Ominide 12 punti

Charles Baudelaire


La vie

Charles Baudelaire est né a Paris en 1821. Il perd son père à l'âge de six ans et donc sa mère étant très jeune se remarie avec un général. Pour cette raison Charles avait un rapport d'amour et haîne avec elle.
Après ses études secondaires à Lyon, il va étudier au lycée Louis-le-Grand à Paris, où il se distingue par son indiscipline et d'où il fut exclu. Après avoir obtenu son baccalauréat, Baudelaire commence à mener à Paris une vie d'insouciance et de bohème donc son beau-père essaie d'y mettre une terme pour ça il le pousse à s’embarquer en 1841 à bord d’un paquebot pour les Indes. Pendant le voyage Baudelaire ancre profondément chez lui le goût de l'exotisme, thème très présent dans son œuvre. En effet, Baudelaire s'inspire à ces voyages dans les premiers poèmes de son recueil principal, les Fleurs du Mal.
Pendant sa vie il a aimé trois femmes: Jeanne Duval à laquelle il reste lié toute sa vie et donc c'est un amour charnel; Marie Daubrun pour laquelle il épreuve un amour fraternel et enfin Madame Sabatier qui est son amour spirituel. Il lui parlait et lui confiait ses pensées et son angoisse. Il fait de cette dernière femme la «Muse et la Madone» des Fleurs du mal.
Après avoir reçu à sa majorité l'héritage paternel il fit un vie de dandy et d'esthète et il expérimente les <<paradis artificiels>> de l'opium et de l'alcool.
Donc pour éviter la dilapidation de sa fortune, son beau-père et sa mère le font placer sous tutelle judiciaire. Le jeune poète souffre, donc, de ne pouvoir disposer librement de ses biens, et pour vivre il doit travailler.
C'est donc dans ce moment qu'il devient journaliste, critique d'art et critique littéraire.
En juin 1857, Baudelaire fait paraître, chez son ami et éditeur Poulet-Malassis, le recueil les Fleurs du mal, qui regroupait des poèmes déjà publiés en revue et des inédits. Mais il est accusé «d'outrage à la morale publique et aux bonnes mœurs» (la même année, Madame Bovary, de Flaubert, connaît un sort identique, mais le romancier put profiter d'un succès de scandale, ce qui n'a pas été le cas de Baudelaire). Condamné à une forte amende, le poète a du éliminer six poèmes.
Baudelaire est très affecté par cet échec et donc il tombe dans la misère et dans la maladie, en effet il est frappé d'une malaise qui le rend paralysé et aphasique et il meurt en 1867.

Poète maudit-dandy

Baudelaire est un poète maudit-dandy, c'est-à-dire non compris par les gens de son époque. Après il fait scandale pour sa vie un peu particulière et aussi pour son oeuvre.
Le style
Baudelaire est un poète un peu classique et un peu modèrne donc il est inclassable mais il est considéré aussi le precurseur du Décadentisme.
Il est classique pour la forme extérieure de ses poésies, en effet il fait recours au sonnet qui est la forme poétique par exellence en utilisant le vers alexandrin.
Il est modèrne pour les thèmes comme la prostitution, la drogue, l'alcool et aussi pour les nouveaux mots utilisés dans son oeuvre comme dans le poème Spleen, c'est-à-dire les mots couvercle, araignées, la chauve-souris, le crâne. Donc il utilise des mots concrets.
Baudelaire annonce aussi le symbolisme en utilisant très souvent des symboles dans son oeuvre et aussi des synesthésies, une figure rétorique qui met l’un à côté de l’autre des mots qui appartiennent à des champs lexicaux différénts.

La mission du poète et da la poésie

Selon Charles Baudelaire la mission du poète est celle de déchiffrer tous les messages que la nature nous envoie et qui partent de Dieu parce que le poète a une sensibilité supérieure à tous les hommes.
Donc la mission de la poésie est celle de retranscrire les messages de la nature et de Dieu pour les faire comprendre aux autres.
On peut trouver cette vision dans le poème Correspondences.

La condition du poète

On peut trouver la condition du poète selon Baudelaire dans le poème L'albatros où il fait recours à une image très suggestive pour dépeindre sa propre condition dans une société qui l'ignore complètement, celle de l'albatros. L'image de l'albatros capturé évoque l'idée d'un être totalement étranger au monde qui l'entoure.

Les Fleurs du Mal

La première èdition des Fleurs du Mal de 1857 comprend cent poèmes mais son oeuvre a été accusée d'attentat à la morale publique et donc il a dû retrancher six poèmes de la section Fleurs du mal. Après une seconde édition comprend cent vingt-six poèmes et une troisième édition publiée en Belgique comprend tous les textes censurés.
Donc Les Fleurs du Mal qui est est l'œuvre maîtresse de l'auteur, est un recueil de poème structuré comme un roman et on peut dire que Baudelaire a écrit ces poèmes parce qu'il voulait transformer tout le mal qu'il voyait dans sa vie et dans la societé en fleurs, c'est à dire en poésies.
L'ensemble des poèmes retrace l'itinéraire du poète emprisonné dans la tentation du Mal et une aspiration vers le Bien et vers l'Idéal.
Ce voyage très long est divisé en étapes qui correspondent à six section du recueil.
Spleen et Idéal (1-85): Il parle de son Angoisse et de son Ennuie devant le monde réel et il montre au même temps son désir de connaître l'Idéal.
Tableaux parisiens (86-103): Il fait une peinture de la ville de Paris, il flâne dans les rues pour observer les autres et arriver à sortir de son Spleen, mais les seules personnes qui attirent son attention sont celles qui souffrent comme les aveugles, les pauvres et les vieux.
Le vin (104-108): Il s'adonne à l'alcool pour sortir de son Spleen.
Les Fleurs du Mal (109-117): Il s'évade dans les paradis artificiels et donc il commence à essayer des drogues pour arriver à comprendre l'Idéal.
La Révolte (118-120): Il se révolte contre Dieu et évoque Satan.
La Mort (121-126): Il est convaincu que seulement la mort pourra lui faire découvrir Dieu et l'Absolu.

Modernité des Fleurs du Mal

Le titre du recueil comprend ensemble les marques d'une esthétique modèrne où la beauté et le sublime réprésentés par le terme <<fleurs>> peuvent surgir des réalités de la nature, le <<mal>>.
Après l'oeuvre même a renouvelé la poésie traditionelle et a inauguré la modernité.

Thématique des Fleurs du mal

La partie «Spleen et Idéal» met en scène le «spleen», c'est-à-dire l'ennui (ou sens d'angoisse métaphysique), dont le poète souffre, et son aspiration vers un «idéal», infini sublime où règne la plénitude de l'être. Spleen est un mot anglais qui désigne la rate : en effet, on croyait autrefois, selon la théorie des humeurs d'Hippocrate, que le sentiment de mélancolie était d'origine psychologique et, plus précisément, qu'il venait de la bile noire sécrétée par la rate. Le mot «spleen» traduit donc chez Baudelaire l'ennui et le dégoût généralisé de la vie.
Le poète y exprime les tourments de sa propre âme, divisée entre le sublime et l'obscurité et entre une double aspiration vers Dieu et vers Satan.
À partir de son expérience personnelle, il traite le conflit entre l'âme et le corps, le bien et le mal qu'il n'arrive pas à fondre. On parle de la double postulation baudelarienne.
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email