misa-misa
misa-misa - Erectus - 140 Punti
Rispondi Cita Salva
IL RE PIRRO (giustino)
Pyrrus cum iterata Tarentinorum legatione fatigaretur, venturum se cum exercitu promisit. Igitur relicto custode regni Ptolemaeo filio, exercitum in portu Tarentino exponit. Eius audito adventu consul Romanus Valerius Laevinus festinans, ut cum eo pugnaret priusquam auxilia sociorum convenirent, exercitum in aciem educit. Nec rex, cum numero militum inferior esset , certamini moram fecit. Sed Romanos vincentes iam invisitata ante elephantorum forma stupere primo, mox cedere proelio coegit, victoreque iam nova Macedonum repente monstra vicerunt. Nec hostibus incruenta victoria fuit. Nam et Pyrrus graviter vulneratus est et magna pars militum eius caesa, maioremque gloriam eius victoriae quam laetitiam habuit. Huius pugnae eventum multae civitates Pyrro se tradunt. Inter ceteras etiam Locri prodito praesidio Romano ad Pyrrum deficiunt. Ex ea praeda Pyrrus multos captivos milites gratiis Romam remisit, ut, cognita virtute eius, Romani cognoscerent etiam liberalitem.

IL SATRAPO ORSINE è ACCUSATO DA UN EUNUCO DI AVER SACCHEGGIATO LA TOMBA DI CIRO (curzio rufo)
Forte enim sepulchrum Cyri Alexander iussit aperiri, in quo erat conditum eius corpus; ei dare volebat inferias. Auro argentoque repletum esse crediderat-quippe ita fama Persae vulgaverant-, sed praeter clipeum eius putrem et arcus duos Scythicos et acinacem nihil repperit. Ceterum corona aurea imposita amiculo solium, in quo corpus iacebat, velavit miratus tanti nominis regem tantis praeditum opibus haud pretiose sepultum esse. Proximus lateri spado, regem intuens: " Quid mirum" inquit "est inania sepulchra esse regum, cum satraparum domus aurum inde egestum capere non possint? Ipse hoc bustum antea non videram, sed ex Dareo ita accepi, III milia talentum condita esse cum Cyro. Hinc illa benignitas in te, ut Orsines ea tibi donare posset et gratiam obtinere". Concitaverat iam animum in iram, cum ii, quibus negotium idem dederat, superveniunt: ab eo subordinati falsis criminibus occupant aures, Orsines, nullum suspesctum se accusari habens, in vincula est traditus. Non contentus supplicio insontis spado ipse ei manum iniecit, Spadonem Orsines despiciens: "Audieram" inquit " in Asia olim regnasse feminas; hoc vero novum est, regnare castratum!". hic fuit exitus nobilissimi Persarum nec insontis modo, sed eximiae quoque benignitatis in regem.

DOPPIEZZA DI FARNACE, RE DEL PONTO (bellum alexandrinum)
Cum in Pontum Caesar venisset copiasque omnes in unum locum coegisset, legati a Pharnace missi sunt ad eum; in primis orant ne eius adventus hostilis esset: facturum enim Pharnacem omnia imperata. Caesar respondit se fore aequissimum Pharnaci, repraesentaturo promissa. Itaque se magnas et graves iniurias civium Romanorum concedebat Pharnaci. Nam interfectis amissam vitam restituere non poterat. Ponto vero rex debebat decedere confestim familiasque publicanorum remittere ceteraque restituere sociis civibusque Romanis. At Pharnaces liberaliter omnia promittens, cum festinantem ac praecurrentem Caesarem speraret libenter crediturum esse suis promissis, lentius agebat, pactiones interponebat, in summa dola nectebat. Caesar cognita calliditate hominis, quod aliis temporibus natura facere consueverat, tunc necessitate fecit adductus, ut celerius omnium opinione manum consereret. Zelam oppidum Pharnaces copiis suis omnibus occupavit. Caesar cum ab hoste milia passum V castra posuisset, aggerem comportari iubet intra munitiones. Magno atque acri proelio comminus facto, multis militibus partim interfectis partim suorum ruina oppressis, Pharnaces cum paucis equitibus profugit. Tali victoria totiens victor Caesar incredibili est laetitia affectus; maximum enim bellum tanta celeritate confecerat.


PER FAVORE AIUTATEMI!:hi
89eleonora89
89eleonora89 - Sapiens - 750 Punti
Rispondi Cita Salva
Su pirro ho trovato questo..ha lo stesso titolo...vedi te....

Il re Pirro
Nel medesimo tempo fu dichiarata una guerra ai Tarantini, che già si trovavano nella parte meridionale dell'Italia, poiché avevano fatto un torto agli ambasciatori romani, questi chiesero aiuto contro i romani, a Pirro, re dell'Epiro che traeva origine dalla stirpe di Achille. Egli venne subito in Italia e allora per la prima volta i romani combatterono con un nemico d'oltremare. Fu mandato contro Pirro il console P. Valerio Levino, il quale dopo aver catturato gli esploratori di Pirro, ordinò che essi fossero condotti per l'accampamento, che fosse mostrato tutto l'esercito e che allora fossero lasciati andare, affinché riferissero a Pirro tutto ciò che i romani stavano facendo. Attaccata immediatamente battaglia mentre, sebbene Pirro fuggisse già, vinse con l'aiuto degli elefanti i quali impaurirono i romani giacché non li avevano mai visti. Ma la notte pose fine al combattimento; Levino tuttavia fuggì durante la notte. Pirro catturò mille e ottocento romani e li trattò con sommo rispetto, fece seppellire quelli uccisi. E dopo aver visto questi anche morti con ferite sul petto e con un aspetto orribile, si dice che portò le mani al cielo con queste parole: che egli avrebbe potuto essere padrone di tutto quanto il mondo se gli fossero capitati tali soldati.

2)Per caso, infatti, Alessandro ordinò che fosse aperto il sepolcro di Ciro, in cui era conservato il suo corpo, a cui voleva tributare gli onori funebri. Aveva creduto che esso fosse colmo di oro e di argento ammassatovi, poiché così favoleggiavano i Persiani; ma oltre al suo scudo marcio, a due archi scizi e ad una scimitarra, non trovò altro. Quindi, dopo avervi posto una corona d’oro, coprì il sarcofago con il mantello di cui di solito egli si serviva, meravigliandosi che un re dal nome così famoso, fornito di tante ricchezze, fosse stato sepolto non più splendidamente che se fosse stato uno del popolo. Accanto vi era l’eunuco, che guardando il re, gli disse: “Perché meravigliarsi che i sepolcri dei re sono vuoti, quando le case dei satrapi non possono contenervi l’oro da lì razziato? Per quanto mi riguarda, io stesso non avevo visto prima questo sepolcro, ma da Dario venni a sapere che vi erano stati sepolti tremila talenti assieme a Ciro. Da qui proviene quella generosità verso di te, in modo che Orsine, donandoti ciò che non poteva avere impunemente, potesse accattivarsi anche le tue grazie.” Aveva ormai acceso d’ira l’animo del re, quando sopraggiunsero coloro ai quali aveva affidato lo stesso incarico: da un lato Bagoa, dall’altro quelli da lui subornati con false accuse, gli riempiono le orecchie. Orsine, prima ancora di sospettare di essere incolpato, fu messo in catene. Non soddisfatto della condanna di un innocente, l’eunuco alza le mani su di lui mentre sta per morire. Guardandolo, Orsine disse: “Avevo sentito che una volta in Asia regnavano le donne; ma la novità e che regna un castrato!” Questa fu la fine di uno dei più nobili Persiani, e non solo innocente, ma anche di ammirevole generosità nei confronti del re.
misa-misa
misa-misa - Erectus - 140 Punti
Rispondi Cita Salva
sono parecchio diverse... se si riesce a trovare qualcos'altro sarebbe meglio altrimenti va bene lo stesso...grazie!
89eleonora89
89eleonora89 - Sapiens - 750 Punti
Rispondi Cita Salva
cmq la 2 è giusta..xkè avevo il testo latino anke capito??qnd la seconda copiala tranqll
alkalewi
alkalewi - Genius - 6460 Punti
Rispondi Cita Salva
cerco cerco ma non trovo niente
misa-misa
misa-misa - Erectus - 140 Punti
Rispondi Cita Salva
riuscireste a tradurmi la tre? vi prego è molto importante
Mario
Mario - Genius - 37169 Punti
Rispondi Cita Salva
attinet, ipse hoc bustum antea non uideram, sed ex Dareo ita accepi, III milia talentum condita esse cum Cyro. Hinc illa benignitas in te, ut, quod inpune habere non poterat Orsines, donando etiam gratiam iniret." Concitauerat iam animum in iram, cum hi, quibus negotium idem dederat, superueniunt: hinc Bagoas, hinc ab eo subornati falsis criminibus occupant aures. Antequam accusari se suspicaretur Orsines, in uincula est traditus. Non contentus supplicio insontis spado ipse morituro manum iniecit. Quem Orsines intuens: "Audieram", inquit, "in Asia olim regnasse feminas; hoc uero nouum est, regnare castratum!" Hinc fuit exitus nobilissimi Persarum, nec insontis modo, sed eximiae quoque benignitatis in regem.
Eodem tempore Phradates regnum adfectasse suspectus occiditur. Coeperat esse praeceps ad repraesentanda supplicia, item ad deteriora credenda. Scilicet res secundae ualent commutare naturam, et raro quisquam erga bona sua satis cautus est. Idem enim paulo ante Lyncestem Alexandrum delatum a duobus indicibus damnare non sustinuerat, humiliores quoque reos contra suam uoluntatem, quia ceteris uidebantur insontes, passus absolui; hostibus uictis regna reddiderat.
Ad ultimum tam ex toto ab semet ipso degenerauit? ut inuicti quondam aduersus libidinem animi arbitrio scorti aliis regna daret, aliis adimeret uitam. Isdem fere diebus litteras a Coeno accipit de rebus in Europa et Asia gestis, dum ipse Indiam subegit. Zopyrio, Thraciae praepositus, cum expeditionem in Getas faceret, tempestatibus procellisque subito coortis, cum toto exercitu oppressus erat. Qua cognita clade, Seuthes Odrysas, populares suos, ad defectionem conpulerat. Amissa propemodum Thracia, ne Graecia quidem ---.

Vers le même temps arrivèrent Cléandre et Sitalcès, avec Héracon et Agathon: c'étaient eux qui avaient tué Parménion par l'ordre du roi. Ils amenaient cinq mille hommes d'infanterie et mille chevaux. Mais à leur suite venaient aussi des accusateurs, de la province qu'ils avaient gouvernée; et, pour compenser tant des crimes qu'ils avaient commis, c'était trop peu d'avoir prêté leur ministère à un meurtre agréable au roi. En effet, non contents de dépouiller tout ce qu'il y avait de profane, ils n'avaient pas même respecté les choses sacrées; et les jeunes filles, ainsi que les plus nobles matrones, livrées au déshonneur, pleuraient les outrages que leur pudeur avait soufferts. Leur avarice et leur brutale licence avaient rendu odieux aux Barbares le nom macédonien. Parmi tant de dérèglements, cependant, se faisait remarquer celui de Cléandre, qui, après avoir déshonoré une jeune fille d'illustre naissance, l'avait donnée pour concubine à un de ses esclaves. La plupart des amis d'Alexandre ne considéraient pas tant l'atrocité des forfaits imputés publiquement aux accusés, que le souvenir du meurtre de Parménion, quoique peut-être cette circonstance dût plaider tout bas leur cause auprès du roi: ils se félicitaient de voir que la colère de leur maître retombait sur ceux même qui en avaient été les ministres, et qu'un pouvoir acquis par le crime n'avait jamais de durée. Le roi, après avoir entendu la cause, prononça qu'un seul grief, mais le plus grave de tous, avait été omis par les accusateurs: c'est que les coupables avaient désespéré de sa vie: jamais, en effet, ils ne se fussent portés à des excès semblables, s'ils eussent souhaité, ou cru qu'il revînt de l'Inde sain et sauf. Il les fit donc mettre dans les fers, et ordonna le supplice de six cents soldats qui avaient été les ministres de leurs cruautés. Le même jour, furent aussi mis à mort les rebelles qui avaient tenté un soulèvement parmi les Perses, et que Cratère avait amenés.
Peu de temps après, arrivèrent Néarque et Onésicrite, qu'Alexandre avait chargés de s'avancer plus loin que lui sur l'Océan. Ils rapportaient, avec leurs propres observations, d'autres faits qu'ils avaient appris par ouï-dire: "L'île qui se présente à l'embouchure du fleuve était, disaient-ils, très abondante en or, mais manquait de chevaux: ceux qui avaient la hardiesse d'en transporter du continent les vendaient un talent la pièce. La mer était remplie de monstres: on les voyait suivre le mouvement de la marée, égaux en grosseur aux plus grands vaisseaux: il avait fallu les effrayer par des cris menaçants pour les empêcher de suivre la flotte: ils s'étaient alors enfoncés sous les eaux, comme des navires qui s'abîment, avec un grand bruit." Pour le reste, ils s'en étaient rapportés aux habitants: on leur avait dit "que la mer Rouge ne tirait pas son nom, comme c'était l'opinion commune, de la couleur de ses eaux, mais du roi Érythrus; que, non loin du continent, était une île plantée d'un grand nombre de palmiers, et que, environ au milieu du bois, s'élevait une colonne, monument consacré au roi Érythrus, avec une inscription dans la langue du pays. On ajoutait que des bâtiments, chargés de vivandiers et de marchands, avaient été conduits dans cette île par des pilotes qu'attirait l'appât de l'or, et que l'on n'en avait revu aucun." Le roi, brûlant du désir d'en savoir davantage, commanda aux deux marins de se remettre à longer les côtes, jusqu'à ce que leur flotte touchât à l'embouchure de l'Euphrate, et puis de remonter le fleuve jusqu'à Babylone.
Pour lui, embrassant l'infini dans ses pensées, il avait résolu, après qu'il aurait conquis toute la région maritime de l'Orient, d'aller en Syrie s'embarquer pour l'Afrique, et porter la guerre à Carthage. De là, traversant les déserts de la Numidie, il voulait diriger sa course vers Gadès, où la renommée plaçait les colonnes d'Hercule, gagner ensuite les Espagnes, que les Grecs appelaient Ibérie, du fleuve Ibère, et longer les Alpes et la côte d'Italie, d'où il n'y avait qu'un court trajet jusqu'en Épire. Il donna donc l'ordre aux gouverneurs de la Mésopotamie de couper des bois sur le mont Liban, et de les transporter à Thapsaque, ville de Syrie, où l'on en construirait de grandes carènes de vaisseaux: tous devaient avoir sept rangs de rames, et être conduits à Babylone. Il avait commandé aux rois de Chypre de fournir l'airain, l'étoupe et les voiles. Pendant que ces soins l'occupaient, des lettres lui furent remises des rois Porus et Taxile: ils lui annonçaient qu'Abisarès était mort de maladie; que Philippe, son lieutenant, avait été assassiné et les coupables punis. Le roi donna pour successeur à Philippe Eudémon, le chef des Thraces, et laissa au fils d'Abisarès le royaume de son père.
Il arriva ensuite à Parsagades; c'est une nation de la Perse qui avait pour satrape Orsinès, illustre, parmi les Barbares, par sa naissance et par ses richesses. Il descendait de Cyrus, autrefois roi de Perse; de grands trésors lui avaient été transmis par ses aïeux, et il en avait amassé de nouveaux dans la longue possession du commandement. Orsinès vint au-devant du roi avec toute sorte de présents, non seulement pour lui, mais pour ses amis. C'étaient des troupeaux de chevaux tout dressés, des chars ornés d'or et d'argent, des meubles précieux, des pierres rares, des vases d'or d'un grand poids, des vêtements de pourpre, et quatre mille talents d'argent monnayé. Tant de générosité causa cependant la mort du Barbare.
Ayant, en effet, comblé de présents tous les amis du roi, au-delà même de leurs voeux, il ne rendit aucun honneur à l'eunuque Bagoas, qui, en se prostituant à Alexandre, avait gagné sa faveur. On l'avertit combien cet eunuque était cher au roi; il répondit alors, "qu'il faisait sa cour aux amis d'Alexandre, non à ses concubines; et que ce n'était pas l'usage chez les Perses de regarder comme des hommes ceux que la prostitution égalait à des femmes." Informé de cette réponse, l'eunuque tourna contre la tête d'un homme illustre et innocent une puissance qui était le prix de ses vices et de son déshonneur. Il suborna de faux accusateurs, pris parmi ce qu'il y avait de plus méprisable dans le pays, en leur donnant avis d'attendre ses ordres pour faire leurs dénonciations. Cependant, chaque fois qu'il se trouvait sans témoins avec le roi, il remplissait son oreille crédule de mille mensonges, cachant avec soin les motifs de son ressentiment, pour donner plus de poids à ses accusations. Orsinès n'était point encore suspect, mais déjà moins considéré. Son procès s'instruisait dans l'ombre, et il ignorait le péril caché qui le menaçait, tandis que l'infâme, acharné à le perdre, et fidèle à sa haine, alors même que dans les embrassements du roi il subissait le déshonneur, profitait de ces moments où la passion d'Alexandre était le plus vivement allumée pour accuser Orsinès de concussion, ou même de révolte. Déjà la calomnie était mûre pour la perte de l'innocent, et le destin, dont les décrets sont inévitables, allait s'accomplir. Alexandre avait par hasard ordonné d'ouvrir le tombeau de Cyrus, où reposaient les restes de ce monarque, auxquels il destinait des honneurs funèbres. Il le croyait rempli d'or et d'argent, d'après ce que publiaient les Perses; mais, à l'exception d'un bouclier tombé en pourriture, de deux arcs de Scythie et d'un cimeterre, il ne trouva rien. Couvrant alors du manteau qu'il portait lui-même le trône sur lequel le corps était étendu, il y plaça une couronne d'or, et témoigna son étonnement de ce qu'un monarque si fameux, possesseur de tant de trésors, n'eût pas été plus richement enseveli qu'un homme de condition vulgaire. Aux côtés du roi était l'eunuque, qui, se tournant vers lui: "Qu'y a-t-il d'étonnant, dit-il, que les sépulcres des rois soient vides, quand les maisons des satrapes ne suffisent pas à contenir l'or qui en a été tiré? Pour moi, je n'avais jamais vu ce tombeau; mais j'ai ouï dire à Darius qu'on avait enterré avec Cyrus trois mille talents. Voilà la source de tant de largesses:ce qu'Orsinès ne pouvait garder impunément, il l'a donné, pour acheter du moins tes bonnes grâces à ce prix." Ces paroles de l'eunuque avaient déjà excité la colère du roi, lorsque surviennent les délateurs apostés pour le seconder: Bagoas d'un côté, de l'autre ceux qu'il a subornés, font retentir à ses oreilles leurs imputations mensongères. Orsinès, avant de soupçonner même qu'il était accusé, fut jeté dans les fers. Non content du supplice de l'innocent, Bagoas osa porter sur lui la main au moment qu'il allait mourir. Orsinès lui dit, en le regardant: "J'avais bien ouï dire que des femmes avaient jadis régné en Asie; mais c'est une chose toute nouvelle d'y voir régner un eunuque." Ainsi périt le plus illustre personnage d'entre les Perses, sans être coupable, et même après avoir montré envers le roi une générosité extraordinaire.
Dans le même temps, Phradatès est mis à mort, sur le soupçon de prétendre à la couronne. Alexandre commençait à avoir grande hâte d'ordonner les supplices, aussi bien que de croire les fâcheux rapports. C'est que la prospérité a ce triste effet de corrompre chez les hommes la nature, et que rarement nous savons être assez en garde contre notre bonne fortune. C'était en effet le même prince qui, peu d'années auparavant, n'avait pu se décider à condamner Alexandre Lynceste, inculpé par les dépositions de deux témoins; il avait même laissé absoudre de plus humbles accusés, malgré sa répugnance personnelle, parce que les autres croyaient à leur innocence; il avait rendu leurs États à des ennemis vaincus; et il finit par dégénérer tellement de lui-même, que, contre sa propre inclination, selon les caprices d'un eunuque, il donnait aux uns des royaumes, aux autres il ôtait la vie.
Ce fut à peu près vers la même époque que des lettres l'informèrent de ce qui s'était passé en Europe et en Asie tandis qu'il faisait la conquête de l'Inde. Zopyrion, gouverneur de la Thrace, dans une expédition contre les Gètes, avait été surpris par des orages et de soudaines tempêtes, et avait péri avec toute son armée. Ce désastre avait été le signal, pour Seuthès, d'entraîner les Odryses, ses compatriotes, à la révolte. Pendant que la Thrace était ainsi presque perdue, la Grèce même ---.

All'interno c'è il brano che serve, ma nn lo so dividere perchè nn so il francese...
IPPLALA
IPPLALA - Mito - 101142 Punti
Rispondi Cita Salva
Azz
paraskeuazo
paraskeuazo - Genius - 74901 Punti
Rispondi Cita Salva
Cavolo ma è enormeeee :O_o da dove a dove? perchè nn ci penso proprio a tradurre l'intero brano :lol :lol
.............................................................

Ah ecco quà l'ho trovato dall'inizo alla fine, ammazza è grandicello cmq.. vabbè entro domani provo a tradurlo, à petit à petit :lol


Pour moi, je n'avais jamais vu ce tombeau; mais j'ai ouï dire à Darius qu'on avait enterré avec Cyrus trois mille talents. Voilà la source de tant de largesses:ce qu'Orsinès ne pouvait garder impunément, il l'a donné, pour acheter du moins tes bonnes grâces à ce prix." Ces paroles de l'eunuque avaient déjà excité la colère du roi, lorsque surviennent les délateurs apostés pour le seconder: Bagoas d'un côté, de l'autre ceux qu'il a subornés, font retentir à ses oreilles leurs imputations mensongères. Orsinès, avant de soupçonner même qu'il était accusé, fut jeté dans les fers. Non content du supplice de l'innocent, Bagoas osa porter sur lui la main au moment qu'il allait mourir. Orsinès lui dit, en le regardant: "J'avais bien ouï dire que des femmes avaient jadis régné en Asie; mais c'est une chose toute nouvelle d'y voir régner un eunuque." Ainsi périt le plus illustre personnage d'entre les Perses, sans être coupable, et même après avoir montré envers le roi une générosité extraordinaire
Dans le même temps, Phradatès est mis à mort, sur le soupçon de prétendre à la couronne. Alexandre commençait à avoir grande hâte d'ordonner les supplices, aussi bien que de croire les fâcheux rapports. C'est que la prospérité a ce triste effet de corrompre chez les hommes la nature, et que rarement nous savons être assez en garde contre notre bonne fortune. C'était en effet le même prince qui, peu d'années auparavant, n'avait pu se décider à condamner Alexandre Lynceste, inculpé par les dépositions de deux témoins; il avait même laissé absoudre de plus humbles accusés, malgré sa répugnance personnelle, parce que les autres croyaient à leur innocence; il avait rendu leurs États à des ennemis vaincus; et il finit par dégénérer tellement de lui-même, que, contre sa propre inclination, selon les caprices d'un eunuque, il donnait aux uns des royaumes, aux autres il ôtait la vie.
Ce fut à peu près vers la même époque que des lettres l'informèrent de ce qui s'était passé en Europe et en Asie tandis qu'il faisait la conquête de l'Inde. Zopyrion, gouverneur de la Thrace, dans une expédition contre les Gètes, avait été surpris par des orages et de soudaines tempêtes, et avait péri avec toute son armée. Ce désastre avait été le signal, pour Seuthès, d'entraîner les Odryses, ses compatriotes, à la révolte. Pendant que la Thrace était ainsi presque perdue, la Grèce même ---.
Mario
Mario - Genius - 37169 Punti
Rispondi Cita Salva
Vabbè io nn so selezionare il brano...bravo para!
Eldest92
Eldest92 - Genius - 6583 Punti
Rispondi Cita Salva
io sn anche francese se volete le traduco io basta che mi dici la data di scadenza..
IPPLALA
IPPLALA - Mito - 101142 Punti
Rispondi Cita Salva
Wow, ottimo....
paraskeuazo
paraskeuazo - Genius - 74901 Punti
Rispondi Cita Salva
ah sia lodato il cielo!! Eldest credo che se già la traduci per domani andrà bene
misa-misa
misa-misa - Erectus - 140 Punti
Rispondi Cita Salva
per domani va benissimo!!!!!!!!!! Grazie infinite:thx
SuperGaara
SuperGaara - Mito - 120308 Punti
Rispondi Cita Salva
Dai Eldest, tu sai bene il francese ;)

Pagine: 12

Questo topic è bloccato, non sono ammesse altre risposte.
Come guadagno Punti nel Forum? Leggi la guida completa
In evidenza
Classifica Mensile
Vincitori di novembre
Vincitori di novembre

Come partecipare? | Classifica Community

Community Live

Partecipa alla Community e scala la classifica

Vai al Forum | Invia appunti | Vai alla classifica

mc2

mc2 Genius 248 Punti

Comm. Leader
Registrati via email