Michael di Michael
Ominide 52 punti

Baudelaire, Charles

Baudelaire représente le point d’aboutissement des tendances classique et romantique, qui l’ont précédé ,dont il fait la synthèse ;et ouvre les portes de la poésie moderne.
Baudelaire a introduit dans la langue française un mot anglais ,qui s’adapte parfaitement à l’image qu’il nous donne ,de lui même : « le spleen » .
Le spleen est un mot du vocabulaire médical ,qui signifie « humeur noire »,et désigne l’état d’âme du poète qui dérive de cette humeur noire, c’est -à-dire :ennui ,angoisse, dégoût de tout ,découragement qui provoque crises accompagné d’hallucinations .Mais le spleen se trouve aussi dans le cœur de l’homme ,où se livre une bataille entre le chair et l’esprit ,l’enfer et le ciel, Satan et Dieu .Tout cela provoque chez le poète un sentiment de mélancolie , d’angoisse ,et de profond dégoût pour la vie.
Lorsque l’âme ne s’abime pas dans le spleen ,elle aspire à son idéal .Selon Baudelaire l’homme se trouve entre deux postulations ,une vers Dieu ,l’autre vers Satan ,pour ce motif il tente d’échapper au spleen.
1)Échapper au spleen par l’amour.
Le poète se doit mesurer avec trois types d’amour :l’amour charnel représente par Janne Duval la mulâtresse ,l’amour spirituel incarné par Mme. Sabatier et celui-là fraternel ,avec Marie Doubrin, la femme aux yeux verts .Mais le poète ne sait qui choisir pour atteindre l’idéal ,et donc le spleen l’emporte aussi sur l’amour.
2)Échapper au spleen par les paradis artificiels .
Baudelaire pour fuir du spleen s’abandonne à l’ivresse et à la drogue, dont il apprécie les pouvoirs hallucinatoires, qui sont trompeurs ,parce que ne sont pas l’idéal.
3)Échapper au spleen par le voyage réel.
Le poète cherche d’échapper à son univers oppressant, à travers le voyage ,mais il porte toujours avec lui le spleen ,en effet le voyage n’est pas une libération mais une simple évasion passagère.
4)Échapper au spleen par la mort.
Pour Baudelaire la mort apparaît le but de l’itinéraire humain, et la seule libération définitive, le voyage ultime et la seule possibilité de retrouver l’idéal.
5)Échapper au spleen par le voyage de l’imagination.
Si le voyage ne permet pas à l’homme de sortir de son profond ennui, il y a une autre forme de voyage ;dont le pouvoir est bien plus grand :celui du rêve.
6)Échapper au spleen par la beauté.
Pour dépasser sa profond angoisse existentielle, Baudelaire pense que la seule solution soit celle du voyage rêvé..,incarnation de l’idéal ,où règne la beauté.
En fin on peut dire que Baudelaire réussira à échapper au spleen seulement à travers l’art ,que lui apparaît comme le moyen plus sûr d’atteindre à l’idéal, l’unique consolation du poète que ne lui permet pas de se suicider, et que lui met en relation avec un au-de là unique, car Baudelaire est à la recherche d’un autre monde que nous ne pouvons pas posséder ici.

●Baudelaire avec la publication de cette œuvre ,a provoque aussi un scandale, non seulement pour son contenu érotique, mais pour le mélange du beau au sordide, et du bien au mal.

LES FLEURS DU MAL
Baudelaire a défini « les fleurs du mal »comme l’itinéraire spirituel, existentiel ,poétique et tragique commune à tous les hommes, le poète a voulu montrer les différentes étapes de son esprit, de ses illusions et de sa jeunesse ,jusqu’à la mort. Les thèmes du spleen sont :l’idéal, l’amour, le voyage, la mort, et la beauté. L’unité du poème est donnée par l’aveu sincère ,que l’auteur nous fait de son mal, il a voulu aussi représenter la tragédie de l’être humain.

1)spleen et idéal(pris de conscience de l’ennui, devant le monde réel ,et oscillation constante entre l’inspiration vers l’idéal et les rechutes dans le spleen).
2)tableaux parisiens(peinture de la ville moderne et des souffrances des gens envers ,qui Baudelaire éprouve une profonde compassion).
3)le vin (évasion dans l’ivresse, qui provoque l’oubli).
4)les fleurs du mal(évasion dans les paradis artificiels, c’est -à-dire :la drogue).
5)révolte(le poète se révolte contre Dieu et invoque Satan).
6)la mort(la mort vue comme unique recours)


Le SPLEEN de PARIS ou PETITS POÈMES EN PROSE
Baudelaire dans cette œuvre sépare la poésie de la forme versifiée et libère le langage poétique, donc la poésie réside dans le choc des mots entre eux, la musique qu’ils créent sans rime et sans rythme imposé. Baudelaire est surtout le poète de la ville moderne et en particulier de Paris, c’est-à-dire le cadre où l’homme oscille entre le haut et le bas ,entre Dieu et le Diable, et entre l’angoisse et l’espoir . Baudelaire en autre s’est attaché à peindre la ville de Paris dans tous ses aspects négatifs et malades avec tous les habitants ,qu’il considère ses frères. La grande métropole représenta le lieu où se joue le drame de l’homme moderne qui veut la fuir et au contraire reste prisonnier .

•Baudelaire tient une inspiration romantique et classique ;Romantique par l’expression du Moi, des émotions et des passions, par le goût du noir et de l’horreur ,par l’ennui .Au contraire l’inspiration classique dérive par la perfection de la forme et le culte de la beauté. Mais il est surtout symbole de la littérature symboliste ,par sa poésie affective et musicale, par la poésie du réel quotidien ,imaginative, fantastique, cérébrale et idéaliste.


LE SIMBOLISME

Le mot « symbolisme » désigne les tendances d’un petite groupe de poètes, qui se reconnaissent comme maîtres :Nerval, Mallarmé Rimbaud,Verlain,Lautrémont,Laforgue et Baudelaire. Mais il est né à partir d’un premier mouvement, plus confus encore ,et en contraste avec le naturalisme :la décadence. Le symbolisme est :déchiffrer les signes et découvrir un monde inconnu, car selon une philosophie idéaliste, le monde visible n’est qu’une représentation du monde invisible.
C’est pourquoi que le poète doit interpréter les symboles dont la réalité est pleine, et découvrir les correspondances, entre les parfums, les couleurs et les sons ;en devenant poète « voyant ».En fin dans le symbolisme la suggestion est préférée à la représentation ,mais les symboles ne sont pas immédiats, parce que ne sont pas toujours directement compréhensibles. En autre les mots n’ intéressent plus pour le sens ,mais pour la musicalité .

Registrati via email