Che materia stai cercando?

Anteprima

ESTRATTO DOCUMENTO

the responsible or government with a to

jure

de de view

incfo

obtaining the reparation due in respect of the damage caused

to the United Nations, to the victim or to perçons entitled

(b)

( a )

throiigh ?"

him

I t will be useful to make the follolving preliminary observations :

The Organization of the United Kations \vil1 be referred to

(a)

usually, but not invariably, as "the Organization".

1 1 (b)

Questions (a) and refer to "an international claim

( b ) iure de

against the responsible or government". The Court

de facto

understands that these questions are directed to claims against a

State, and will, therefore, in this opinion, use the expression "State"

"clefendant State".

or The Court uilderstands the word "agent" in the most liberal

(c)

sense, that is to say, any person who, whether a paid officia1 or not,

and whether permariently employed or not, has been charged by

with carrying out, or helping to carry

an organ of the Organization any person through ~vhom

it acts.

out, one of its functions-in short,

As this question assumes an injury suffered in such circum-

( d ) involve a State's responsibility, it must be supposed,

stances as to

for the purpose of this Opinion, that the damage results from a

purpose

failure by the State to perform obligations of which the

is to protect the agents of the Organization iil the performance of

their duties.

The position of a defendant State which is not a member of

(e)

the Organization is dealt with later, and for the present the Court

will assume that the defendant State is a Member of the Organization.

The questions asked of the Court relate to the "capacity to bring

accordingly, ive must begin by defining

an international claim" ;

what is meant by that ccipacitj', and coiisider the characteristics

so as to determine whether, in general, these

of the Organization,

characteristics do, or do not, iiicIiide for the Organization a right to

present an international claim.

Competence to bring an international claim is, for those possessirig

it, the capacity to resort to the customary methods recognized by

preseritation and the

international law for the establishment, the

settlement of claims. Among these inethods inay nit,iitioned

be

protest, request for an enquiry, negotiation, and reqiiest for sub-

mission to an arbitral tribunal or to the Court in so far this may

as

be authorized by the Statute.

This capacity certainly belongs to the State a Statcl cari briiig an

;

Such a claim takes the

international claim against another State.

two political entitit.5, cqiial la\\., similar

form of a claim between i i l

49

AVIS (RÉPARATIOK DES DOMMAGES

DU I V SUBIS)

I I

1;s

entités politiques, égales en droit, de structure semblable et relevant

toutes deux directement du droit international. Elle est traitée

par voie de négociations, et, en l'état actuel du droit concernant

à

la juridiction internationale, ne peut être déférée un tribunal

international que du consentement des Etats en cause.

à l'un de ses Membres une réclamation,

Si l'organisation adresse

celle-ci sera présentée de la même manière et sera traitée par les

mêmes procédés. Elle pourra, le cas échéant, être appuyée par les

moyens politiques dont dispose l'organisation.

lJOrgaiiisation trouvera là le moyen d'assurer le

De cette façon,

respect de ses droits par l'État Membre contre lequel elle élève

une réclamation.

Mais, dans l'ordre international, l'organisation a-t-elle une

nature qui comporte la qualité pour présenter une réclamation

? à

Pour répondre cette question, il faut tout d'abord

internationale à

déterminer si la Charte a donné l'Organisation une condition telle

qu'elle ait vis-à-vis de ses Membres des droits dont elle ait qualité

pour leur demander le respect. En d'autres termes, l'organisation

? Cette dernière

est-elle revêtue de la personnalité internationale

expression est, sans doute, une expression de doctrine qui, parfois,

a été contestée. Mais elle sera employée ici pour exprimer que

l'Organisation, si elle est reconnue comme possédant cette person-

nalité, est une entité capable d'être bénéficiaire d'obligations

à ses Membres.

incombant à

Pour répor-lre cette question, qui'n'est pas tranchée par les

-

mê~nr J c la Charte, il faut considérer les Earactères que

termes à

entendu donner l'organisation.

celle-ci a

Les sujets de droit, dans un système juridique, ne sont pas

à

nécessairement identiques quant leur nature ou l'étendue

à

de leurs droits et leur nature dépend des besoins de la commu-

;

nauté. Le développement du droit international, au cours de

son histoire, a été influencé par les exigences de la vie inter-

nationale, et l'accroissement progressif des activités collectives des

États a déjà fait surgir des exemples d'action exercée sur le plan

international par certaines entités qui ne sont pas des États. Ce

à

1945, la création d'une organi-

développement aboutit, en juin

sation internationale dont les buts et les principes sont énoncés

dans la Charte des Nations Unies. Pour atteindre ces buts, il est

indispensable que l'organisation ait la personnalité internationale.

à faire simplement de l'Organisa-

La Charte ne s'est pas bornée

tion créée par elle un centre ou s'harmoniseraient les efforts des

nations vers les fins communes définies par elle (article premier,

4). ;

Elle lui a donné des organes elle lui a assigné une mission

par. à l'organi-

propre. Elle a défini la position des Membres par rapport

sation en leur prescrivant de lui donner pleine assistance dans toute

5 ) ,

par. d'accepter et d'appliquer

action entreprise par elle (article 2,

les décisions du Conseil de Sécurité, en autorisant l'Assemblée

à à

leur adresser des recommandations, en octroyant

générale

8 178

49

OPIN. O F II (REPSRATION FOR I N J U R I E S SGFFERED)

I V

in form, and both the direct subjects of international law. I t is

dealt with by means of negotiation, and cannot, in the present state

of the law as to international jurisdiction, be submitted to a tribunal,

with the consent of the States concerned.

except

When the Organization brings a claim against one of its Members,

same manner, and regulated

this claim will be presented in the

by the same procedure. I t may, when necessary, be supported

means a t the disposa1 of the Organization. I n

by the political

these ways the Orgznization would find a method for securing

the observance its rights by the Member against which it has

of

claim.

a But, in the international sphere, has the Organization such

a nature as involves the capacity to bring an international clnim ?

I n order to answer this question, the Court must first enquire

such a position

whether the Charter has given the Organization is entitled

that it possesses, in regard to its Members, rights which it

to ask them to respect. I n other words, does the Organization

?

possess international personality This is no doubt a doctrinal

so,netimes given rise to controversy. But

expression, which has

will be used here to mean that if the Organization is recognized

it is an entity capable of availing itself

as having that personality, it

of obligations incumbent upon its Members.

To answer this question, which is not settled by the actual

consider what characteristics it

terms of the Charter, we must

was intended thereby t o give to the Organization. necessarily

The subjects of law in any legal system are not

identical in their nature or in the extent of their rights, and their

depends upon the needs of the community. Throughout

nature r;ie development of international law has been influenced

its history,

by the requirements of international life, and the progressive

increase in the collective activities of States has already given rise

to instances of action upon the international plane by certain

entities which are not States. This development culminated

1945 of an international organization

in the establishment in June

whose purposes and principles are specified in the Charter of the

these ends the attribution of

United Nations. But to achieve

international personality is indispensable.

The Charter has not been content to make the Organization

created by it merely a centre "for harmonizing the actions of nations

3).

in the attainment of these common ends" (Article para.

1,

It has equipped that centre with organs, and has given it special

It

tasks. has defined the position of the Members in relation to

give it every assistance in

the Organization by requiring them to 5),

any action undertaken by it (Article para. and to accept and

2, by authorizing the

carry out the decisions of the Security Council ;

Assembly to make recornmendations to the Members

General ;

S

l'Organisation une capacité juridique, des privilèges et immunités

prévisioii

sur le territoire de chacun de ses Membres, en faisant

d'accords conclure entre l'organisation et ses Membres. La

à

pratique, notamment par la conclusion de conventions auxquelles

l'Organisation est partie, a confirmé ce caractère d'une Organisation

à certains égards, en face de ses Membres, et qui, le cas

placée, A

à

échcant, a le devoir de rappeler ceux-ci certaines obligations.

cela s'ajoute que les Nations Unies sont une Organisation politique,

ayant une mission politique d'un caractère très important et à

domaine très large m a i n t e ~ i r

la paix et la sécurité internationales,

:

d6velopper les relations amicales entre les nations, réaliser la

coopération internationale dans l'ordre économique, social, intel-

humanitaire (article premier), et qu'elle agit par des

lectuel 01.1

moyens politiques vis-à-vis de ses Membres. La Convention sur

(( 1946,

les priviliges et immunités des Nations Unies de crée des

»,

droits et des devoirs entre chacun des signataires et l'Organisation

Or, il serait difficile de concevoir

(voir notamment section 35). etiets sinon

comment une telle convention pourrait déployer ses

sur le plan international et entre parties possédant la personnalité

internationale. à

De l'avis de la Cour, l'organisation était destinée exercer des

-

jouir de droits et elle l'a fait qui ne peuvent

fonctions et à -

s'expliquer que si l'Organisation possède une large mesiire de person-

internationale et la capacité d'agir sur le plan interiiatioiinl.

nalité

Elle est actuellement type le plus élevé d'organisation intenia-

le

tionale, ct elle ric pourrait répondre aux intentions de ses fondateurs

était dépourvile de la personnalité internationale. On doit

si elle

iidmettrc que ses Membres, en lui assignant certaines fonctions, avec

les responsabilités qui les accompagnent, l'ont revêtue

les devoirs t?t

de la compétence nécessaire pour lui permettre de s'acquitter effec-

ccs fonctions.

tivement de

En conséquence, la Cour arrive la conc1uc;ion que l'Organisation

à

est une personne internationale. Ceci n'équivaut pas dire que

à pas, ou

l'organisation soit un Etat, ce qii'elle n'est certainement

que sa personnalité juridique, ses droits et ses devoirs soient les

Encore moins cela équivaut-il dire

mêmes que ceux d'un Etat. à

(lue l'Organisation soit un super-Etat quel que soit le selis de

n,

((

cette expression. Cela n'implique même pas que tous les droits et

le plan international,

devoirs de l'organisation doivent se trouver sur

p i s plus que tous les droits et devoirs d'un Etat ne doivent s'y

trouver placés. Cela signifie que l'organisation est un sujet de droit

international, qu'elle capacité d'être titulaire de droits et devoirs

a

iiiternntioiiaux et qu'elle capacité de se prévaloir de ses droits

a

par voie réclamation internationale.

de à

La question examiner ensuite est celle de savoir si la somme des

droits internationaux de l'Organisation comprend le droit de pré-

iiiternationales de la nature de cclles visées

senter des réclamations Il

(1:ins pri.i;ciitt. t1~m;iriclc

d'avis. s'agit recla~nation

contre

ci'unc

1:i

9 à

un État pour obtenir réparation raison du préjudice provenant

un agent de l'Organisation dans l'exercice

d'un dommage causé à

de ses fonctions. Alors qu'un Etat possède, dans leur totalité, les

droits et devoirs internationaux reconnus par le droit international,

les droits et devoirs d'une entité telle que l'organisation doivent

dépendre des buts et des fonctions de celle-ci, énoncés ou impliqués

par son acte constitutif et développés dans la pratique. Les fonctions

de l'organisation sont d'un caractère tel qu'elles ne pourraient être

effectivement remplies si elles impliquaient l'action commune sur

le plan international de cinquante-huit ministères des Maires

la Cour en conclut que les Membres ont conféré

étrangères ou plus ;

à l'organisation qualité pour présenter les réclamations internatio-

nales que nécessiterait l'exercice de ses fonctions. ?

Qu'en est-il des réclamations visées dans la demande d'avis

1

question se subdivise en deux points qu'il faut examiner

La

successivement. 1 est ainsi conçue

La question a)

Au cas où un agent des Nations Unies subit, dans l'exercice

I(

de ses fonctions, un dommage dans des conditions de nature à

engager la responsabilité d'un État, l'organisation des Kations

Unies a-t-elle qualité pour 'présenter contre le gouvernement

ou responsable une réclamation internationale

jure de

de facto aus

en vue d'obtenir la réparation des dommages causés a)

...

Nations LJnies : ? ))

Cette question concerne uniquement la réparation du dommage

y

causé l'Organisation quand il a eu en même temps dommage

à

à

causé l'un de ses agents. On ne peut douter que l'Organisation

a qualité pour présenter une réclamation internationale contre un

des obligations inter-

de ses Membres qui, par un manquement à

a

nationales envers elle, lui causé un dommage. Les dommages

1 sont exclusivement les dommages causés

visés par la question a) ses moyens de fonction-

aux intérêts propres de l'organisation, à

à

nement, son patrimoine et aux intérêts dont elle a la garde. Il

est évident que l'Organisation a qualité pour présenter une récla-

mation pour ces dommages. La réclamation étant fondée sur un

à

manquement une obligation internationale, manquement dont

ce

à l'un de ses Membres,

l'Organisation impute la responsabilité

Membre ne peut prétendre que cette obligation est régie par son

à

à donner sa réclama-

droit national, et l'Organisation est fondée

tion le caractère d'une réclamation internationale.

Lorsque l'Organisation a subi un dommage résultant du man-

à ses obligations internationales, il est

quement par un Membre

impossible de voir comment elle pourrait en obtenir réparation

si elle n'avait pas qualité pour présenter une réclamation inter- "

nationale. On ne saurait supposer que dans ce cas tous les Membres

damage caused by the injury of an agent of the Organization in

the course of the performance of his duties. Whereas a State

possesses the totality of international nghts and duties recognized

such as

by international law, the rights and duties of an entity

the Organization must depend upon its purposes and functions

as specified or implied in its constituent documents and developed

in practice. The functions of the Organization are of such a

character that they could not be effectively discharged if they

involved the concurrent action, on the international plane, of

fifty-eight or more Foreign Offices, and the Court concludes that

h a ~ e

endowed the Organization with capacity to

the Members

bring international claims when necessitated by the discharge of

its functions.

is the position as regards the claims mentioned in the

What 1

? Question is divided into two points.

request for an opinion

which must be considered in turn.

1 :

Question (a) is as follows

"In the event of an agent of the United Nations in the per-

injury in circumstances involving

formance of his duties suffering

the responsibility of a State, has the United' Nations, as an

Organization, the capacity to bring an international claim against

the responsible or government with a view to

jure de

de facto damage caused

obtaining the reparation due in respect of the

....

the United Nations

to ?"

(a)

The question is concerned solely with the reparation of damage

caused to the Organization when one of its agents suffers injury at

the same tirne. I t cannot be doubted that the Organization has the

bnng an international claim against one of its Mem-

capacity to injury to it by a breach of its international

bers which has caused 1

damage specified in Question

obligations towards it. The (a)

means exclusively damage caused to the interests of the Organiza-

tion itself, to its administrative machine, to its property and

it

assets, and to the interests of which is the guardian. I t is clear

tliis

that the Organization has the capacity to bring a claim for

damage. As the claim is based on the breach of an international

obligation on the part of the Member held responsible by the Organ-

ization, the Member cannot contend that this obligation is governed

by municipal law, and the Organization is justified in giving its

claim the character of an international claim.

When the Organization has sustained damage resulting from a

breach by a Member of its international obligations, it is impossible

t o see how it can obtain reparation unless it possesses capacity to

bring an international claim. I t cannot be supposed that in such

an event al1 the Members of the Organization, Save the defendant

IO

à

de l'Organisation, l'exception de l'État défendeur, devraient

s'unir pour présenter une réclamation contre celui-ci pour le

dommage subi par l'organisation.

La Cour n'est pas appelée déterminer la mesure précise de

à à

la réparation que l'organisation sera fondée obtenir. On peut

dire cependant que le montant de la réparation dépendra de

à raison de l'acte illicite ou de l'omis-

l'étendue du dommage subi

à

sion imputable l'État défendeur, ce montant étant calculé confor-

aux règles du droit international. Dans l'évaluation de

mément

ce dommage interviendrait, entre autres éléments, le rembour-

sement de toute indemnité raisonnable que l'organisation aurait

à

eu verser son agent ou ses ayants droit. E n outre, le décès

ài à

ou l'invalidité d'un agent accomplissant une mission lointaine

pourrait entrainer des dépenses considtrables lorsqu'il s'agirait de

C.e rie sont là que des exemples, et la Cour n'entend

le remplacer.

pr6Voir toutes les catégories de dommages que pourrait subir

pas

l'organisation elle-même.

1

La question est la suivante

b)

l'organisation des Sations Cnies a-t-elle qiialité pour présenter

....

(C une réclamation internationale en d'obtenir la réparation

. . . . vue

domrnages cai1st.s victime ou ses ayants droit

des ?

5 5

h ) la

.... ))

Lorsque l'on examine le point de droit auquel donne naissance

1 il est inutile répéter les considérations qui ont

la question de

b), à à

répondre affirmativement la question 1 a).

conduit la Cour

011

peut maintenant admettre que I'Orgaiiisation a qualité pour

présenter une réclamation sur le plan international, pour négocier,

pour conclure un compromis et pour exercer une action devant

un tribunal international. La seule. question juridique qu'il reste

examiner est celle de savoir si, en présentant une réclamation

à

internationale de cette sorte, l'Organisation peut obtenir la

((

. .

la victime

réparation des dommages causés à

.

.

. . . . )).

La règle traditionnelle selon laquelle la protectio~l

diplomatique

1'Etat iiational n'implique pas une réponse négative

est exercée par

la question 1 b).

à Tout d'abord, cette règle s'applique aux r6clamations présentées

par un État. Or, ici, il s'agit du cas différent et nouveau d'une

récla.mation qui serait présentée par l'Organisation.

En second lieu, même dans les rapports entre Etats, cette règle

comporte ct'importantes exceptions, car il existe des cas dans

lesquels la protection peut être exercee par un État au profit de

personnes qui n'ont pas sa nationalité.

Eri troisième lieu, la règle repose sur deux bases. Preiniérement,

l'État dbfendeur a manqué une obligation envers 1'Etat national,

à

à l'6gard de ses ressortissants. Deuxièmement, seule la partie envers

11 49 181

(REPARATION SUFFERED)

OF FOR INJURIES

OPIN. I I IV

State, must combine to bring a claim against the defendant for the

damage suffered by the Organization.

The Court is not called upon to determine the precise extent of

the reparation which the Organization would be entitled to recover.

however, be said that the measure of the reparation should

I t may,

depend upon the amount of the damage which the Organization

has suffered as the result of the wrongful act or omission of the

defendant State and should be calculated in accordance with the

rules of international law. Amongst other things, this damage

would include the reimbursement of any reasonable compensation

which the Organization had to pay to its agent or to persons entitled

him. Again, the death or disablement of one of its agents

through

engaged upon a distant mission might involve very considerable

him. These are mere illustrations, and

expenditure in replacing

the Court cannot pretend to forecast al1 the kinds of damage which

the Organization itself might sustain.

1

Question (b) is as follows :

...." has the United Nations, as an Organization,

,the capacity to

respect of the damage caiised

bring an international claim .... in

.... to the victim or to persons entitled through him ? "

(b)

I n dealing with the question of law which arises out of Question

1 (b), it is unnecessary to repeat the consideïations which led to an

1 It can now be

affirmative answer being given to Question (a).

assumed that the Organization has the capacity to bring a claim on

conclude a special agreement

the international plane, to negotiate, to

and t o prosecute a claim before an international tribunal. The only

legal question which remains to be considered is whether, in the

bringing an international claim of this kind, the Organiza-

course of

tion can recover "the reparation due in respect of the damage caused

.... ....

".

to the victim

The traditional rule that diplomatic protection is exercised by

the national State does not involve the giving of a negative answer

1

to Question (b).

In the first place, this rule applies to claims brought by a State.

new case of claim that would

But here we have the different and a

be brought by the Orgaiiization.

In the second place, even in inter-State relations, there are impor-

tant exceptions to the rule, for there are cases in which protection

may be exercised by a State on behalf of perçons not having its

nationalit y. The first is that

In the third place, the rule rests on two bases.

the defendant State has broken an obligation towards the national

State in respect of its nationals. The second is that only the pnrty

laquelle une obligation internationale existe peut présenter une

r6clamation raison de la violation de celle-ci. Tel sera précisément

à l'organisation internationale présente une réclama-

le cas si, lorsque

tion pour dommages subis par son agent, elle le fait en invoquant

une obligation existant envers elle. Ainsi, la

un manquement à

règle de la nationalité de la réclamation ne fournit aucune objection

la reconnaissance l'organisation du droit de présenter une

à à Au

1

réclamation pour les dommages visés par la question b).

à à

contraire, le principe qui est la base de cette règle conduit

lui reconnaître cette qualité si l'Organisation invoque comme

motif de sa réclamation un manquement une obligation existant

à

envers elle.

Il'autre part, l'analogie tirée de la règle traditionnelle relative

la protection diplomatique des ressortissants l'étranger ne peut,

à à

Il n'est pas possible,

par elle-même, justifier une réponse affirmative.

par un recours exagéré l'idée d'allégeance, d'assimiler au lien de

à

nationalité qui existe entre l'État et son ressortissant le lien juridique

qui, selon l'article de la Charte, existe entre l'organisation,

IOO

d'une part, et le Secrétaire général et le personnel du Secrétariat,

d'autre part.

1-a Cour se trouve ici présence d'une situation nouvelle. On ne

en

la question qui nait de cette situation qu'en déter-

peut répondre à les dispositions de la

minant de quelle manière elle est réglée par

la lumière des principes du droit international.

Charte interprétées à

La question est comprise dans les limites déjà établies. c'est-à-dire

qu'elle présiippose que le dommage raison duquel est demandée

à à à

rPparation nait du manquement une obligation destinée

la

aider un agent de l'organisation dans l'exercice de ses fonctions.

Il ne s'agit pas d'un cas dans lequel l'acte ou l'omission illicite

constitueraient seulement une violation d_es obligations générales

à à

incombant 1'Etat l'égard de la condition des étrangers les

;

à

ce titre ressortiraient la compétence

réclamations présentées à celle de l'Organisation.

de l'État national et non en règle générale à

I,a Charte ne confère pas expressément l'Organisation qualité

à

pour comprendre, dans sa demande de réparation, les dommages

à la victime ou ses ayants droit. La Cour doit donc

causés à

commencer par rechercher si les dispositions de la Charte afférentes

l'Organisation et la part prise par les agents de

aux fonctions de à

à

celle-ci l'exercice desdites fonctions impliquent, pour l'Organisa-

tion, le pouvoir d'assurer ses agents la protection limitée qui

à

présenter une demande leur profit, afin d'obtenir

consisterait à à

réparation des dommages subis en de telles circonstances. Selon le

droit international, l'organisation doit être considérée comme

possédant ces pouvoirs qui, s'ils ne sont pas expressément Pnoncés

dans la Charte, sont, par une conséquence nécessaire, conferés

à

à l'Organisation en tant qu'essentiels l'exercice des fonctions de

à

celle-ci. Ce principe de droit a été appliqué I'Orgailisation inter-

nationale du Travail par la Cour permanente de Justice internationale

to whom an international obligation is due can bring a claim in

what happens when the

respect of its breach. This is precisely

Organization, in bringing a claim for damage suffered by its agent,

does so by i~lvoking

the breach of an obligation towards itself.

Thus, the rule of the nationality of claims affords no reason against

recognizing that the Organization has the right to bring a claim for

the damage referred to in Question 1 On the contrary, the

(b).

principle underlying this rule leads to the recognition of this capacity

when the Organization invokes, a s

as belonging to the Organization,

the ground of its claim, a breach of an obligation towards itself.

Nor does the analogy of the traditional riile of diplomatic protec-

justify in itself an affirmative reply. I t

tion of nationals abroad

is not possible, by a strained use of the concept of allegiance,

to assimilate the legal bond nrhich exists, under -Article of

IOO

the Charter, between the Organization on the one hand, and the

Secretary-General and the staff on the other, to the bond of

~lationals.

nationality existing between a State and its The questions

The Court is here faced with a new situation.

bp

gives rise can only be solved realizing that the situa-

to which it

tion is donlinated by the provisions of the Charter considered in

the light of the principles of international law.

The question lies within the limits already established; that is

to Say it presupposes that the injury for which the reparation is

demanded arises from a brearh of an obligation designed to help an

agent of the Organization in the performance of his duties. l t is

not a case in which the wrongful act or omission would merely

constitute a breach of the general obligations of a State concerning

be

the position of aliens; claims made under this head \vould within

the cornpetence of the national State and not, as a gcneral rule,

within that of the Organiz a t ion.

'

The Charter does not expressly confer upon the Organization

in its claim for reparation, damage caiised

the capacity to include,

to the victim or to perçons entitled through him. 'I'he Court must

therefore begin by enqiiiring whether the provisions of the Charter

concerning the functions of the Organization, and the part played

those functions, imply for

by its agents in the performance of

the Organization power to afford its agents the limited protection

bringing of a claim on their behalf for

that would consist in the

reparation for damage suffered in such circumstances. Under

international law, the Organization must be deemed to have those

powers which, though not expressly provided in the Charter, are

iipon it by necessary implication. as being essential to

conferred was applied

the performance of its duties. This principle of law

by the Permanent Court of International Justice to the International

-4dvisory Opinion No. 13 of July 23rd,

Labour Organization in its 12

B,

13, 1926 13,

dans son Avis consultatif no du 23 juillet (Série no

18),

p. et il doit l'être aux Nations Unies.

à ses buts et fonctions précédemment indiqués, llOrgaiii-

Eu égard

sation peut constater la nécessité -et a en fait constaté la nécessitC

à

de confier ses agents des missions importantes qui doivent être

-

effectuées dans des régions troublées du monde. De telles missions,

à des dangers excep-

par leur nature, exposent souvent les agents

tionnels auxquels les personries ne sont pas exposées d'ordinaire.

Pour cette même raison, les dommages subis par ces agents dans

ces conditions se produiront parfois de telle manière que leur Etat

à

fond6 introduire une demande en réparation

national ne serait pas

sur la base de la protection diplomatique ou, tout au moins, ne

à

serait pas disposé le faire. Tant afin d'assurer l'exercice efficace

à ses agents

et indépendant de ses fonctions que pour procurer

un appui effectif, l'organisation doit leur fournir une protection

appropriée.

On s'est déjà rendu compte de ce besoin de protection des agents

de l'organisation, en tant que condition dont dépend l'exercice des

fonctions de celle-ci il ressort du préambule de la Résolution du

;

1948 p. 175)

(supra,

décembre que telle était l'opinion unanime

3

de l'Assemblée générale.

A cet effet, les Membres de l'Organisation ont contracté certains

engagements, dont les uns figurent dans la Charte et d'autres dans

des accords complémentaires. Il n'est pas besoin.de décrire ici le

contenu de ces accords, mais la Cour doit insister sur l'importance

à l'Organisation pleine assistance accepté

du devoir de donner »,

((

par ses Membres dans l'article paragraphe de la Charte. Il

j,

2,

faut se souvenir que le fonctionnement efficace de l'organisation,

l'indépendance et l'efficacité de

l'accomplissement de ses devoirs,

l'œuvre de ses agents exigent le strict respect de ces engagements.

A cette fin, il est nécessaire que, lorsqu'un manquement se produit,

à

l'organisation soit en mesure d'inviter l'État responsable remédier

à ce manquement et, notamment, d'obtenir de cet Etat réparation

manquement peut avoir caus6s l'agent de

des dommages que ce à

l'organisation.

l'agent puisse s'acquitter de ses devoirs de fa<;on satis-

Pour que

faisante, il faut qu'il sente que cette protection lui est assurée par

garantir l'indé-

l'organisation et qu'il peut compter sur elle. Afin de

pendance de l'agent et, en conséquence, l'action indépendante de

llOrganisatioii elle-même, il est essentiel que l'agent, dans l'exercice

de ses fonctions, n'ait pas besoin de coilipter sur une autre protection

dc l'Organisation (sauf, bien entendu, la protection plus

que celle 1'Etat sur le territoire duquel il

directe et plus immédiate due par à

peut se trouver). En particuliey, il ne doit pas avoir s'en remettre

à la protection de son propre Etat. Si tel était le cas, son indépcii-

dance pourrdit, contrdirement au principe qu'applique l'article IOO

de 1:i Chartch, se trouver compromise. Enfin, il cst essentiel que

B.,

1926 (Series No. p. and must be applied to the United

18),

13,

Nations.

Having regard to its purposes and functioris already referred

to, the Organization may find it necessary, and has in fact found

it necessary, to entrust its agents with important missions t o

in disturbed parts of the world. Many missions,

be performed involve the agents in unusual dangers

from their very nature, same reason,

to which ordinary persons are not exposed. For the

these circumstances will

the injuries suffered by its agents in

sometimes have occurred in such a manner that their national

justified in bringing a claim for reparation

State would not be

on the ground of diplomatic protection, or, at any rate, would

ensure the efficient and

not feel disposed to do so. Both to

these missions and t o afford effective

independent performance of

support t o its agents, the Organization must provide them with

adequate protection.

This need of protection for the agents of the Organization,

as a condition of the performance of its functions, has already

been realized, and the Preamble to the Resolution of December 3rd,

1948 p. 175), shows that this was the unanimous view of

(supra,

the General Assembly.

purpose, the Members of the Organization have entered

For this

into certain undertakings, some of which are in the Charter and

these

others in complementary agreements. The content of

undertakings need not be described here but the Court must

;

stress the importance of the duty to render to the Organization

Rlembers in Article

"every assistance" which is accepted by the 2,

5,

paragraph of the Charter. It must be noted that the effective

working of the Organization-the accomplishment of its task,

and the independence and effectiveness of the work of its agents-

require that these undertakings should be strictly observed.

purpose, it is necessary that, when a n infringement

For that cal1 upon the responsible

occurs, the Organization should be able to

State to remedy its default, and, in particular, to obtain from

the State reparation for the damage that the default may have

caused to its agent.

I n order that the agent may perform his duties satisfactorily,

he must feel that this protection is assured to him by the Organi-

zation, and that he may count on it. ensure the independence

To

of the agent, and, consequently, the independent action of the

is essential that in performing his duties

Organization itself, it on any other protection than that of

he need not have to rely

the Orginization (save of course for the more direct and immediate

in whose territory he may be).

protection due from the State

In particular, lie should not have to rely on the protection of his

own State. If he had to rcly on thnt State, his independence

might w-eil be compi-omised, contrary to the principle applied

~ o of

o the Charter. And lastly, it is essential that-

by Article

- à

l'agent qu'il appartienne un État puissant ou faible, un État

à

moins touché par les complications de la vie internationale,

plus ou

à un Etat en sympathie ou non avec sa mission sache que, dans

-

l'exercice de ses fonctions, il est placé sous la protection de l'organi-

satioii. (Cette assurance est encore plus nécessaire si l'agent est un

apatride.)

A à

coiisidérer lc caractère des fonctions confiées l'organisation

et la nature des. inissions de ses agents, il devient évident que la

qualité de l'organisation pour exercer, dans une certaine mesure,

iine protection foiictionnelle de ses agents, est nécessairement impli-

quée par la Charte.

Les obligations contractées par les États, afin de permettre aux

agents de l'organisation de s'acquitter de leurs devoirs, sont sous-

crites non dans l'intérêt des agents mais dans celui de l'organisation.

à à

réparation raison d'un manquement ces

Quand celle-ci demande

obligations, elle invoque son propre droit, le droit de voir respecter

les obligations assumées enyers elle. Sur cette base, l'organisation

répciration du préjudice subi, car c'est un principe du

demande ((

violation d'un engagement entraîne l'obli-

droit international que la

gation de réparer dans une forme adéquate ainsi que l'a dit la

», 8,

no du

Cour permanente de Justice internationale dans son Arrêt

9,

A,

26 juillet 1927 (Série no p. 21). En demandant une réparation

fondée sur le préjudice subi par son agent, l'organisation ne repré-

elle affirme son propre droit, le droit de garantir

sente pas cet agent ;

le respect des engagements contractés envers l'organisation.

E u égard aux considérations qui précèdent et au .droit incon-

testable de l'organisation d'exiger que ses Membres remplissent les

obligations contractées par eux dans l'intérêt du bon fonctionnement

à ces

de l'organisation, la Cour estime qu'en cas de manquement

demaricler une réparation

obligations, l'Organisation a qualité pour

appropriée et que, dans l'évaluation du montant de cette réparation,

le droit de faire figurer le dommage subi par la

l'organisation a

victime ou par ses ayants droit.

Il reste savoir si lJOrgaiiisation qualité pour préseilter contre

à a «

facto

de jure de

ou responsable une réclamation

le gouvernement

internationale en vue d'obtenir la réparation des dommages causés

à à

~ r ) ~ a u

Nations

x Unies, la victime oii ses ayants droit quand

b) »

1'Etat défendeur n'est pas membre de lJOrganis, t'

ion.

CI 1

1'011 examine cet aspect de la question a) et on

Lorsque b),

à à

doit avoir présents l'esprit les motifs qui ont conduit la Covr

à

donner cette question une réponse affirmative quand 1'Etat

défendeur est un Membre de l'Organisation. Il a été établi que

l'organisation qualité pour présenter des réclaniations sur le

a

14

whether the agent belongs to a powerful or to a weak State; to

one more affected or less affected, by the complications of inter-

national life; to one in syrnpathy or#not in sympathy with the

mission of the agent-he should know that in the performance

is under the protection of the Organization. This

of his duties he

assurance is even more necessary when the agent is stateless.

Upon examination of the character of the functions entrusted

to the Organization and of the nature of the missions of its agents,

it becomes clear that the capacity of the Organization to exercise

a measure of functional protection of its agents arises by necessary

intendment out of the Charter.

The obligations entered into by States to enable the agents of

duties are undertaken not in

the Organization to perform their Il'hen

t h e interest of the agents, but in that of the Organization.

it clairns redress for a breach of these obligations, the Organization

its own right, the right that trie obligations due to it

is invoking

should be respected. On this ground, it asks for reparation of

the injury suffered, for "it is a principle of international laïv that

the breach of an engagement involves an obligation to make

reparation in an adequate form"; as was stated bv the Permanent

g,

1927

its Judgment No. of July 26th, (Series No.

Court in 8 A.,

In claiming reparation based oii the injury suffered by

p. 21).

its agent, the Organization does not represent the agent, but is

asserting its own right, the right to secure respect for undertakings

entered into towards the Organization.

Having regard to the foregoing considerations, and to the un-

deniable right of the Organization to demand tliat its Members

shall fulfil the obligations entered into by them in the interest of

the good working of the Organization, the Court is of the opinion

these obligations, the Organization

that, in the case of a breach of

has the capacity to claim ad.equate reparation, and that in assessing

this reparation it is authorized to include the darnage suffered by

victini or by persons entitled through him.

the

The question remains whether the Organization has "the capacity

or

to bring an international claim against the responsible jure

de

government with a view to obtaining the reparation due

de facto

in respect of the damage caused (a) to the United Nations, ( b )

to the victim or to persons entitled through him" when the defen-

dant State is not a member of the Organization.

1

I n considering this aspect of Question and it is neces-

( b ) ,

(a)

sary t o keep in mind the reasons which liave led the Court to

give an affirmative answer to it when the defendant State is a

established that

Member of the Organization. I t has now been

the Organization has capacity to bring ciaims on the international

plan international et qu'elle possède un droit de protection fonction-

à

nelle l'égard de ses agents. Ici encore la Cour est autorisée

à

sypposer que le dommage subi engage la responsabilité d'un

à exprimer une opinion sur les

Etat, et elle n'est pas appelée

différentes manières dont pareille responsabilité pourrait être

engagée. Par conséquent, la question qui se pose est celle de

pl'Organisation a qualité pour présenter une réclamation

savoir si

contre 1'Etat défendeur afin d'obtenir réparation raison de ce

à

dommage, ou si, au contraire, cet Etat, s'il n'est pas membre de

à objecter que la qualité pour présenter

l'Organisation, est fondé A

à l'organisation. cet

une réclamation internationale fait défaut

égard, la Cour est d'avis que cinquante États, représentant une

très large majorité des membres de la communauté internationale,

avaient le pouvoir, conformément au droit international, de créer

-

une entité possédant une personnalité internationale objective

et non pas simplement une personnalité reconnue par eux seuls -

ainsi que la qualité de présenter des réclamations internationales.

y

En conséquence, la Cour arrive la conclusion qu'il a Jieu

à 1

à

de répondre affirmativement la question et que 1'Etat

b ) ,

a)

défendeur soit ou nGn Membre des Nations Unies.

II

La question est ainsi conçue :

« E n cas de réponse affirmative sur le point comment

1 b),

l'Organis?tion des Nations Unies doit-elle se concilier

l'action de 1'Etat dont la victime est poürrait

avec les droits que essort tissant

posséder ? )) 1

La réponse affirmative, donnée par la Cour la question

à b ) ,

à

l'oblige examiner maintenant la question II. Lorsque la victime

possède une nationalité, il peut évidemment se présenter des cas

dans lesquels l'acte dommageable qui l'a atteinte peut intéresser

tant son État national que l'organisation. Lorsque cela se produit,

à 1'Etat et le droit

le droit de protection diplomatique appartenant

à l'organisation peuvent

de protection fonctionnelle appartenant

c'est là le seul cas que la Cour soit invitée

se trouver en concurrence ;

traiter.

à En pareil cas, il n'existe pas de règle de droit qui attribue une

à

priorité l'un ou l'autre, ou qui oblige soit 1'Etat soit l'Organisation

à

à s'abstenir de présenter une réclamation internationale. La Cour


PAGINE

37

PESO

1.80 MB

AUTORE

Atreyu

PUBBLICATO

+1 anno fa


DESCRIZIONE DISPENSA

Questa dispensa si riferisce alle lezioni di Diritto Internazionale della Prof. ssa Antonietta Di Blase, tenute nell'anno accademico 2011.
Il documento riporta il testo del parere consultivo reso dalla Corte Internazionale di Giustizia l'11 aprile del 1949 riguardo la riparazione dei per i danni subiti a causa del servizio prestato alle Nazioni Unite.


DETTAGLI
Corso di laurea: Corso di laurea magistrale in giurisprudenza
SSD:
A.A.: 2011-2012

I contenuti di questa pagina costituiscono rielaborazioni personali del Publisher Atreyu di informazioni apprese con la frequenza delle lezioni di Diritto Internazionale e studio autonomo di eventuali libri di riferimento in preparazione dell'esame finale o della tesi. Non devono intendersi come materiale ufficiale dell'università Roma Tre - Uniroma3 o del prof Di Blase Antonietta.

Acquista con carta o conto PayPal

Scarica il file tutte le volte che vuoi

Paga con un conto PayPal per usufruire della garanzia Soddisfatto o rimborsato

Recensioni
Ti è piaciuto questo appunto? Valutalo!

Altri appunti di Diritto internazionale

Parere indipendenza Kosovo
Dispensa
Tesi- La protezione dei testimoni davanti ai tribunali penali internazionali
Tesi
Diritto internazionale, Conforti - Appunti
Appunto
Affaire Scordino (2006)
Dispensa