Ominide 13147 punti

Adélaïde-Emilie, marquise de Souza-Botelho était un écrivain français.
Sa mère, Marie Irène Cathérine de Buisson, fille du seigneur de Longpré, près de Falaise mariée à un citoyen de cette ville Filleul. Il est rapporté, bien qu'aucune preuve est claire, que madame était la maîtresse de Louis XV, et la plupart des dommages réels généalogistes que ses filles, même s'il n'est pas reconnu. Son mari est devenu l'un des secrétaires du roi et de Mme Filleul il a fait de nombreux amis, dont Jean-François Marmontel. Leur fille aînée, Marie Françoise Julie Filleul a épousé en 1767 au château de Ménars Abel François Poisson, marquis de Marigny et de Vandières (1727-1781), le frère de madame de Pompadour; Adélaïde-Emilie marié 30 Janvier, 1779 Alexandre Sébastien de Flahaut de La Billarderie, comte de Flahaut de La Billarderie, un soldat d'une certaine réputation, qui était plus âgé que lui de plusieurs années.

A Paris, bientôt réunis autour de son salon, dans lequel la figure de proue était représenté par Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord. Il ya de nombreuses allusions à leur liaison dans le journal de Gouverneur Morris, un autre de ses amants. En 1785, son fils est né Charles Joseph, comte de Flahaut qui était généralement connu pour être le fils de Talleyrand. Mme. de Flahaut a fui Paris en 1792 et a rejoint la société des émigrés en Mickleham, Surrey, décrit dans les Mémoires de Mme. d'Arblay. Son mari est resté à Boulogne-sur-Mer, où il a été arrêté et guillotiné le 29 Janvier 1793. Mme de Flahaut se tenait l'écriture de romans, dont le premier, Adèle de Senanges (Londres, 1794), en partie autobiographique, est le plus célèbre.
Il quitte Londres pour la Suisse, où il a rencontré Louis-Philippe, duc d'Orléans. Il a voyagé en sa compagnie à Hambourg, où il a vécu pendant deux ans, gagnant sa vie comme une modiste. Il revient à Paris en 1798, et 17 Octobre, 1802, il épousa en secondes noces Dom José Maria de Sousa Botelho Mourão et Vasconcelos (Porto 9 Mars 1758 - Paris, le 1er Juin, 1825), le ministre plénipotentiaire du Portugal à Paris et Le Seigneur des primogéniture Mateus marié auparavant à Lisbonne des 23 Novembre, 1783 par Dona Maria Teresa de Noronha, les seigneurs de Apréstimos os aînesse avec qui il a eu des enfants (un fils, le futur de le Comte de Vila Real). Son mari a été rappelé en 1804 et lui a offert l'ambassade de Saint-Pétersbourg; mais a démissionné l'année suivante pour s'installer définitivement à Paris, où il avait de nombreux amis parmi lesquels l'historien Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi. Il passait son temps principalement dans la préparation de la belle édition de Lusiades de Luís de Camões, qu'il termine en 1817.
Mme de Souza a perdu son pouvoir spécial après la chute du Premier Empire, et a été abandonnée même par Talleyrand, bien qu'il ait continué son patronage de Charles de Flahaut. Son mari est décédé en 1825 et après l'ascension au trône de Louis-Philippe comparatica vécut dans la retraite jusqu'à sa mort. Il leva son neveu, Charles de Morny, fils naturel que son fils avait été par la reine Hortense. Parmi ses romans, il y avait La Comtesse de Fargy (1822) et La duchesse de Guise (1831). Ses œuvres complètes ont été publiées entre 1811 et 1822.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email