Genius 7409 punti

Tout commençe le 26 Avril 1986 à Tchernobyl, quand un réacteur nucléaire explose. Vladimir Goubarev est le prèmier homme de presse, le plus renommé d’URSS, à se rendre sur le lieux, quatre jours après la catastrophe. Il survole avec un hélicoptère la zone où le réacteur 4 a explosé. Cette expérience l’a marqué pour le reste de sa vie. Il transmit cette catastrophe à travers des articles simples. Il comprend l'importance de raconter cet événement, et, après qu’il a demandé un cogé sans solde à son journal, il commençe à écrire Sarcophagus, une pièce de théâtre qui avec ses paradoxes réussit à faire rire d’une manière amère sur le drame de Tchernobyl.
Dans le drame, Perpétuel, sorte de bouffon du nucléaire, a miraculeusement survécu à une explosion nucléaire. Perpétuel, ivre mort, s'est endormi près d’un réacteur, mais il préfère raconter aux filles qu’il a avalé du plutonium par dépit amoureux. Goubarev a su donner une particularité à tous ses personnages, en effet aucun personnage n'est vraiment antipathique. Suzanne Sarquier, agent littéraire, se battait pour faire jouer une adaptation de Sarcophagus et ainsi, vingt ans après la catastrophe, les français peuvent voir la pièce de théa(acc circonflesso)tre qui dénonce les dangers de l’irresponsabilité. Sarcophagus n’est pas un essai antinucléaire, en effet Goubrev dit que pour lui, les centrales nucléaires, si elles sont bien gérées, ne l’inquiètent pas, mais il dit que sont les centrales de son pays qui l’inquiètent et il le démontre quand Perpétuel dit aux Américains, aux Russes etc, que s’ils abusent du nucléaire, l’homme un jour sera fait de ça, c'est-à-dire un homme sans joie mais qui ne souhaite même pas la mort.

Registrati via email