• Latino
  • Aiuto versione di latino x domani :'(

    closed post
Rebel46
Rebel46 - Erectus - 104 Punti
Rispondi Cita Salva
Scapoccio da ore su una versione...avrei bisogno di un aiutino...:'-(
E' una versione di Valerio Massimo...

La disciplina militare romana

Disciplina militaris, acriter retenta, principatum Italie Romano imperio peperit, multarum urbium, magnorum regum, validissimarum gentium regimen dedit, fauces Pontici sinus patefecit, Alpium Taurique montis convulsa claustra tradidit, ortumque e minima Romuli casa totius terrarum orbis fecit columen. Habiti sunt bellicarum rerum custodes severiores A. Postumius et M. Torquatus.
Torquatus consul Latino bello filium, ab hostium duce proelio lacessitum, quod ad dimicandum descenderat iniussu consulis, victorem securi percuti iussit.
Postumius dictator, quod filius sua sponte hostes fuderat, imperavit ut eum securi feriretur.

Oddiooooooooooo + la guardo + mi viene da piangere... :-| oggi ho troppissime cose da studiare... e qst version proprio nn ci voleva...
Ringrazierei di cuore se qualkuno mi potesse dare una manina :(
Mario
Mario - Genius - 37169 Punti
Rispondi Cita Salva
Disciplina militaris acriter retenta principatum Italiae Romano imperio peperit, multarum urbium, magnorum regum, ualidissimarum gentium regimen largita est, fauces Pontici sinus patefecit, Alpium Taurique montis conuulsa claustra tradidit, ortumque e paruula Romuli casa totius terrarum orbis fecit columen. ex cuius sinu quoniam omnes triumphi manarunt, sequitur ut de triumphandi iure dicere incipiam. 2.8.1 Ob leuia proelia quidam imperatores triumphos sibi decerni desiderabant. quibus ut occurreretur, lege cautum est ne quis triumpharet, nisi qui V milia hostium una acie cecidisset: non enim numero, sed gloria triumphorum excelsius urbis nostrae futurum decus maiores existimabant. ceterum ne tam praeclara lex cupiditate laureae oblitteraretur, legis alterius adiutorio fulta est, quam L- Marcius et M- Cato tribuni plebei tulerunt: poenam enim imperatoribus minatur, qui aut hostium occisorum in proelio aut amissorum ciuium falsum numerum litteris senatui ausi essent referre, iubetque eos, cum primum urbem intrassent, apud quaestores urbanos iurare de utroque numero uere ab iis senatui esse scriptum.2.8.2 Post has leges iudicii illius tempestiua mentio introducetur, in quo de iure triumphandi inter clarissimas personas et actum et excussum est. C- Lutatius consul et Q- Valerius praetor circa Siciliam insignem Poenorum classem deleuerant. quo nomine Lutatio consuli triumphum senatus decreuit. cum autem Valerius sibi quoque eum decerni desideraret, negauit id fieri oportere Lutatius, ne in honore triumphi minor potestas maiori aequaretur, pertinaciusque progressa contentione Valerius sponsione Lutatium prouocauit, ni suo ductu Punica classis esset oppressa, nec dubitauit restipulari Lutatius. itaque iudex inter eos conuenit Atilius Calatinus, apud quem Valerius in hunc modum egit, consulem ea pugna in lectica claudum iacuisse, se autem omnibus imperatoriis partibus functum. tunc Calatinus, prius quam Lutatius causam suam ordiretur, 'quaero' inquit, 'Valeri, a te, si dimicandum necne esset contrariis inter uos sententiis dissedissetis, utrum quod consul an quod praetor imperasset maius habiturum fuerit momentum.' respondit Valerius non facere se controuersiam quin priores partes consulis essent futurae. 'age deinde' inquit Calatinus, 'si diuersa auspicia accepissetis, cuius magis auspicio staretur?' 'item' respondit Valerius 'consulis'. 'iam hercules' inquit, 'cum de imperio et auspicio inter uos disceptationem susceperim, et tu utroque aduersarium tuum superiorem fuisse fatearis, nihil est quod ulterius dubitem. itaque, Lutati, quamuis adhuc tacueris, secundum te litem do'. mirifice iudex, quod in manifesto negotio tempus teri passus non est: probabilius Lutatius, quod ius amplissimi honoris constanter defendit: sed ne Valerius quidem inprobe, quia fortis et prosperae pugnae ut non legitimum ita meritum praemium petiit. 2.8.3 Quid facias Cn- Fuluio Flacco, qui tam expetendum aliis triumphi honorem decretum sibi a senatu ob res bene gestas spreuit ac repudiauit, nimirum ~ non plura praecerpens quam acciderunt? nam ut urbem intrauit, continuo quaestione publica adflictus exilio multatus est, ut, si quid religionis insolentia commisisset, poena expiaret. 2.8.4 Sapientiores igitur Q- Fuluius, qui Capua capta, et L- Opimius, qui Fregellanis ad deditionem conpulsis triumphandi potestatem a senatu petierunt, uterque editis operibus magnificus, sed neuter petitae rei compos non quidem inuidia patrum conscriptorum, cui numquam aditum in curiam esse uoluerunt, sed summa diligentia obseruandi iuris, quo cautum erat ut pro aucto imperio, non pro reciperatis quae populi Romani fuissent triumphus decerneretur: tantum enim interest adicias aliquid an detractum restituas, quantum distat beneficii initium ab iniuriae fine. 2.8.5 Quin etiam ius, de quo loquor, sic custoditum est, ut P- Scipioni ob reciperatas Hispanias, M- Marcello ob captas Syracusas triumphus non decerneretur, quod ad eas res gerendas sine ullo erant missi magistratu. probentur nunc cuiuslibet gloriae cupidi, qui ex desertis montibus myoparonumque piraticis rostris laudis inopes laureae ramulos festinabunda manu decerpserunt: Karthaginis imperio abrupta Hispania et Siciliae caput abscisum, Syracusae, triumphalis iungere currus nequiuerunt: et quibus uiris? Scipioni et Marcello, quorum ipsa nomina instar aeterni sunt triumphi. sed clarissimos solidae ueraeque uirtutis auctores humeris suis salutem patriae gestantes, etsi coronatos intueri senatus cupiebat, iustiori tamen reseruandos laureae putauit. 2.8.6 His illud subnectam: moris est ab imperatore ducturo triumphum consules inuitari ad cenam, deinde rogari ut uenire supersedeant, ne quis eo die, quo ille triumpharit, maioris in eodem conuiuio sit imperii. 2.8.7 Verum quamuis quis praeclaras res maximeque utiles rei publicae ciuili bello gessisset, imperator tamen eo nomine appellatus non est, neque ullae supplicationes decretae sunt, neque aut ouans aut curru triumphauit, quia, ut necessariae istae, ita lugubres semper existimatae sunt uictoriae utpote non externo, sed domestico partae cruore. itaque et Nasica Ti- Gracchum et ~ G. Metellus Opimi factiones maesti trucidarunt. Q- Catulus M- Lepido collega suo cum omnibus seditionis copiis ~ extinctoque tum moderatum prae se ferens gaudium in urbem reuertit. Gaius etiam Antonius Catilinae uictor abstersos gladios in castra retulit. L- Cinna et C- Marius hauserant quidem auidi ciuilem sanguinem, sed non protinus ad templa deorum et aras tetenderunt. iam L- Sulla, qui plurima bella ciuilia confecit, cuius crudelissimi et insolentissimi successus fuerunt, cum consummata atque constructa potentia sua triumphum duceret, ut Graeciae et Asiae multas urbes, ita ciuium Romanorum nullum oppidum uexit. Piget taedetque per uulnera rei publicae ulterius procedere. lauream nec senatus cuiquam dedit nec quisquam sibi dari desiderauit ciuitatis parte lacrimante. ceterum ad quercum pronae manus porriguntur, ubi ob ciues seruatos corona danda est, qua postes Augustae domus sempiterna gloria triumphant.

Du droit au triomphe Le maintien rigoureux de la discipline militaire acquit à l'empire romain la suprématie en Italie, mit sous son autorité beaucoup de villes, de grands rois, des nations très puissantes, lui ouvrit les détroits du Pont-Euxin, renversa pour lui livrer passage les barrières des Alpes et du Taurus, et fit de la petite cabane de Romulus le pilier qui supporte toute la terre. Puisque cette discipline a été la source de tous les triomphes, il est naturel que je parle maintenant du droit à cet honneur. 1. Il arrivait que des généraux le demandassent pour de petites victoires. Afin de prévenir cet abus, une loi défendit de triompher à moins qu'on n'eût tué cinq mille hommes dans une seule bataille. Car dans l'esprit de nos ancêtres, ce n'était pas le nombre, mais l'importance des triomphes qui devait faire grandir la gloire de Rome. Cependant, pour empêcher que l'avide désir des honneurs du triomphe ne rendît sans effet une loi si mémorable, on lui donna l'appui d'une seconde loi que firent voter L. Marcius et M. Caton, tribuns du peuple. Elle punit les généraux qui, dans leurs dépêches au sénat, se seraient permis de mentir sur le nombre des ennemis tués ou des citoyens restés sur le champ de bataille. Elle les oblige, dès leur entrée à Rome, à jurer devant les questeurs du trésor que sur le nombre des uns et des autres leur rapport au sénat est conforme à la vérité. (An de R. 691.) 2. Après ces lois viendra comme à sa place le récit de ce procès fameux, où le droit de triompher fut mis en question et débattu entre deux illustres personnages. Le consul L. Lutatius et le préteur Q. Valerius avaient détruit une grande flotte carthaginoise dans les parages de la Sicile. Pour cet exploit, le sénat décerna le triomphe au consul Lutatius. Mais Valerius réclama aussi cette récompense. Lutatius déclara qu'il fallait la lui refuser, pour ne pas mettre au même rang des dignités inégales en les confondant dans les honneurs du triomphe. La dispute se prolongeant sans fin, Valerius mit Lutatius au défi d'établir que ce n'était pas sous son commandement que la flotte carthaginoise avait été anéantie. Lutatius n'hésita pas à s'y engager. Ils convinrent donc de prendre pour arbitre Atilius Calatinus. Devant celui-ci, Valerius soutint sa prétention en disant que, pendant le combat, le consul était couché dans sa litière, incapable de marcher, et que c'était lui-même qui avait pris toute la charge du commandement. Alors, sans attendre que Lutatius commençât à parler, Calatinus intervint : "Réponds-moi, dit-il, Valerius : si vous aviez été en désaccord sur le point de savoir s'il fallait ou non livrer bataille, est-ce la volonté du consul ou celle du préteur qui l'aurait emporté ? - Sans contredit, répondit Valerius, le consul aurait eu l'avantage. -Supposons encore, dit Calatinus, que, en prenant les auspices, vous eussiez recueilli des signes de sens opposé, lesquels aurait-on suivi de préférence ? -Ceux du consul, dit encore Valerius.- -Eh bien, reprit alors l'arbitre, puisque la contestation que j'ai acceptée de régler entre vous a pour objet le commandement et les auspices et que, sur ces deux points, de ton aveu, ton adversaire avait la supériorité, je n'ai pas à hésiter plus longtemps. Ainsi, Lutatius, quoique vous n'ayez encore rien dit, je vous donne gain de cause." Juge admirable, qui, dans une affaire toute claire, n'a pas souffert qu'on perdît du temps ! J'approuve encore plus la fermeté de Lutatius à maintenir les droits de la dignité suprême, mais je ne désapprouve pas non plus Valerius d'avoir réclamé pour une bataille conduite avec courage et avec bonheur une récompense, sinon légale, du moins méritée. (An de R. 512.) 3. Quels sentiments peut-on avoir pour Cn. Fulvius Flaccus ? Les honneurs du triomphe si enviés par les autres généraux lui avaient été, pour ses exploits, décernés par le sénat, mais il les refusa avec dédain. C'est sans doute qu'il prévoyait les malheurs qui lui arrivèrent. En effet, à peine entré dans Rome, il fut aussitôt poursuivi au nom de l'État et condamné à l'exil. Ainsi il expia par le châtiment l'outrage que son orgueil avait pu faire à la majesté du sénat. (An de R. 542.) 4. Il y eut donc plus de sagesse chez Q. Fulvius et L Opimius qui demandèrent au sénat la permission de triompher, celui-là pour la prise de Capoue, celui-ci pour avoir forcé Frégelles à capituler. Tous deux s'étaient signalés par de grandes actions. Cependant ni l'un ni l'autre n'obtint l'objet de sa demande. Non que les sénateurs fussent poussés par l'envie, jamais ils ne voulurent donner accès chez eux à ce sentiment, mais ils étaient très attentifs à observer la loi qui accordait le triomphe pour un accroissement de l'empire, non pour d'anciennes possessions romaines recouvrées, car il y a autant de différence entre une acquisition nouvelle et la reprise d'une province perdue qu'entre l'octroi d'une faveur et la simple réparation d'une injustice. (An de R. 542, 629.) 6. Bien mieux encore, la loi dont je parle ici fut si bien observée que l'on n'accorda le triomphe ni à P. Scipion pour avoir reconquis l'Espagne, ni à M. Marcellus pour la prise de Syracuse, parce qu'ils avaient été envoyés pour ces opérations militaires sans être revêtus d'aucune magistrature. Qu'on vienne après cela nous vanter ces hommes avides de gloire à tout prix qui, pour des montagnes désertes, pour des proues de barques enlevées à des pirates, ont cueilli d'une main hâtive, sans les avoir méritées, quelques pauvres branches de laurier ! L'Espagne arrachée à la domination de Carthage, Syracuse séparée de la Sicile comme une tête de son corps, ne suffirent pas pour faire atteler le char triomphal. Et pour quels hommes ? pour Scipion et Marcellus, dont les noms à eux seuls équivalent à un triomphe éternel. Mais, malgré son désir de voir couronner ces modèles d'une vertu solide et véritable, ces héros qui portaient sur leurs épaules la charge du salut national, le sénat crut devoir néanmoins les réserver pour une récompense encore mieux méritée. (An de R. 542.) 6. J'ajouterai ici une particularité. L'usage était que le général qui allait entrer dans Rome en triomphateur invitât les consuls à un banquet et les fît prier ensuite de ne pas s'y rendre : c'était pour que, le jour de son triomphe, il n'y eût à la même table aucun personnage d'un pouvoir supérieur. 7. Mais dans une guerre civile, si éclatants et si avantageux pour la république que fussent les succès d'un général, jamais ils ne lui valurent le titre d'imperator, ni le vote d'actions de grâces, ni l'ovation, ni l'entrée dans Rome en char triomphal. C'est que de telles victoires ont toujours paru aussi attristantes que nécessaires, parce qu'elles étaient achetées au prix du sang des citoyens, non du sang étranger. Aussi est-ce avec douleur que Nasica massacra les partisans de Tib. Gracchus et Opimius, ceux de Caius Gracchus. Q. Catulus, après avoir fait périr son collègue M. Lepidus avec ses troupes séditieuses, ne manifesta à son retour dans Rome qu'une joie modérée. C. Antonius, vainqueur de Catilina, fit essuyer les épées avant de les rapporter dans le camp. L. Cinna et C. Marius s'étaient abreuvés avidement du sang des citoyens, mais ils se gardèrent de se rendre tout de suite après dans les temples des dieux et au pied des autels. De même, L. Sylla, vainqueur dans tant de guerres civiles et dont les succès furent marqués par tant de cruauté et d'orgueil, put, grâce à son pouvoir absolu, se donner les honneurs du triomphe : il y fit défiler les images d'un grand nombre de villes grecques et asiatiques, mais il n'y représenta aucune cité romaine. Je répugne et je me refuse à aller plus loin dans l'histoire de nos malheurs publics. Jamais le sénat ne donna la couronne triomphale et jamais un vainqueur ne la réclama pour une victoire qui coûtait des larmes à une partie des citoyens. Mais a-t-on mérité, pour avoir sauvé des citoyens, une couronne civique, aussitôt au sénat toutes les mains se tendent vers ce chêne qui fait pour toujours un glorieux décor de triomphe à la porte du palais de César.
Rebel46
Rebel46 - Erectus - 104 Punti
Rispondi Cita Salva
Uhm...sicuramente sarà stata un pò modificata la mia versione...perkè cmq sn diverse...questo ke mi hai passato tu sarà l'originale...oddio... nn ha senso logico qst versione :-( nn ce la farò mai!AIUTATEMIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII....
Questo topic è bloccato, non sono ammesse altre risposte.
Come guadagno Punti nel Forum? Leggi la guida completa
In evidenza
Classifica Mensile
Vincitori di novembre
Vincitori di novembre

Come partecipare? | Classifica Community

Community Live

Partecipa alla Community e scala la classifica

Vai al Forum | Invia appunti | Vai alla classifica

ifabio

ifabio Admin 1334 Punti

VIP
Registrati via email