Le XVIIIe siècle est avant tout pour le lecteur moderne celui de l'Encyclopédie, de la Raison contestataire et libératrice, prélude aux bouleversements de 1789. C'est le siècle des Lumières, de la critique religieuse et politique, où l'on commence à parler de bonheur sur terre. Jean-Jacques Rousseau est, condiderè le revolutionnaire le plus revolutionnaire, sourtout grace a sa nouvelle conception de l'homme et de la nature.
en 1750 l'academie de dijon lance un concurs sur le theme "si le retablissemnt des sceinces et des arts a contribuè a corropre où a epurer les moeurs". ROusseau, gagne le premier prix avec son discours sur les arts et les sciences. Le Discours se compose de deux parties : dans la première, il convoque des exemples tirés de l'histoire de Sparte, d'Athènes et de Rome, puis de celle des états modernes. Il constate ainsi que l'homme nait naturellement bon et heureux, c'est le progrès qui aboutit à la corruption des mœurs d'une société. Dans la seconde partie, Rousseau apporte une explication théorique des faits précédemment constatés.

Successivemnt Rousseau répond encore à une question posée par l'Académie de Dijon : "Quelle est l'origine de l'inégalité parmi les hommes ; et si elle est autorisée par la loi naturelle." Selon lui, l'inégalité parmi les hommes naît essentiellement de la propriété, qui elle-même découle de l'évolution de l'homme et de son éloignement de l'état de nature. Cet état, évoqué dans la première partie du discours, doit être considéré comme ce qu'il est : une utopie, un état idéal dans lequel la nature humaine peut se développer dans toute sa perfection. L'homme originel est simple et robuste, indépendant et heureux, et l'exercice de sa force est tempéré par la pitié. Poussés par le sentiment de perfectibilité, les hommes s'associent et s'organisent et forment la société civile, dont l'acte de naissance est la première affirmation de la propriété : "ceci est à moi". C'est alors que se créent les inégalités, qui ne feront que se renforcer avec le temps et les traditions.

Julie ou la nouvelle Heloise

La forme épistolaire permet une multiplication des points de vue, propres à créer une composition symphonique.L'héroïne, Julie d'Etanges, aime Saint-Preux, son précepteur. Cet amour est pur et vertueux, innocent selon la nature. Mais a cause de son haute niveau sociale Julie doit épouser Monsieur de Wolmar, et malgré sa volonté de résister à ses sentiments, elle finit par succomber. Comme nous savons, la société produit le mensonge et tolère l'adultère. Julie refuse ce mensonge social et se confie à son mari, qui la soutient et lui renouvelle sa confiance en rappelant Saint-Preux. Le combat de Julie et de Saint-Preux ne se déroule pas sans souffrances ni sans difficultés. La mort héroïque de Julie est certes consécutive au sauvetage d'un de ses enfants de la noyade. Mais elle paraît sur son lit de mort comme une martyre, une figure christique du sacrifice à la vertu

Du contrat social

Le Contrat Social de Rousseau est une analyse de la relation contractuelle pour tout gouvernement légitime, de telle sorte que soient articulés les principes de justice et d’utilité, afin de concilier l’aspiration au bonheur avec la soumission à l’intérêt général. Il s’agit de l’ouvrage majeur de Jean-Jacques Rousseau, au coeur de sa philosophie.Rousseau exprime son idéal républicain en quatre parties :
nul n a le droit d'aliener la librertè morale et civique d'un homme au profit d'un autre
le peuple tout-puissant sauvegarde,le bien-être général contre les groupements d’intérêts
la démocratie doit maintenir sa pureté par des assemblées législatives
création d’une religion d’Etat, ou religion civile.
Selon Rousseau, la justice ne peut pas se définir comme «le droit du plus fort». Si la justice était ainsi, les individus les plus puissants seront toujours les plus justes. La justice chez Rousseau consiste en l’harmonie des actes individuels avec l’autorité civile.
Afin de se protéger et de protéger leurs biens, les personnes s’accordent sur une relation contractuelle par laquelle les individus s’engagent à accepter diverses fonctions et obligations en échange des avantages offerts par la coopération sociale.
La souveraineté est la volonté générale. Ce souverain s’incarne dans le corps politique. La souveraineté, selon Rousseau, est inaliénable et indivisible, en ce sens une république qui divise sa souveraineté n’est plus une république et ne peut plus représenter l’intérêt public. Afin de lutter contre des groupes d’individus , Rousseau a imaginé de créer une institution uniquement orientée vers le bien commun notamment fondeè sur un pact social: c’est le Législateur. Le contrat social implique un abandon total et inconditionnel par chaque individu de ses propres droits naturels afin d’obtenir les droits associés à la citoyenneté
Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email