Ominide 110 punti

La vie

Victo Hugo naisse en 1802 à Besançon. Après son enfance passée avec son père dans des campagnes militaires, il se deplace à Paris, où il commence son activité litéraire. Il a une intense activité sociale et politique, qui se develope depuis les années '40 du siècle juqu'au 2 décembre 1851 avec le coup d'état: le Second Empire est institué et Hugo s'exile d'abord à Bruxelles, puis à Jersey, enfin à Gueruesey, une ile anglo-normande. L'exil favorise son activité et lui apporte une nouvelle richesse et une penchant pour le mysticisme, l'occultisme et le spiritisme. Aprés le chute de Napoleon III, Hugo rentre à Paris et il reprend la vie politique. Il meurt en 1885 et c'est ordonné funeraille nationale.

L'engagement

Durant toute sa vie, Hugo n'a pas seulement occupé des postes politiques et sociales (membre du Comitat des Arts et Monuments, président de la Societé des gens des lettres, élu à l'accademie française, pair de France, député à la Costituente et à l'Assemblée législetive), mais il a soutenu des idéals politique prograssists (il a partecipé à la revolution de '48) et il a partecipé à des combats pour les droits de l'homme, comme ceux contre le peine de mort, la misère, la censure et pour la liberté de la presse et d'opinion, la paix et le droit au travail. Il devient donc le symbole de la lutte de la République contre l'Empire et il la racconte aussi dans ses oeuvres, comme "l'année terribles", où il denonce la repression contre la Commune. Le combat de Hugo, le plus long et le plus constant, est celui contre la peine de mort: il cherche toute sa vie de faire comprendre à l'opinion publique son horreur, sa barbarie, son injustice et inefficacité, en utilisant sa notorieté, son eloquence et ses oeuvres. Il prononce plusieurs plaidoyers contre la peine de mort et il écrit "Le dernier jour d'un condamné" à propos des sentiments d'un homme apès la phrase du juge "condamné à mort".Il individue les vrais coupables dans la misère et l'ignorance et il range pour l'instruction obligatoire et gratuite et le droit au travail. Apès avoir experimenté la censure lui-meme avec sa pièce "Marion Delorme", il se batte aussi pour la libertè, entendue dans toutes ses formes (liberté des hommes, des nationes, de presse...) Ainsi, en se battant pour l'emancipation de certaines classes, il se rend cont de la positon inferieure des femmes et il recleme pour elles des droits civiques égaux à ces des hommes.
Tout ce la (liberté, droits, égalité), selon Hugo, serait pu etre possible seulement dans un Europe idéale, c'est à dire unifié en un système federal: les Etats Units d'Europe.

L'exil et la mission du poète

Pour Victor Hugo, l'exil, d'abord forcé, en suite volontaire, est veçu comme quelque chose de vraiment positife: "je t'aime, exil! Douleur, je t'aime" (Chatiments,II). En effet, loin de l'abbatre, il se révèle, outre que la defence de la République, source d'une richesse inattandue, une renaissance; il y trouve la paix et le repos, durant les quels il assume une nouvelle vision du poète: le poète n'exprime pas sa parole, mais la parole de la verité et la voix de l'invisible, l'inarticulé, les murmures, les ombres, l'infiniment petit et l'infiniment grand et l'énigme de l'homme.
"J'ai une mission. Je parlerai pour tuos les taciturnes désespérés. Je traduirai les bégaiements. Je traduirai les grondements, les hurlements, les murmures, la rumeur des foules, les plaintes mal prononcées, les voix intellegibles" (L'homme qui rit)

L'homme océan

La mer est un élément toujours present dans l'oeuvre littéraire de Hugo et le poète est celui qui peut naviguer son chaos comme un marin. Pendant son exil, Hugo, sur l'ile anglaise Guernesey, face-à-face avec l'océan, instaure un rapport: il considère la mer comme le veritable lieu à lui. La mer est la seule chose qui peut s'identifier avec les plusieurs facettes de l'ame du poète: éternellement agissante, murmurante, pleine de fureur, d'énérgie, de memoires, instabile, intranquille, mais au meme temps elle est la paix, la tranquillité. La mer est le lieu où n'existent pas aucunes differences, où les opposées et les extreme peuvent comuniquer et coexister. Avec sa signification ambivalente, c'est la vie, ce qui donne l'origine, énergie pure, mais c'est aussi la mort, la destruction, le retour, le chaos, tuos ce la symbolisé par ses fluxs et refluxs. La mer est le lieu du poète. La motivation, selon Hugo, est que l'ame et la pensée au dedans d'elle sont liquide et elles se comportent comme la mer meme: elles s'agitent, se soulevent, selon fluxs, secousses, tournements, hésitation, arrachements, ascention, efforts.

L'ecrivain

Victor Hugo a un projet: celui de réunir toutes ses oeuvres dans une uniques grande oeuvre, comme une Bible umaine: la Légende des siècles. Son ambition est celle d'écrire une oeuvre litteraire totale, qui comprend tous les genres, les sujets, les regisrtes linguistiques, comme la volonté d'accomplir à lui seul toute la littérature possible. Donc il a une production enorme: proses, poésies, poémes narratives, discours, actions dramatiques. Son oeuvre est un tentatif de raprésenter la réalité et c'est la poésie la plus efficace a y entrer: il y a quelque chose d'impalpable, insaisissable que on peut le saisir seulement avec les répétitions et le rytme de la poésie. Ce ci est le projet poétique de Hugo: donner coutour à l'insaissisable et forme au mouvant.

L'artiste

Comme on à l'écrivain, l'homme politique, dans la figure de Hugo, on trouve aussi l'artiste graphique. C'est surtout pendant ses voyages et l'exil qu'il developpe sa veine picturale, selon le gout du fantastique et des ténèbre. Ses dessins, laissés au hasard, à l'inconscient, réprésentent un universe a la mesure de son imagination: chateaux surnaturals, foretes angoissantes, mystérieux végétaux, l'effet rendu par la technique des aquarelles ou empreintes. Ce qu'il réprésente témoige une imagination liberée: chaos, desorde, les lois naturelles renversées, visions, mirages. C'est l'angoisse de la coscience que on peut rien saisir et se laisser au hasard c'est l'unique façon pour explorer l'incontrolable et l'invisible del la création.

Les voyages

Les voyages occupent dans la vie de Victor Hugo une place importante parce qu'ils ont contribué à un renouvellement de son inspiration graphique et littéraire. Pendant tous ses voyages il prend des notes, il dessine dans des carnets, d'abord comme des journaux intimes, puis, dés le voyage sur la Rhin, le seul à avoir donné lieu à un publication, pensés puor une possible publication comme roman épistulaire. Mais souvent dans ses notes observations et memoires se melangent, en faisant devenir impossible les distinguer, mais en ampliant les impressions. Cest pendant ces voyages, surtout pendant celui au Luxembourg, que Hugo rédige un premier plan pour son oeuvre littéraire.

Registrati via email