Nicky83 di Nicky83
VIP 5230 punti

Baudelaire - Correspondances

La Nature est un temple où de vivants piliers
Laissent parfois sortir de confuses paroles;
L'homme y passe à travers des forêts de symboles
Qui l'observent avec des regards familiers.
Comme de longs échos qui de loin se confondent
Dans une ténébreuse et profonde unité,
Vaste comme la nuit et comme la clarté,
Les parfums, les couleurs et les sons se répondent.
II est des parfums frais comme des chairs d'enfants,
Doux comme les hautbois, verts comme les prairies,
— Et d'autres, corrompus, riches et triomphants,
Ayant l'expansion des choses infinies,
Comme l'ambre, le musc, le benjoin et l'encens,
Qui chantent les transports de l'esprit et des sens.

Ce poème est la suit idéale du discoure d’Elévation. Il a été considéré comme le manifeste de symbolisme et Baudelaire est le précurseur de Symbolisme. Mais qu’est-ce que c’est un symbole? Il est quelque chose d’implicite, il n’est pas explique et on l’utilise pour suggérer autres choses.

Le poème commence avec une métaphore: la Nature est soutenue par les êtres vivants comme les temples sont soutenus par les piliers. Ces êtres vivants disent des paroles confuses que nous ne comprenions pas bien. L’homme ne comprend pas le langage de la Nature et il passe sa vie dans celle comme dans une forêt qui n’est pas facilement pénétrable. C’est difficile comprendre le message.

L’homme passe à travers une forêt de symboles qui observent l’homme avec des regards familiers. Ils ne sont pas hostiles à l’homme, comme la Nature. Elle est familière, mais c’est l’homme qui parfois la regarde comme étranger.

Dans la deuxième strophe il dit que la Nature est constitue par une unité; tous les aspects de la Nature se répondent. Il y a une correspondance entre tous les parties de la Nature, entre tous les sens. Cette correspondance se réalise comme de longs échos qui de loin se confondent; ce ne sont pas clair, mais déformée.

Dans la strophe suivante il y a des associations de deux sens qui ne vont pas ensemble (synesthésie). On peut associer l’odorat avec le tact, l’odorat avec l’ouïe et avec la vue. Enfin on a aussi des correspondances verticales parce qu’on associe les parfums avec une dimension plus spirituelle. A partir de la réalité, on s’élève vers l’essence, vers l’idée.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email