Ominide 1603 punti

L'organisation politique et administrative de la France

L’organisation politique de la cinquième République se base sur la Constitution de 1958.
Cette constitution assure la répartition des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire) et définit les compétences du président de la République et des autres organes fondamentaux de l’état.
Du point de vue du régime constitutionnel, la France est une démocratie semi-présidentielle (ou semi-parlementaire).
Le président de la République, élu directement par le peuple, ne peut exercer ses fonctions de chef de l’exécutif que s’il a une majorité à l’Assemblée Nationale dont les membres (députés) sont également élus au suffrage universel.

Le président de la République et le gouvernement.

Le président de la République est élu au suffrage universel direct et exerce ses fonction pendant cinq ans.
Attributions du président de la République:
- Il nomme le Premier ministre et, sur proposition de celui-ci, les autres ministres;
- Il préside le Conseil des Ministres;
- Il promulgue les lois, signe les ordonnances et les décrets;
- Il veille au respect de la Constitution et préside le Conseil Supérieur de la Magistrature;
- Il peut dissoudre l’Assemblé Nationale;
- Il peut soumettre au peuple par référendum un projet de loi;
- En cas de circonstances graves, il peut prononcer l’état d’urgence et recourir aux pouvoirs exceptionnels;
- Il a le droit de grâce.
Dans la Constitution de la cinquième République, le pouvoir exécutif est détenu à la fois par le président de la République et par le gouvernement.
Le président de la République joue un rôle prépondérant s’il est soutenu par une majorité parlementaire qui vote la confiance au gouvernement.
Si, à la suite d’élections législatives, le président ne dispose pas d’une majorité au parlement, le pouvoir exécutif est exercé par le Premier ministre.
Celui-ci dirige le gouvernement et appuie son action sur la confiance du Parlement.
Il se réalise, dans ce cas-là, le phénomène de la cohabitation : l’orientation politique du gouvernement est divergeant par rapport à celle du président de la République.
Même en cas de cohabitation, le président de la République continue à exercer ses responsabilités dans les domaines de la défense et de la politique étrangère.

Le parlement.
Le parlement est composé de deux assemblées : l’Assemblée Nationale et la Sénat.
L’Assemblé Nationale, formée de 588 députés élus au suffrage universel direct, siège à Paris au Palais Bourbon.
Le Sénat comprend 318 sénateurs élus au suffrage indirect par un collège électoral composé de "grands électeurs" (les conseillers généraux des départements et les délégués des conseils municipaux).
Le Sénat siège à Paris au Palais du Luxembourg.
Les deux chambres votent les lois (pouvoir législatif) et en cas de désaccord, c’est l’Assemblée Nationale qui a le dernier mot.
L’Assemblé Nationale vote le budget national et peut renverser le gouvernement par une motion de censure.

Les forces politiques.
La situation politique est caractérisée par le phénomène de la bipolarisation gauche/droite, c’est-à-dire par deux coalitions de partis qui s’affrontent et s’alternent dans la gestion du pouvoir.
La droite est partisane du libéralisme économique et veut limiter l’intervention de l’état.
Plutôt, conservatrice et nationaliste, elle prône la défense de l’identité culturelle française.
La gauche dénonce avec plus de force les inégalités sociales, le racisme, les violations des droits humains et défend une idée de l’état garant de la protection des plus démunis.

Des diversité d’opinions peuvent se réaliser au sein de chacune de ces deux familles politiques, mais ces divergences ne nuisent pas au bon fonctionnement des institutions.
La coalition de gauche rassemble le Parti Socialiste (P.S.), le Parti Communiste (P.C.F.) et les Verts.
Les deux partis les plus importants de la coalition de droite son le Rassemblement pour la République (R.P.R) et l’Union pour la Démocratie Française (U.D.F.).
à l’extrême droite, se situe le Front National (F.N.) qui ne fait partie d’aucune coalition.

L’organisation administrative.
Le territoire français est divisé en 22 régions entre lesquelles son répartis les 96 départements de la France métropolitaine.
La République compte également quatre Départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane), deux Collectivités territoriales (Mayotte et Saint-Pierre-et-Miquelon) et des Territoires d’outre-mer (Polynésie française, Nouvelle-Calédonie, iles Wallis-et-Futuna, Terres australes et antarctiques).
Dans la France métropolitaine, le département est subdivisé en arrondissements, cantons et communes.
La région est une collectivité locale, créée en 1982 avec la loi sur la décentralisation, dont le but est de favoriser le développement économique, social, culturel et l’aménagement du territoire.
Elle est administrée par le Conseil régional, élu au suffrage universel direct.

Le Conseil désigne un président qui est l’organe exécutif de la région.
Le département a des compétences dans les domaines de l’aide sociale, la voirie, l’enseignement et les transports.
Il dispose d’un Conseil général, élu au suffrage universel direct, qui désigne un président.
La commune est la plus petite unité administrative.
En Europe, la France est le pays qui compte le plus de communes: 36763.
Leur dimension est très variée, mais 70% d’entre elles sont des villages de moins de 700 habitants, tandis que seulement un peu plus de 2% sont des villes de plus de 10000 habitants.
La commune, administrée par le maire et le conseil municipale, assure des services fondamentaux pour les citadins : l’état civil, l’école, les parc publics, l’élimination des ordures ménagères, les activités culturelles, etc.
Les Départements d’outre-mer (D.O.M.), les Territoires d’outre-mer (T.O.M.) et les Collectivités territoriales, parties intégrantes de la République française, sont représentés au Parlement national.
Les T.O.M. disposent d’une plus grande autonomie par rapport aux D.O.M. et aux Collectivités territoriales.

Registrati via email