Ominide 13147 punti

Jean-François Marmontel était un romancier, poète et dramaturge français collaborateur de Diderot et d'Alembert.
Il est né dans une famille modeste, en 1723: avoir appris à lire et à écrire à partir d'une ville religieuse, il est allé étudier avec les jésuites de Mauriac, en Auvergne. Il a été mis au travail par son père à un riche marchand de Clermont, mais a choisi de suivre un cours privé de la philosophie qui est payé comme un tuteur pour les enfants. Ordonné prêtre à Limoges, Toulouse est allé avec l'idée de devenir jésuite, mais orphelin gauche, il a dû prendre soin de la famille, de sorte que, en 1741, il a réussi à entrer, même si il était dix-huit ans, dans le séminaire de Toulouse Bernardini professeur de philosophie, un poste qu'il a occupé, cependant, avec un succès considérable, en envoyant une bonne partie de son salaire à sa mère. Un amateur de poésie, envoyé en 1743, l'Académie des Jeux Floraux, une ode à l'invention de la poudre, qui n'a pas été publié, de manière à se plaindre dans une lettre à Voltaire, ayant répondu, et à partir ainsi avec l'illustre amitié intellectuelle qui durera toute une vie. Il sera, cependant, arrivé quelques années plus tard que l'Académie lui a donné trois prix en 1745 laissant l'habit ecclésiastique, a accepté l'invitation de venir à Paris Voltaire.; pendant le voyage a pris le temps de recevoir un prix de l'Académie de Montauban, et de traduire les remous enlevé et Alexander Pope, à Paris, en 1746 a obtenu le prix de poésie de l'Académie française pour La gloire de Louis XIV perpétuée Dans Le roi h successeur, et en 1747 pour La clémence de Louis XIV intérêt juin des vertus de fils août successeur. Obtient comme professeur et continue d'écrire, d'expérimenter avec cette fois la preuve de impagnativa de la tragédie 5 Février, 1748 est représenté Denys le Tyran, dédié à Voltaire, apparaît comme maintenant modeste, a eu un grand succès, avec le public ouvertement félicité l'auteur. Dans les deux années qui ont suivi, toujours représenté un qu'Aristomène succès, tandis que la Cléopâtre, une tragédie emphatique, a été froidement reçu, à l'exclusion du hilarité provoquée, la première, par un spectateur qui, à la vue de l'aspic salive mécanique mordre la Reine a crié dans la salle: «Je suis d'accord avec l'asp." En 1752, il a représenté le Héraclide, pris d'Euripide, ainsi défini dans le caractère naturel et les sentiments, avec des lignes simples de noblesse, n'était pas un succès, de dire Marmontel, en raison de l'action du protagoniste Déjanire, qui était évident dans l'ivresse, et égale sort avaient, en 1753, la Egyptus, qui Marmontel n'a même pas imprimer tout, au contraire, il a publié une tragédie encore, Numitor, tiré de la fable de La Fontaine le fleuve Scamandre, sans jamais qu'il soit. En 1751, il avait écrit à l'occasion de la naissance du duc de Bourgogne, le frère aîné du futur Louis XVI, le texte dellAcanthe et Céphise, une fable pastorale avec la musique de Rameau. Continuer à fournir les grands textes et Rameau Grétry, avec un succès considérable, de concevoir l'adaptation des textes classiques du théâtre français pour la mise en musique dans le style de chant italien. Il est significatif que les Lumières françaises n'a pas apprécié la musicalité moderne et novateur allemand, attentif à la relation entre le texte et la musique, qui Gluck avait son prophète en France - apprécié par les traditionalistes régime dellancient - préférant le lyrisme traditionnel italien, qui a donné au texte peu d'importance; avec le Piccini italien, dont il défendra contre gluckistes avec satire Polymnie, Marmontel sera toujours maintenir une relation fructueuse. Le célèbre Pompadour, le patron de Marmontel, interprété par de la Tour en 1755 après avoir des relations dangereuses avec deux favoris de la puissante maréchal de France de Saxe, Marmontel accepté l'hospitalité du financier Lapopelinière à Passy, où calmement mis la main à la poésie célébration de Louis XV, l'Etablissement de l'école militaire, qui lui a valu la protection de la favorite, madame de Pompadour, qui lui valut en 1753 le travail lucrative et peu exigeant en tant que secrétaire du directeur de Marigny, son frère, Bâtiments du Roi à Versailles. C'est là et les nombreux jours libres sont consacrés à la littérature, en particulier dans le but de fournir des articles de l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert ses amis. De 1755, avec l'Alcibiade, ous le Moi, il a commencé à écrire le Mercure de France, dirigé par Louis de Brossy, un magazine populaire dont il reçoit une pension, le premier de ses Contes moraux, ils obtiennent un grand succès: la Soliman suivante II, Le scrupule, et ainsi de suite, sur une base mensuelle, d'autres, imprimé en volume depuis 1761, traduit et imité dans toute l'Europe. Il ya des histoires dans lesquelles l'exaltation de bonnes mœurs sont un prétexte pour montrer, avec un oeil vers engageant le lecteur, l'élégante légèreté de son écriture. Avec la mort de de Boissy, Marmontel en 1758, il a démissionné de les Bâtiments de prendre le Directeur du Mercure de France, et propose de Versailles à Paris, dans une maison affittatagli Madame Geoffrin, mais une satire selon dans le salon littéraire de cette dame contre le duc d'Aumont, qui se plaint au roi, il en coûte onze jours de la Bastille et du directeur du Mercure avec les privilèges liés. L'Académie française lui a décerné en 1760 pour la poésie dell'Epître aux poètes sur Les Charmes de l'Etude, l'exaltation fervente de Lucan combinée avec la critique de Virgile et la défense de Tasso contre les critiques de Boileau. La haute opinion qu'il a de Lucan, cependant, le conduit à une traduction douteuse de la Pharsale, dans dont le débat préface, selon la mode du temps, les causes du déclin de Rome, en identifiant l'origine de la superbe avidité de la noblesse à laquelle s en vain »opposé à la protestation généreuse des Gracques. En 1763, l'English Poétique publique, dédiée à Louis XV, comme une exhortation à la nomination à l'Académie française, qui, en fait, obtient le 22 Décembre. En 1767, un travail sur lequel Marmontel grands espoirs, le roman historique Bélisaire, où, dans la première partie, utilise ses ressources à la performance spectaculaire de décrire la vie de son protagoniste, et en second lieu considération de nature politique, à aller, dans un chapitre dans un éloge ouverte de la tolérance religieuse. Maintenant le public Sorbonne le 26 Juin, une longue critique du livre, auquel est Ajouté 31 Janvier, 1768, le censure de l'archevêque de Paris, Christophe de Beaumont, aucune nouvelle des initiatives de censure contre les «nouveaux philosophes» - quelques années auparavant, il avait attaqué publiquement Rousseau; avant, cependant, le silence gardé par le tribunal et le Parlement, le livre peut se déplacer librement et d'être apprécié à l'étranger, même dans les tribunaux absolutistes de l'Autriche, la Prusse et la Russie: Catherine II la même voulait qu'il soit traduit en russe contesté la quinzième chapitre du roman. Nommé historien officiel de la France en 1771, en 1777 il a publié Les Incas, dédié au roi Gustave III de Suède, un travail qui est, par son propre choix, une sorte de roman poétique, pas un travail historique, où le plus grand intérêt se retrouve dans son accent sur l'ingéniosité des indigènes et la perfidie espagnol, ce qui entraîne une nouvelle intolérance plainte, à la fois politique et religieuse. Cette année, il a épousé une nièce de l'abbé Morellet. En 1783, avec la mort de d'Alembert, a obtenu le poste de secrétaire permanent de l'Académie en 1785 l'historien Bâtiments et professeur d'histoire à l'école, créée en 1786. Marmontel En 1787, il a publié sous le titre d'éléments de littérature ses articles déjà publiés nell'Encyclopédie, avec l'ajout d'autres. Ainsi atteint l'apogée du succès, tant en termes de prix littéraires que le bien-être économique.

Mais la crise politique et économique précipité en France: Marmontel est parmi les candidats à la convocation des États généraux, mais n'est pas élu. Il craint que les développements de la Révolution, de manière à échapper à une réalité qui ne comprend ni n'accepte, écrire de nouveau aux vieux thèmes tel succès qu'ils lui avaient assuré trente ans auparavant. De 1789 à 1792, le public sur Mercure Nouveaux Contes Moraux, qui maintiennent la grâce de ce qui précède. En 1792, les académies sont supprimées: la pression des événements et la plus forte radicalisation militaire de la lutte politique et sociale lui a conseillé de quitter Paris à Evreux, puis à la maison de campagne de Habloville; ici se compose d'un cours élémentaire en langue française - les Leçons pour un père à SES Enfants sur la langue française - et pour un Père Mémoires pour servir à l'instruction à de session Enfants, qui sera publié à titre posthume. Après le tour de l'annuaire modérée, en Avril 1797 candidat au Conseil des Anciens. Il préserve son discours sur la restitution des bibliothèques confisquées et l'autre sur la liberté de culte. Avec le coup de 18 fructidor - 4 Septembre, 1797 - contre réaliste et modérée, en dépit de sa modeste carrière politique se termine brusquement, et d'éviter la déportation grâce à un âge avancé, Marmontel de retour dans son pays d'origine, où 31 Décembre, 1799 , est décédé d'une crise cardiaque. Il a été enterré dans son jardin jusqu'à ce que, en 1866, ses restes ont été transférés au cimetière près du village de Saint-Aubin-sur-Gaillon.

Registrati via email