La nécessité d'un choc se pose lorsque nous oublions d'être “des morts qui converser avec les morts” (Borges). En fait, si nous regardons nous-mêmes d'en haut, de la distance du Pale Blue Dot (Sagan) du Voyager 1, la guerre n'est pas seulement effrayant, mais elle est aussi inutile. Néanmoins, dès les premiers instants où l'homme, apprenant à façonner la terre selon ses besoins, il a abandonné des milliers d'années de culture nomade coupant un “morceaux du monde”, on a toujours ressenti le besoin irrationnel et vain d'avoir territoires limitant souvent la terre “d’un" autre. En fait, Fedro avait déjà compris que l'homme, l'être vivant parmi les plus développés et intelligent (cela, bien sûr, selon l'homme lui-même), que rien n'était plus bête que les autres animaux, ce qu’ils agissent seulement par instinct, alors que nous sommes agité par des sentiments (ir)rationnelles, telles que la haine.

La haine qui crée des divisions entre les égaux. Dans notre nature prévaut encore la destruction à la construction. Le XXème siècle, en fait, était le résultat direct et évident de l'échec de l'homme: en face de non pas un, mais deux des guerres les plus destructrices, précisément dans un moment où le progrès technologique était sous les yeux de tous, chaque idée de optimisme, de progrès comme un mouvement progressif et idéal du mal au bien, il automatiquement décline. En fait, le XXème siècle a été l'avènement de la destruction effective de chaque certitude, chaque tradition, chaque vérité et chaque foi aussi comme théorisé par Nietzsche et d'autres maîtres du soupçon. En France, certains poètes qui vivaient dans cette période de l'histoire ont écrit des poèmes maintenant intemporel et précieux au sujet du sentiment et de l'humanité. Rimbaud dans Le dormeur du val décrit un jeune garçon sans vie, qui est tombé dans la guerre, qui repose dans une vallée. Prévert dans Barbara définit l'effet des armes comme une pluie de fer dont rien ne reste intact ou vivant. Vian dans Le Déserteur écrit au Président de refuser d'aller à la guerre, parce qu'il n'est pas né pour tuer.

Hai bisogno di aiuto in Civiltà francese?
Trova il tuo insegnante su Skuola.net | Ripetizioni
Registrati via email