouve dans ce bois, mais il n’est pas encore mûr. Son printemps n’est pas encore arrivé. Les deux jeunes traversent le bois, ils traversent une petite partie de leur vie. Mais le temps favorable pour l’amour est dans le bois et quand ils sortent du bois (symbole de la fin d’une partie de la vie) le temps favorable est fini et il reste seulement le regret. Pour elle c’est un chapitre fermé, mais pour lui, il est homme maintenant et il a bien compris ce qu’il a perdu. Il regrette, « J’y pense toujours », parce qu’il était naïf.

La Nature est à disposition des personnages, elle est prête à offrir son refuge. Il y a une atmosphère favorable donné par la Nature qui correspond à l’attitude humaine. Les rossignols, symbole de l’amour, chantaient Rose. Rose, apporté à l’amour, écoute les rossignoles qui chantent une chanson d’amour. Au contraire les merles sifflent dans un sentiment de désapprobation.

Rose est un élément des fleurs, elle montre son bras et son pied nus. Elle était très sensuelle.

On parle de « bois sourds » parce que la Nature ne réfère rien de ce qu’elle entend, elle ne répète rien.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email