Ominide 13147 punti

Heureux Elisabeth de la Trinité, né Elisabeth Catez, également connu sous le nom Elizabeth de Dijon (Avor 18 Juillet 1880 - Dijon, 9 Novembre, 1906) était un mystique et écrivain français de l'Ordre des Carmes Déchaux.
Il est né dans le camp militaire Avor dans le quartier français de Farges-en-Septaine (département du Cher), la fille aînée du capitaine Joseph et Marie Rolland Catez. Le père d'Elisabeth est décédé subitement à l'âge de sept ans.
Le petit "Sabeth," comme il l'appelait ceux qui la connaissaient, elle avait un tempérament trop vive. Après avoir reçu sa première communion en 1891, Elizabeth est devenue plus modérée [citation nécessaire] et est ouverte à une relation avec Dieu (en particulier avec la Trinité) et avec le monde. Il a commencé à servir dans la chorale de l'église et de faire des actes de charité pratique, telles que la prise en charge de la maladie et le catéchisme enseigné aux enfants qui travaillaient dans l'usine.

Bientôt Elisabeth, malgré la forte opposition de nombreuses propositions de mariage de la mère et de rejet, suivi de la vocation qui il a demandé d'entrer chez les Carmes Déchaux, le monastère qui était situé à deux cents mètres de son domicile à Dijon.
Elizabeth entra au Carmel de Dijon Août 2 1901, prenant le nom d'Elisabeth de la Trinité. il a dit:
«Je trouve Dieu partout, faire la lessive comme étant rassemblés dans la prière. »
Comme dans toutes les expériences de la spiritualité, des moments de grande ferveur alternent avec des périodes d'extrême sécheresse. Elizabeth dans ses écrits a rendu compte de sa situation spirituelle articulé.
A la fin de sa vie, il a commencé à se désigner comme LAUDEM de gloire («Éloge de la gloire"); la douce "Sabeth" voulait être une louange continuelle et la gloire du Seigneur. Ce nouveau nom qui a été donné était lié à la relation qu'elle avait établi avec saint Paul, illuminant son guide sur les chemins du Seigneur. Il disait:
"Je pense que dans le ciel ma mission sera de conduire les âmes au-delà eux-mêmes afin de se précipiter à Dieu avec un simple mouvement de l'amour, et de les garder dans ce silence fertile qui permet à Dieu de se communiquer à eux et pour les transformer en Lui »
Elisabeth de la Trinité est mort à vingt-six ans, atteinte de la maladie d'Addison, qui au début du XXe siècle n'avait pas encore curable. Bien que sa mort était sûr Elisabetta ne se découragea pas, en effet, accepté de bon gré ce que - dit-elle - il était un "grand cadeau". Ses derniers mots furent:
«Je vais à la Lumière, l'Amour, la Vie! »
Elle a été béatifiée par le pape Jean-Paul II le 25 Novembre 1984 (mémoire liturgique 9 Novembre). Sa prière la plus connue est: «Mon Dieu Trinité que j'adore," prière dans laquelle prodiguait son amour de la Trinité
Elisabeth de la Trinité est l'un des patrons de la maladie et des orphelins.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email