Ominide 1603 punti

Communication ordinaire et littéraire

Les facteurs de la communication.
Le langage verbal sert aux hommes avant tout pour communiquer entre eux, et communiquer signifie qu’un émetteur s’adresse à un destinataire pour lui transmettre un message.
Ce message renvoie à un contexte de référence (sujet, lieu et temps); il s’exprime à travers un code spécifique et passe à travers un canal de transmission.
Pour bien comprendre un message quel qu’il soit, et donc même un texte littéraire, il est utile de connaître l’ensemble des coordonnées communicatives qui orientent l’interprétation.

L’émetteur et le destinataire.
L’émetteur envoie le message et le destinataire le décode.
L’émetteur comme le destinataire peuvent être:

- Une personne réelle définie par son sexe (un homme), sa race (blanche), son âge (40 ans), sa nationalité (italienne), sa fonction sociale (marié, deux enfants, architecte), son rôle dans l’échange communicatif (un père face à ses enfants, la même personne devant son patron), etc.
- Un groupe (par exemple, un programme politique émane d’un parti et s’adresse à tous; un journaliste écrit pour un ensemble de lecteurs; un professeur s’adresse à une classe; un écrivain écrit pour un public; etc.)
- Un être imaginaire (par exemple, la lune personnifiée).
L’émetteur peut affirmer sa présence, par exemple en disant «je», ou bien il peut vouloir rester neutre.
Les destinataire peut être interpellé dans l’acte communicatif («tu»), ou bien être un simple auditeur.
Dans tous les cas, l’identité des personnes qui sont impliquées dans un échange communicatif influence le message lui-même.
Dans le cas d’un message oral, on parle de locuteur et interlocuteur.

Le canal et le code.
Un message verbal peut passer soit à travers le canal oral, soit à travers le canal écrit.
Le canal implique des usages différents de la langue.
Par exemple, lorsqu’on s’exprime à l’oral, pour être sûr que l’auditeur comprenne, on se répète, on interpelle son interlocuteur, on insiste.
À l’écrit, on peut toujours revenir en arrière, relire.
En effet, la transmission n’est pas immédiate, mais différée.

À l’intérieur du code de la langue, le locuteur choisira un sous-code en fonction de la nature du canal, du message qu’il veut transmettre et des interlocuteurs en présence.
Ainsi, si vous écrivez une lettre au proviseur de votre lycée, vous n’utiliserez pas le même sous-code linguistique que si vous exprimez oralement vos idées aux copains dans la cour.

Le contexte référentiel et le message.
Le message fait intervenir des éléments de la réalité extérieur.
Par exemple, il peut y avoir des indicateurs sur le lieu où se trouve le locuteur («ici, là») et sur le moment où il parle («maintenant»).
Les mots que le locuteur utilise renvoient à des personnes, des choses, des événements du monde que l’interlocuteur connaît pour qu’il puisse comprendre.
Un message n’est pas toujours totalement explicite, mais même quand tout n’est pas dit, l’interlocuteur peut comprendre les sous-entendus, les références culturelles, et même donner une interprétation de ce qui n’a pas été dit!

Registrati via email