Ominide 13147 punti

Marie de Gournay (1565 - 1645) était un écrivain et philosophe français. C'est grâce au mouvement féministe de la fin du XXe siècle que cette femme remarquable, une féministe avant l'heure, "fille a gagné" par Michel de Montaigne, a été reconnu comme un écrivain, philologue, traducteur, poète et philosophe dans son intégralité.
Marie Le Jars est né à Paris 6 Octobre, 1565.
Son père, Guillaume Le Jars, a acheté une maison et les terres environnantes à Gournay-sur-Aronde, avant sa mort en 1578. Marie avait à l'époque 13 ans, et était l'aîné de six enfants.
Sa mère, Jeanne de Hacqueville, il décide de s'installer avec sa famille à Gournay en 1586. Un peu inquiet sur les capacités intellectuelles de sa fille, Marie instruits selon les «règles de bonne femelle reproductrice" de la noblesse. Marie, n'étant pas satisfait, il apprit le latin et grec comparant les textes originaux des traductions.

C'est autour de l'âge de 18 ans qui a découvert la première édition des Essais de Montaigne, concédant transport. A partir de ce moment, il y avait un autre rêve de rencontrer l'homme.
Cinq ans plus tard, en 1588, lors d'un voyage à Paris avec sa mère, il a envoyé une note à Montaigne esternava son ardent désir de le rencontrer. Ils se sont rencontrés le lendemain. Elle avait 23 ans et il 55. Pendant les mois suivants, Montaigne est resté quelques semaines au château de Gournay. Ils avaient peut-être une relation; il est censé commencer par quelques choses écrites sur lui par Montaigne: «Je l'aime plus que comme un père", "Le monde n'a pas d'importance pour moi, pas plus que vous», il parle de son amour »plus surabondante" le «si véhémente qu'elle m'aime et me veut depuis longtemps" et a ses dons intellectuels comme une promesse. Il a donné le titre fille d'alliance dans le chapitre XVII du Livre II des Sages. Marie n'avait plus la possibilité de le revoir après, mais entretenait une correspondance régulière avec lui. Sa mère est morte en 1591.
Marie s'installe à Paris, laissant le château à son frère Charles. Montaigne est mort en 1592. Sachez qu'elle n'avait que 15 mois plus tard. La famille a reçu une copie de la Montaigne des Essais de 1588, annotés, la suppliant de prendre en charge la publication. Marie a commencé à travailler à la fois, et il est sorti de la première édition posthume des Essais, avec une longue préface dans laquelle elle a défendu les idées de Montaigne. Il a vécu pendant quinze mois plus tard, Montaigne, Mme Montaigne et sa fille Leonor, sa sœur d'alliance.
Marie alla à la rencontre de graves difficultés financières; Son frère Charles a été forcé de vendre la propriété familiale, en particulier Gournay en 1608. Elle a vécu à Paris, traitant des questions politiques et sociales, et assister à Henri Louis Habert de Montmor. Juste Lipse, un célèbre savant, lui a présenté l'ensemble de l'Europe comme un lettré. Mais à cette époque il était très difficile pour une femme de faire valoir son droit à «penser». Il essaya donc de construire un réseau de clients, offrant sa plume à la reine Marguerite, Henri IV de France, Marie de Médicis, Louis XIII, la marquise de Guercheville, les ministres Villeroy et Jeannin, Richelieu Dans ... ainsi, il a été en mesure d'avoir la possibilité de publier ses œuvres. Richelieu lui a offert une petite pension royale.
Cependant, elle a été calomnié sans relâche, à la fois personnellement et pour son travail.
Il a vécu et pensé pour être une féministe.
En 1622, il a publié Egalite Entre Les Hommes et Femmes et en 1626 Les Grief des Dames, qui appelle à l'égalité entre les sexes.
Marie resta célibataire, garde sa propre à tous ses besoins.
Hostilité catholique aux protestants, mais près de libertins que Théophile de Viau, Gabriel Naudé, François de La Mothe Le Vayer - qui laissera sa bibliothèque, dont il avait hérité de Montaigne (qui avait à son tour hérité de La Boëtie) .
Également traduit Salluste, Ovide, Virgile, Tacite, écrit versets sur ses chats, et Léonore de Jeanne d'Arc, ainsi que sur l'éducation des princes.
A également fait un travail remarquable sur les Essais de Montaigne, de traduire les citations latines, en précisant les références, et la finalisation du texte, avec des notes dans la marge.
Il est mort à Paris 13 Juillet, 1645 à 79 ans, et a été enterré dans l'église de Saint-Eustache.

Registrati via email