Ominide 1603 punti

Littérature du XVIII siècle et l'esprit philosophique

Après la mort de Louis XIV, qui avait étouffé la vie politique et souvent même la spontanéité des écrivains, le principe de la souveraineté de la raison (le cartésianisme) donne naissance à un souffle de liberté, à un esprit de réforme.
Dans les esprits, une crise profonde se fait jour qui prépare un esprit nouveau: l’esprit philosophique.
D’une manière générale, on désigne sous le nom de philosophe tout homme qui réfléchit sur les grands problèmes métaphysiques (origine, nature et destinée du monde ou des êtres vivants) et qui cherche à les résoudre en un système universel.
Cependant au XVIII siècle, le terme a pris un valeur particulière.

Les écrivains se parent du nom de philosophes parce qu’ils ne se laissent guider que par la raison, mais ils condamnent la métaphysique et pensent qu’il est vain de méditer sur l’inconnaissable; tous, en revanche s’intéressent aux questions d’ordre politique, moral, religieux et surtout social.
Leur but est d’atteindre le bonheur humain à l’aide de la raison et de la science.
Ils ne s’appliquent donc plus à étudier l’homme, mais la société.
Ils cherchent le moyen d’améliorer la vie de l’homme, de perfectionner le gouvernement; ils combattent toutes sortes d’abus et d’injustices sociales.
La littérature tout en gardant encore pour quelque temps la tradition classique, perd le caractère psychologique et poétique qu’elle avait au XVII siècle et devient rationaliste et sociale.
La prose étant la forme la plus convenable de al raison et de la discussion, les écrivains ont presque complètement délaissée la poésie.

Registrati via email