Ominide 13147 punti

Maurice Blanchot était un écrivain, critique littéraire et philosophe français.
Né à Quain (Saône-et-Loire) dans une maison de ferme héritée de famille catholique de sa mère, avait deux frères et une soeur et son père était un professeur.
Après avoir été diplômé de la très jeune dans le duodénum l'opération inutile retard inscription à l'université, il a étudié la philosophie à l'Université de Strasbourg, où il a rencontré Emmanuel Levinas, qui l'initie à la pensée de Heidegger et la phénoménologie Husserl. Pendant ce temps, le droit de Marcel Proust et Paul Valéry.
Il a également étudié la médecine, mais est attiré par le journalisme et la critique sociale et littéraire, en collaboration avec des magazines de l'extrême droite. Mais dans le même temps est contre Hitler et est l'un des premiers à se poser dans le quotidien "Le Rempart" (dirigé par son ami Paul Lévy), par rapport aux premières livraisons de Juifs vers les camps de travail.

En 1936, son père est mort, et participe à la "Combat" mensuel (dirigée par Jean de Sète et Thierry Maulnier), un an après l'écriture se déplace loin de la politique et de la controverse et a rencontré Jean Paulhan, qui travaille dans Gallimard.
En 1940, à la suite du gouvernement de Vichy à Bordeaux, où il a travaillé dans les «Journal des débats» (qui lui donne une apparence de ses nombreuses chroniques littéraires) et où il a rencontré Georges Bataille, un autre ami important pour lui.
En 1944, la prise de vue est probable, mais est enregistré dans l'extrême. Après la Seconde Guerre mondiale, Blanchot a travaillé presque exclusivement comme un écrivain et critique littéraire, en travaillant sur la «NRF» et de devenir un point de référence pour les intellectuels à ses contemporains: son opinion est forte, profonde et dirigée par l'étude et un certain goût.
En 1957, sa mère est morte et l'année suivante, il revint à Paris, où il est devenu un ami de Robert et Monique Antelme, Louis-René des Forêts, Maurice Nadeau, Marguerite Duras, Dionys Mascolo, et Elio Vittorini, qui l'invite à collaborer sur le mannequin.
Avec Vittorini, Italo Calvino, Pier Paolo Pasolini, Michel Leiris, Günter Grass, Hans Magnus Enzensberger et d'autres prévoient une "Revue internationale" en participant aux réunions de 1960 avec enthousiasme. Toutefois, le projet ne démarre pas et Blanchot reste amèrement déçu.
Quand il meurt en 1962, Georges Bataille écrit un texte sur l'amitié, puis commença une longue correspondance avec le philosophe Jacques Derrida, mais en fait est isolé, en dépit de commencer à rendre hommage à divers intellectuels et un certain nombre de «critique» de 1966 articles invités sur il René Char, Paul de Man, Michel Foucault, Jean Starobinski, etc ..
En mai 1968, Blanchot sortir de son isolement relatif, pour protester en faveur des étudiants, et des années plus tard, il a écrit plusieurs ouvrages contre le silence de Heidegger après la guerre de l'Holocauste et vibrant hommage à Paul Celan (La dernière dire, 1972).
Il est l'un des auteurs, dans laquelle la philosophie et la littérature se mêler à leur meilleur et certains de ses réflexions critiques sur l'écriture avoir le goût de la pensée classique. Du point de vue politique Blanchot est allé d'un droit d'attitude initiale de l'adhésion à la pensée de l'extrême gauche.
Comme les années passent son écriture devient de plus en plus raréfié et fragmentée, et la disparition d'amis (Levinas en 1995, Duras en 1996, Mascolo en 1997, son frère René en 1978, sa veuve - dont Maurice vit maintenant - en 1995, etc ..) l'a amené à penser plus souvent à la mort.
Ses livres les plus importants sont Hamminadab (1942) La folie du jour (1949 et 2002), L'espace littéraire (1955), Le divertissement sans fin (1969), L'écriture du désastre (1980) et l'instant de ma mort (1994 et 2002).
Il décédé le 20 Février 2003 à Le Mesnil-Saint-Denis.

Hai bisogno di aiuto in Letteratura Francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email