Genius 24061 punti

Alphonse Daudet: les œuvres et les thèmes


Né en 1840 à Nîmes, sauf quelques séjours en Provence, il passe la plus grande partie de sa vie à Paris, où il fréquente les salons littéraire et il fait partie de l’entourage de l’impératrice Eugénie. Il meurt en 1897 en pleine affaire Dreyfus. Malgré son amitié avec Emile Zola, il était un antidreyfusard convaincu.
Au point de vue littéraire, il a donc vécu en pleine période réaliste et naturaliste.
Aujourd’hui, de Daudet on retient surtout son inspiration provençale: cela est dû au fait qu’il a passé plusieurs hivers en Provence, ce qui lui a permis de se lier au poète provençal Frédéric Mistral, auteur de «Mireille». C’est donc en Provence qu’il trouve son inspiration pour ses «Lettres de mon moulin». Ces lettres sont passées à la postérité car l’écrivain a su y mêler plusieurs tons: le ton amusant («La mule du Pape» ou «Le curé de Cucugnan») le ton tragique («L’Arlesienne»), le ton poétique et le ton humoristique. D’autres œuvres très connues sont: «Le Petit Chose», «Contes du Lundi» (un recueil sur la guerre franco-prussienne) et «Tartarin de Tarascon». Le protagoniste de cette dernière porte à son comble le défaut de vantardise et d’exagération que l’on attribue souvent aux méridionaux: Daudet, en ce cas, a été capable de donner tellement de relief à ce personnage que son nom, en français, est devenu un synonyme de vantard.

Comme les écrivains réalistes, Daudet veut donner la sensation directe du réel et par conséquent il attribue une grande importance à l’observation directe de la réalité. Tous les aspects de la société de son temps l’intéressent: le monde des affaires, le monde de la politique, les intellectuels. Il tourne aussi son attention vers le monde des humbles et des plus malheureux et vers tous les aspects de la vie de tous les jours. Cependant il échappe au pessimisme qui caractérise son époque: tout d’abord parce qu’il n’a pas le regard scientifique d’un analystes comme chez les naturalistes, ensuite, si d’un côté ils nous décrit la méchanceté et l’égoïsme de l’homme, de l’autre il n’hésite pas à mettre en valeurs la bonté et les aspects positifs de certains personnages. Dans ses descriptions, Il n’est pas objectif, mais observe souvent de façon ironique.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email